Édition du 9 avril 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Les politiques de l’Alberta jettent de l’huile sur le feu de la crise climatique

Le gouvernement a choisi de ne pas s’attaquer aux dégâts polluants, mais à l’industrie florissante des énergies renouvelables.

14 mars 2024 | tiré de Rabble.ca | Photo : La première ministre de l’Alberta, Danielle Smith (Photo : Alberta Newsroom/Flickr).

L’Alberta est confrontée à unegrave sécheresse, à des pénuries d’eau et à une saison des feux de forêt qui commence maintenant en février ! Tous les scientifiques crédibles et les organisations réputées qui étudient le climat ont fourni des preuves indiscutables que les choses vont empirer en Alberta et dans le monde si nous ne passons pas rapidement des combustibles fossiles aux énergies renouvelables.

Dans un monde plus sain, ceux que nous élisons pour nous diriger feraient tout leur possible pour éviter la catastrophe. Mais nous vivons dans un monde où les considérations économiques à court terme – principalement liées à l’augmentation de la richesse d’une petite minorité – ont la priorité sur tout, y compris notre survie en tant qu’espèce.

En Alberta, cela signifie qu’il faut soutenir le pétrole, le gaz et le charbon et entraver le développement des énergies renouvelables. Quel que soit le parti au pouvoir, le soutien à l’industrie des combustibles fossiles et les attaques contre ceux qui appellent au changement persistent.

La province est marquée par l’exploitation des sables bitumineux, les mines de charbon, le forage et l’infrastructure pétrolière et gazière. Elle est jonchée de puits de pétrole et de gaz orphelins et abandonnés. Le gouvernement a choisi de ne pas s’attaquer aux dégâts de la pollution, mais à l’industrie florissante des énergies renouvelables. Il veut également que les contribuables paient pour nettoyer les anciens puits de pétrole et de gaz qui relèvent de la responsabilité légale de l’industrie.

Au début du mois d’août 2023, le gouvernement de l’Alberta a imposé un moratoire sur tous les nouveaux grands projets d’énergie renouvelable. Il a récemment annoncé de nouvelles réglementations pour les énergies renouvelables, dont certaines sont conçues pour protéger les « les vues de paysages vierges » et les terres agricoles. C’est important, mais lorsque les règles ne s’appliquent qu’aux projets d’énergies renouvelables et non aux opérations de charbon, de gaz et de pétrole beaucoup plus dommageables, polluantes et inesthétiques, il est difficile de les prendre au sérieux. Les règles interdiront également une grande partie de la province aux projets d’énergies renouvelables.

Il impose également une taxe de 200 $ sur les véhicules électriques pour « aider à tenir compte de l’usure des routes et compenser la taxe sur le carburant que les propriétaires de véhicules électriques ne paient pas » (dans une province où de nombreuses personnes conduisent des camions et des VUS lourds et énergivores). Le gouvernement a même envoyé une délégation à la conférence sur le climat de l’année dernière à Dubaï pour promouvoir les combustibles fossiles.

Rien de tout cela n’a même de sens économique. Le monde se tourne rapidement vers les énergies renouvelables, créant un boom économique et de l’emploi, et les développements des combustibles fossiles risquent de devenir des « actifs complètement dévalorisés ».

Sur cette question et sur plusieurs autres, le gouvernement de l’Alberta semble suivre le mouvement MAGA des États-Unis. L’ancien président Donald Trump a déclaré que la première chose qu’il ferait s’il était réélu serait « Drill, baby, drill ».

Ce serait une chose si les compagnies pétrolières tenaient compte de leurs propres recherches et commençaient à changer de cap. Mais ils n’ont pas fait grand-chose, voire rien, pour changer les choses, tout en blâmant les autres pour la crise climatique et en consacrant d’énormes ressources à minimiser ou à nier les preuves, y compris les recherches de leurs propres scientifiques.

Dans une interview accordée à Fortune, le PDG d’ExxonMobil, Darren Woods, payé 35,9 millions de dollars américains en 2022, a rejeté les appels à investir davantage dans les énergies renouvelables, car cela ne correspondrait pas à la « capacité du géant pétrolier à générer des rendements supérieurs à la moyenne pour les investisseurs ». Il a également tenté de rejeter la responsabilité de ne pas s’être attaquée à la crise climatique sur le public, en déclarant : « Les personnes qui génèrent ces émissions doivent être conscientes de ces émissions et en payer le prix. »

Il est triste et horrifiant que beaucoup de gens se soucient si peu de l’humanité qu’ils nous mettraient tous en danger juste pour accumuler des richesses obscènes. Leur argent et leur pouvoir signifient qu’ils sont également en mesure d’influencer ou de contrôler les politiciens et les gouvernements, les politiques éducatives, les tribunaux et les médias. Ceux qui protestent contre les destructions meurtrières sont persécutés et arrêtés, tandis que les responsables des dommages sont dépeints comme des piliers de la prospérité de la société.

Même les gouvernements qui semblent comprendre les crises climatiques et autres crises environnementales et qui ont de bonnes politiques pour y faire face se rangent du côté de l’avidité de l’industrie pour la survie humaine. C’est pourquoi l’argent des contribuables canadiens paie pour un pipeline qui ne devrait pas être construit pendant une crise climatique et dont les coûts sont passés de 4,5 milliards de dollars canadiens à environ 31 milliards de dollars canadiens.

Des gouvernements comme celui de l’Alberta illustrent la nature systémique du problème. Nous devons changer la façon dont nous valorisons tant le travail et les emplois que la nature et les biens et services qu’elle nous fournit. Les politiciens et les gouvernements doivent donner la priorité aux preuves scientifiques plutôt qu’à la cupidité des entreprises et aux résultats des élections à court terme. Ils devraient travailler pour nous, et non pour des sociétés égoïstes, leurs propriétaires et leurs dirigeants.

David Suzuki est scientifique, animateur, auteur et cofondateur de la Fondation David Suzuki. Rédigé en collaboration avec Ian Hanington, rédacteur principal et rédacteur en chef de la Fondation David Suzuki.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur davidsuzuki.org.

*****

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Remplir le formulaire ci-dessous et cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

David Suzuki

Militant écologiste canadien.

http://www.davidsuzuki.org/fr/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...