Édition du 15 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Poursuivons la lutte contre l’austérité

Nous sommes tous et toutes conviés(es) au Marché Maisonneuve à 13h00 samedi le 16 janvier pour forcer la main au gouvernement libéral pour qu’il réinjecte des sommes importantes dans nos écoles, nos hôpitaux et dans les autres services publics québécois. Nous allons aussi affirmer haut et fort que nous sommes contre le démantèlement de l’état et la privatisation des services, perdant ainsi des acquis que nous avons construits sur plusieurs générations.

Parents avec leur enfants et leurs grands-parents, travailleurs, groupes communautaires, CPE, syndiqués et étudiants sommes tous conviés pour nous faire enfin entendre d’une seule voie et démontrer que nous poursuivons la lutte contre l’austérité plus résolus que jamais. Les travailleurs municipaux, clos bleus, cols blancs, pompiers et policiers inclus pourraient se joindre à nous pour défendre leurs droits à la libre négociation de leur convention collective et de leur fond de retraite. Avec la menace constante de lois spéciales même le droit de grève est de plus en plus souvent remis en question.

Nous serons également là pour dire que nous travailleurs du secteur public rejetons l’entente de principe intervenue entre le Front Commun et le gouvernement libéral en ce qui concerne nos conditions de travail et nos salaires. Même si l’on tente de nous faire croire tant du côté gouvernemental, médiatique que syndical que ‘’ tout est réglé ‘’ et que l’on allonge indûment le délai avant de nous faire voter sur ces ententes de principe nous en savons déjà assez pour rejeter ces ententes faites en notre nom. On peut déjà parier que sur nos conditions de travail ce sera le statu quo que nous dirigeants syndicaux nous présenteront comme une victoire, alors que sur les salaires nous obtiendrions en réalité 5% d’augmentation sur 5 ans et non pas 10% comme l’on tente de nous le faire croire alors que les montants forfaitaires de 500$ et 250$ ne sont pas véritablement des augmentations de salaire, ni l’argent qui sera versé en fonction de la relativité salariale. 5% sur 5 ans ça ne couvrira même pas l’augmentation du coût de la vie et nous continuerons à nous appauvrir.

Seule une mobilisation unitaire nous permettra de développer un véritable rapport de force avec le gouvernement libéral et obtenir la victoire comme celle des étudiants sur les frais de scolarité suite au Printemps Erable de 2012. Le gouvernement libéral de l’époque en pleine crise sociale et avec le mouvement spontané des casseroles qui résonnaient partout, mouvement qui portait des aspirations populaires qui dépassaient largement les revendications étudiantes, avait du déclencher des élections anticipées, élections qu’il a par la suite perdues. Pourquoi pas nous pourrions-nous pas envisager avec la mobilisation actuelle et l’appui d’une partie importante de la population une grève générale illimitée dans le secteur public au printemps combinée avec une grève sociale ? Une grande participation populaire à la manifestation du 16 nourrirait de grands espoirs pour la suite des choses. Tous et toutes au Marché Maisonneuve pour faire de bonnes provisions d’énergie pour passer à travers le froid hivernal et crier de nouveau ensemble ensemble ‘’ Libérons-nous des Libéraux ‘’.

Yves Chartrand
Citoyen engagé, surveillant de dîner à l’Ecole Maisonneuve et délégué syndical APPA/CSN

Yves Chartrand

Intervenant social
Montréal

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...