Édition du 15 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Histoire

Jenny Marx

Jenny est née il y a 207 ans, le 12 février 1814, dans une famille aristocratique prussienne : ses parents étaient baron et baronne, son grand-père paternel avait été chef de cabinet de facto de Ferdinand de Brunswick, et sa grand-mère paternelle était une noble écossaise liée à la maison Stuart.

photos et article tirés de NPA 29

De baronne à prolétaire

Dans les hauts cercles sociaux de sa ville, la jeune fille était surnommée «  la reine de la danse de Trèves ». Cependant, dès son plus jeune âge, elle s’intéresse au romantisme allemand, au socialisme français et sympathise avec la « fête de Hambach », une manifestation de 1832 au cours de laquelle des étudiants, des libéraux, des intellectuels et des paysans proclament l’unité de l’Allemagne.

Elle a rencontré Karl Marx – un voisin de quatre ans son cadet – à l’adolescence et a partagé avec lui de longues discussions sur la philosophie et la littérature anglaise, deux domaines dans lesquels elle s’est plongée plus profondément.

L’intense cour – ainsi que leur ton baroque – a été enregistré dans les missives qu’ils se sont envoyées : «  Un sentiment si rare m’envahit quand je pense à vous, et je ne pense pas que ce soit dans des moments isolés ou des occasions spéciales ; non, toute ma vie et mon être ne sont qu’une grande pensée pour vous  », écrivait-elle en 1839. Son prétendant n’était pas financièrement stable et n’avait pas de titres de noblesse, ce qui était socialement inacceptable à l’époque, mais elle s’en moquait.

Ce sentiment n’a pas empêché la jeune femme de souligner, avec une ironie caractéristique, ce qui la dérangeait.

Après avoir obtenu son doctorat en philosophie à l’âge de 23 ans, avec une thèse sur Démocrite et Épicure, Marx lui a écrit ce qui peut être lu comme un reproche pour le manque de reconnaissance de ses contributions : « Comme je suis heureuse que vous soyez heureux, que ma lettre vous ait rendu heureux (…) et que vous buviez du champagne à Cologne et qu’il y ait des clubs hégéliens. Mais, malgré tout cela, il manque quelque chose : vous auriez pu reconnaître un peu ma connaissance du grec et consacrer quelques lignes élogieuses à mon érudition.

Mais il est typique de vous, messieurs les Hégéliens, vous ne reconnaissez rien, même si c’est de l’excellence, si cela ne correspond pas exactement à votre point de vue, alors je dois être modeste et me reposer sur mes propres lauriers ».


Le couple se marie en 1843 et s’installe bientôt à Paris, où ils rencontrent Frederick Engels. « Mon père a épousé son amie et sa camarade  », se souvient Eleanor, une de leurs filles. Karl avait 25 ans et Jenny en avait 29. Même pendant leur lune de miel, la politique et les débats ne quittent pas la scène : c’est alors qu’il termine son livre La question juive.

En 1844, alors que son mari est en France et que la jeune mariée reste à Trèves avec sa petite fille, elle assiste avec excitation à une révolte ouvrière pour le congé du dimanche et la journée de douze heures.

« Tous les germes de la révolution sociale sont présents ici  », a-t-elle fait savoir à son mari, dans un message qui a été publié par la suite par un journal parisien. De loin, elle l’exhorte à écrire quand ses esprits faiblissent : « Laissez le stylo passer sur le papier, même s’il trébuche et tombe parfois (…). Vos pensées, cependant, se dressent, (…) si honorables et courageuses. Cette année-là, Marx a achevé pas moins que Les manuscrits économico-philosophiques et la Critique de la philosophie du droit de Hegel, deux jalons de son héritage.

À partir de 1846, Jenny ne s’occupe pas seulement de la famille, elle milite aussi : elle est membre de la Ligue des Justes comme premier membre, de l’Union des travailleurs allemands et du Comité communiste. Elle se rendit brièvement à Paris avec son bien-aimé, d’où ils furent expulsés.

Ils sont arrivés à Bruxelles et y ont vécu comme dans la capitale française : entourés de misère et de dettes. Bientôt, un nouvel exil allait se produire. Marx a été accusé par le gouvernement belge de conspiration et d’intrigue. Jenny a été brièvement emprisonnée et soumise à un interrogatoire de deux heures. Fièrement, elle a raconté qu’ »ils ne pouvaient pas en tirer grand-chose  ».

Lors du « Printemps des peuples » de 1848, la famille Marx a demandé au gouvernement provisoire français de révoquer son ancien arrêté d’expulsion.

« Paris nous est désormais complètement ouvert, et où pouvons-nous nous sentir plus à l’aise qu’au soleil de la révolution montante ? Nous devons y aller sans hésiter  », note Jenny dans ses mémoires.

Pour pouvoir voyager, il a vendu et mis en gage même ce qu’elle n’avait pas. Après une brève période, Karl est arrêté et déporté en Angleterre (où Jenny et ses enfants le retrouveront plus tard).

De là, il publie l’un des textes les plus lus de l’histoire : le Manifeste du parti communiste, commandé par le deuxième Congrès de la Ligue communiste. Jenny a joué un rôle actif dans les discussions sur le contenu.

Jenny Marx

Dans ses « Brèves Scènes », Jenny détaille les hauts et les bas quotidiens, mais laisse une place à l’analyse de la politique européenne et les perspectives du mouvement communiste :

«  La révolution hongroise, l’insurrection badoise, le soulèvement italien, tous ont échoué. (…). La bourgeoisie a poussé un soupir de soulagement, le petit bourgeois est retourné à ses affaires et les petits philistins libéraux ont serré les poings dans leurs poches, les ouvriers ont été harcelés et persécutés, et les hommes qui ont combattu avec l’épée et la plume pour le royaume des pauvres et des opprimés se sont contentés de pouvoir gagner leur pain à l’étranger  », a-t-elle résumé après la défaite de la vague révolutionnaire de 1848.

Ce dont elle a le plus souffert, comme elle le note dans son journal, ce sont les maladies et les décès de quatre de ses sept enfants. Le premier est mort en 1850, et une fois de plus, les comptes personnels et politiques ont fusionné en un seul.

« Fin 1851, Louis Napoléon réalise son coup d’État et au printemps suivant, Karl termine le « 18 Brumaire de Louis Bonaparte  » (…). Il a écrit le livre dans notre petit appartement de Dean Street, au milieu du bruit des enfants et de l’agitation de la maison.

En mars, j’ai fini de copier le manuscrit et il a été envoyé, mais il n’a été publié que beaucoup plus tard et n’a rapporté aucun revenu. Le contact Karl avec la Tribune [un journal qui l’avait engagé] a mis fin à nos besoins urgents et quotidiens.

En 1860, Jenny est malade, mais toujours aussi militante. Elle n’a jamais cessé d’échanger des idées avec son mari. «  A cette époque, j’étais sur le point de mourir de la variole et je venais de me remettre suffisamment d’une terrible maladie pour dévorer ce livre, Herr Vogt, avec des yeux à moitié aveugles  », écrit-elle dans Brèves Scènes…

Le texte était dédié au scientifique allemand Carl Vogt, qui avait calomnié Marx, l’accusant de chantage et d’espionnage. En outre, elle est intervenue dans le débat entre les communistes et un autre référent important du socialisme européen : Lasalle.

Les critiques de Jenny étaient aussi sardoniques que – le temps le prouvera – exactes. «  En juillet 1862, Ferdinand Lassalle est venu nous rendre visite. Le poids de la renommée qu’il avait acquise en tant qu’universitaire, penseur, poète et homme politique, l’avait presque écrasé. La couronne de lauriers semblait fraîche sur son front olympique (…).

Il rentre à Berlin et là (…) il choisit de prendre un chemin encore inexploré : il devient le Messie des travailleurs. (…) Ce mouvement s’est avéré particulièrement sympathique au gouvernement dans sa politique (…) et a donc été tranquillement favorisé et indirectement subventionné ».


Sans hésiter, elle a accusé Lasalle de voler les doctrines marxistes, avec des ajouts ouvertement réactionnaires. Comme cela sera prouvé après sa mort, Lasalle – qui ne partageait pas l’avis de Marx sur la caractérisation de l’État et les objectifs du mouvement socialiste – avait conclu des accords secrets avec le Premier ministre prussien de l’époque, Otto von Bismarck.

Sans aucun doute, l’un des rôles les plus importants de la vie de Jenny a été de transcrire et d’aider à ordonner le Capital, dont le premier volume a été publié en 1867. Dans une lettre adressée à Ludwig Kugelmann, un avocat ami de la famille et diffuseur de ses idées en Allemagne, elle se plaint du mauvais accueil qu’a reçu, selon elle, le traité, qu’elle avait qualifié, en de précédentes occasions, de véritable « Léviathan », en raison du temps, de l’énergie et des discussions qu’il lui avait pris, à elle et à son mari.

La dissection unique du mode de production capitaliste reste l’un des travaux théoriques, économiques et politiques les plus importants. Au 21è siècle, d’importants universitaires et courants militants utilisent et actualisent ses enseignements.

La fille en or

En 1871, un journaliste du New York World a interviewé Karl Marx et a trouvé en lui «  la plus formidable conjonction de forces : un rêveur qui pense, un penseur qui rêve ». L’histoire a une dette envers une autre conjonction : celle qui a existé entre Marx et Jenny ; celle qui a généré les conditions de l’unité entre le rêve et la pensée, et la possibilité de sa traduction en mots et en mouvement politique.

Tout au long de la maladie de sa femme (qui a coïncidé avec l’aggravation de ses propres maux), Marx n’a pas été inactif. Il rédige ses « notes ethnologiques » et approfondit ses études sur l’État, de la Rome antique à la modernité. Pourtant, les échanges épistolaires avec ses filles, ses amis et ses camarades montrent le coup qu’il a subi : les discussions stratégiques et l’analyse de la conjoncture sont toujours présentes, mais sous une forme beaucoup plus limitée que les années précédentes ; toujours interrompues par des références à la santé de sa compagne et à son propre rôle de garde malade .

Au cours des mois précédant le décès de Jenny, en grande difficulté physique et financière, le couple a effectué une série de voyages : d’abord sur la côte anglaise, puis à Argenteuil, où ils ont rencontré leur fille et leurs petits-enfants.

De retour à Londres, Marx souffre d’une bronchite compliquée d’une pleurésie, pour laquelle – il passe trois des six dernières semaines de la vie de sa femme dans une chambre voisine, presque incapable de la voir.

Les médecins ne lui permirent pas d’assister aux funérailles qui, respectant la volonté de Jenny, eurent lieu sans faste, au cimetière de Highgate, quelques jours après sa mort, qui eut lieu le 2 décembre 1881.

Wilhem Liebknecht – un éminent dirigeant socialiste – avoua que, sans elle, il aurait succombé aux misères de l’exil.

21 de febrero de 2021 Jazmín Bazán

https://www.eldiario.es/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Histoire

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...