Édition du 19 janvier 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Contre vents et marées : la honte

Dans son édition du 16 novembre dernier, le journal Le Devoir annonçait en fanfare, dans un large encart publicitaire le "lancement de l’appel de projets Québec-Israël", le tout sur fond bleu avec les drapeaux québécois et israéliens côte à côte.

De Jean-François Delisle , le 2020-11-18 15:21

Les secteurs visés sont les technologies agricoles et la gestion des eaux, les technologies agroalimentaires, les biotechnologies, les technologies médicales et l’industrie pharmaceutique, les villes intelligentes et l’industrie automobile. On voit grand !

Le tout en collaboration avec la Ville de Montréal.

Cette offre, si elle venait d’Ottawa ne surprendrait pas (mais ne serait pas plus acceptable), vu les liens étroits qui unissent le Canada et l’État hébreu. Mais venant du gouvernement du Québec, elle est plus inattendue. Que le gouvernement québécois suive une pente similaire en ce domaine peut désarçonner. Peut-être existe-t-il depuis un certain temps un rapprochement secret entre Québec et Tel-Aviv mais si c’est le cas,on peut en conclure que Québec a bien caché son jeu. À moins qu’il s’agisse d’un ballon d’essai pour tâter l’opinion publique, mais l’avancement du projet exclut cette hypothèse.

Ce qui frappe dans cet encart est la bonne conscience qu’elle exprime, comme si la collaboration québéco-israélienne allait de soi et qu’il faudrait désormais considérer ce genre d’initiative comme normale, annonciatrice d’autres, semblables. Le Québec rejoindrait-il ainsi le club des États occidentaux pro-israéliens sans conditions ?

La décision surprend parce que l’initiative provient d’un parti nationaliste, la CAQ, très autonomiste et dont le chef François Legault est un ancien ministre péquiste ; sa formation politique est d’autre part truffée d’ex cadres péquistes, bref de beaucoup de gens autrefois indépendantistes. La cause palestinienne ne compte-t-elle donc plus pour tout ce beau monde ?

Précisément, entamer ainsi sans vergogne une collaboration avec le gouvernement d’un État oppresseur, qui bafoue sans scrupules depuis des décennies les droits les plus élémentaires d’un autre peuple constitue une orientation indéfendable, un véritable scandale. Tous les démocrates du Québec devraient le dénoncer et les partis d’opposition, du moins Québec solidaire et le Parti québécois, talonner sur cette question le gouvernement Legault à l’Assemblée nationale. Il importerait aussi de questionner la mairesse de Montréal, Valérie Plante, sur le rôle précis de son administration dans cette triste aventure.

Il ne peut exister de décision neutre dans ce genre de situation ; aider à renforcer l’économie de l’État hébreu ne peut se réaliser qu’au détriment du peuple palestinien. Ce genre de collaboration renforcera la conviction des dirigeants et dirigeantes israéliens qu’ils sont en mesure de continuer à fouler aux pieds les droits des Palestiniens et Palestiniennes, c’est-à-dire de poursuivre la colonisation accélérée d’une partie de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est et maintenir leur blocus dévastateur contre la bande de Gaza.

On peut même à la limite, se demander si c’est là rendre un vrai service à Israël sur le long terme puisque le projet va contribuer à entretenir l’antagonisme israélo-palestinien.

La gauche doit donc se mobiliser au plus vite pour exiger que le cabinet Legault abandonne ce projet odieux.

À quand l’annonce en bonne et due forme d’un projet de coopération économique et technologique entre le Québec et l’Autorité palestinienne ?

Jean-François Delisle

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...