Édition du 20 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Pourquoi Hydro-Québec est-elle silencieuse sur la débâcle de Pointe Lepreau ?

Aujourd’hui le 26 janvier, des citoyens et citoyennes du Nouveau Brunswick (NB) font une démonstration devant l’édifice de la firme parapublique Énergie Nouveau Brunswick à Fredericton afin de protester contre l’incompétence de ceux qui font la reconstruction du réacteur nucléaire à Pointe Lepreau. Le MSQN (Mouvement sortons le Québec du nucléaire) saisit l’occasion pour demander à Hydro-Québec d’expliquer pourquoi elle n’informe pas le public québécois des erreurs techniques, des délais et des dépassements de coûts considérables qui se sont produits dans ce projet de reconstruction.

Le réacteur de Point Lepreau est le frère jumeau de celui de Gentilly-2 à Bécancour. Comme Hydro-Québec veut reconstruire Gentilly-2 en suivant l’exemple de Pointe Lepreau, elle a envoyé des observateurs sur place au Nouveau-Brunswick pour suivre le cours de la reconstruction. Cependant, Hydro-Québec n’a pas informé le public québécois des hypothèses irréalistes et des erreurs commises à Pointe Lepreau.

Comme le projet de Gentilly-2, la reconstruction de Pointe Lepreau était supposée se réaliser en 18 mois. Cette reconstruction est déjà en cours depuis trois ans. Selon le gouvernement du Nouveau-Brunswick le coût des délais occasionnés est d’environ un million de dollars par jour.

Comme le projet de Gentilly-2, la reconstruction de Pointe Lepreau devait coûter moins que deux milliards de dollars, mais les dépassements de coûts sont déjà d’un milliard de dollars.

Comme dans le cas de Gentilly-2, les 380 tuyaux de calandre en alliage de zirconium-niobium situés dans le cœur du réacteur doivent être remplacés par des tuyaux neufs. Les vieux tuyaux deviennent des déchets radioactifs qui demeurent dangereux pour des centaines d’années. Mais après avoir installé, sur une période de neufs semaines, tous les nouveaux tuyaux, la décision a été prise de les enlever et de recommencer parce que les tuyaux n’étaient pas suffisamment étanches et donc inacceptables.

Cependant la nature inacceptable des tuyaux de calandre était visible dès le départ, alors que seulement une fraction de ceux-ci avaient été installés. Pourquoi Hydro-Québec n’a-t-elle pas rapporté ces faits au public québécois ? Pourquoi Hydro-Québec n’a-t-elle pas rapporté aux autorités du NB qu’une situation inacceptable était en cours ?
Le MSQN croit que la reconstruction de Gentilly-2 serait une erreur colossale et ne doit pas se faire. Cette reconstruction va coûter beaucoup plus cher que prévu et elle va créer une grande quantité de nouveaux déchets radioactifs que le gouvernement fédéral ne veut pas prendre en charge. Est-ce que ces déchets de reconstruction devront demeurer au Québec ? De plus, le réacteur reconstruit produira chaque année 100 tonnes de nouveaux déchets hautement radioactifs (le combustible uranium irradié), lesquels demeurent dangereux pour un million d’années. La gestion de ce combustible irradié exigera les services d’Énergie Atomique Canada Limités, une firme de la couronne que le gouvernement a mise en vente en 2010.
Au minimum, Hydro-Québec devrait rapporter à son conseil d’administration et au public québécois toutes les difficultés et toutes les erreurs coûteuses qui sont en cours à Pointe Lepreau, parce que cette douloureuse expérience risque de se reproduire avec la reconstruction proposée pour Gentilly-2 à l’automne 2012.

Le 26 janvier 2011

Pour plus d’informations :

Michel Duguay, Mouvement sortons le Québec du nucléaire (MSQN) , (418) 656 3557 ou 802 2740

Gordon Edwards, Regroupement pour la surveillance du nucléaire (RSN) , (514) 4

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...