Édition du 27 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Rassemblement pour dénoncer le jugement Leclerc

Lundi dernier, le 15 janvier, on apprenait que le juge Bruno Leclerc a acquitté 3 hommes d’une accusation de viol collectif à l’encontre de deux adolescentes.

Québec, le 18 janvier 2024 - Des groupes de femmes, des citoyennes et des citoyens se sont rassemblés jeudi en fin de journée au Palais de justice de Québec à l’initiative du Centre Femmes d’aujourd’hui. Les militantes y dénonçaient le jugement rendu plus tôt cette semaine par le juge Bruno Leclerc, qui a acquitté trois hommes d’une accusation de viol collectif à l’encontre de deux adolescentes. Les manifestantes dénonçaient aussi le système de justice, qui selon elles, protège les agresseurs en étant inadaptés aux procès pour agressions sexuelles.

Incompréhension

Pour les organisatrices du rassemblement, le jugement est incompréhensible. Selon les informations rendues publiques, les victimes étaient intoxiquées, et des vidéos déposées en preuves le démontreraient. Les deux adolescentes ont aussi témoigné de perte de mémoire et de perte de conscience. Malheureusement, comme les victimes étaient intoxiquées, le juge Leclerc a estimé que leurs témoignages manquaient de fiabilité et qu’ils étaient
« insuffisants » pour prouver hors de tout doute raisonnable de leur incapacité à consentir. Pour les organisatrices, c’est la goutte qui fait déborder le vase. « Comment les victimes peuvent-elles être à la fois trop intoxiquées pour que leur témoignage soit crédible, mais suffisamment sobres pour consentir à des relations sexuelles ? » s’indigne Audrée Houle, du Centre Femmes d’aujourd’hui. Sa collègue, Alice Marcoux poursuit : «  Le juge a fait bénéficier les accusés du doute raisonnable, soutenant qu’il ne pouvait affirmer que les victimes étaient incapables de consentir. Or, non seulement le consentement tacite n’existe pas en droit canadien, mais de plus, une intoxication sévère, comme celle décrite par les victimes, rend le consentement invalide. L’absence de consentement c’est un refus !  »

Doute DÉraisonnable ?

Pour les manifestantes, le doute invoqué est déraisonnable. Le juge qui a acquitté les accusés a pourtant soutenu que les faits se sont « probablement produits » et qu’un des accusés était « prêt à dire tout et n’importe quoi pour se justifier ». «  Partout, on encourage les victimes à porter plainte, à dénoncer. Et on croit sincèrement qu’il faut le faire. Mais un tel jugement mine la confiance des victimes envers le système de justice. Ça envoie le message que, peu importe les preuves, ça ne sera jamais suffisant  », croit Andréane Chabot, aussi du Centre Femmes d’aujourd’hui. Bien qu’elle provoque la colère, cette nouvelle n’est pourtant pas une surprise pour l’organisme organisateur. Madame Chabot poursuit en ce sens : « ce jugement s’ajoute à une liste déjà longue de jugements
en faveur des agresseurs. En 2022, le Tribunal ne croyait pas la version des faits de Gilbert Rozon, mais il a tout de même été acquitté. La même année, Simon Houle bénéficiait d’une absolution conditionnelle après avoir plaidé coupable à des accusations d’agression sexuelle. La même histoire se répète constamment, notre système judiciaire est complètement inadapté aux procès pour agressions sexuelles
 ». Josée Turbis, sa collègue, explique en ce sens :
«  Exiger des victimes de livrer des témoignages parfaits, c’est complètement irréaliste. Comment se rappeler de tous les détails alors qu’on vivait un événement traumatique, qu’on était dans un état d’intoxication ou alors qu’on était inconsciente ? C’est un lourd fardeau à faire porter aux victimes et ça démontre bien à quel point les agressions sexuelles sont mal comprises ».
*****

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Remplir le formulaire ci-dessous et cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...