Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Sous les jupons du gouvernement Legault

Le gouvernement Legault se maintient dans les 70% de côte de popularité au Québec pour la gestion de la crise sanitaire. Ce qu’on voit ce sont les conférences de presse sur la Covid, les mesures Covid, les différends Covid soupoudrés de nationalisme avec le gouvernement Turdeau. Mais qu’arrive-t-il des autres décisions prises par ce gouvernement caquiste. Les médias en font une certaine couverture mais le tout tombe rapidement dans l’oubli.

Nous voudrions ici mettre en lumière un côté caché de ce gouvernement : son préjugé favorable à l’entreprise privée. L’économie doit évitée de crouler malgré la Covid et le soutien au privé doit être une urgence. C’est la stratégie du gouvernement caquiste. Mais est-ce vraiment la solution ? On doit s’interroger sur les soutiens et subventions et examiner si l’argent placé ailleurs seraient collectivement plus bénéfique.

La CAQ et les multinationales

Le gouvernement actuel du Québec perpétue les politiques des gouvernements précédents tant libéral que péquiste. Les politiques néolibérales ne sont pas disparues avec la Covid. Au contraire, l’entreprise privée se montre plus gourmande de soutien. Elles en ont besoin ? Les petites et moyennes entreprises sont effectivement en danger mais le soutien du gouvernement leur a permis de se maintenir la tête hors de l’eau. Où le bas blesse s’est quand le gouvernement soutien les grandes entreprises et les multinationales qui font des millions sinon des milliards de profits et qui viennent encore quêter des subventions.

Voici quelques extraits d’articles de journaux assez explicites :

-   « Québec débloque 2,5 milliards pour aider les entreprises »
[« On ne va pas sauver toutes les entreprises », a reconnu le premier ministre, François Legault - (Mylène Crête Le Devoir,20 mars 2020)

-  « Des PDG rencontrent Legault en privé.
Un organisme fondé par Henri-Paul Rousseau et Charles Sirois a eu l’oreille du PM pour parler d’économie

M. Sirois participait à la rencontre, tout comme le président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Charles Emond, et le président d’Investissement Québec, Guy LeBlanc, a confirmé M. Legault. Stéphane Hachard, v.-p. de la Banque Nationale, était aussi de la partie, ainsi que des représentants de Desjardins. Aldo Bensadoun est venu parler du processus de restructuration que vit son entreprise, Aldo, alors que les grands patrons d’Héroux-Devtek, Martin Brassard, et de Solotech, Martin Tremblay, ont présenté des conférences. 

« D’autres PDG étaient évidemment présents : Louis Roy, d’Optel ; Louis-Marie Beaulieu, du Groupe Desgagnés ; Jacques Tanguay, du Groupe Océan, entre autres. » (JULIEN MCEVOY, Samedi, 24 octobre 2020)

-  « Legault pose ses conditions pour une énième aide à Bombardier

Advenant une aide de la part du gouvernement Legault, celle-ci se ferait dans l’ensemble du groupe Bombardier et serait assujettie à des garanties sur le nombre d’emplois et sur le plafonnement de la rémunération des hauts dirigeants, a expliqué François Legault.

Plus tôt, à l’Assemblée nationale, les partis d’opposition avaient quant à eux exigé d’entendre les dirigeants de Bombardier avant que toute aide soit accordée.
« J’ai l’impression qu’on a acheté Bombardier trois fois, là, dans les dernières décennies », a lancé le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois. » (VINCENT LARIN et AGENCE QMI Vendredi, 5 juin 2020 16:56

Mais c’est sur la question de l’environnement que les politiques caquistes passent du vert au brun.

Le gouvernement Legault apporte toujours son soutien au projet GNL de gaz de schiste et de liquéfaction de gaz au Saguenay au détriment de la santé de la population, du tourisme, des territoires autochtones et de la faune dont les bélugas. En plus, comme nous l’apprenait le Devoir, l’électricité demandé en quantité phénoménale entraînera une augmentation de coût pour la population pour absorber la perte des coûts préférentiels accordés à GNL »

Les entrepreneurs font ainsi la loi que ce soit en immobiliers, en foresterie, en électricité.

-  « Plus d’aires protégées, mais à quel prix ? »

« S’il était très souhaitable de protéger la rivière George, nous sommes déçus de constater que les chutes Hélène et l’embouchure de cette grande rivière sont exclues, laissant la porte ouverte au développement hydroélectrique. De plus, M. Charest n’élimine pas la possibilité d’un développement hydroélectrique sur la rivière aux Feuilles en amont de l’aire protégée, Le Soleil, édition du 8 octobre 2008, ce qui irait à l’encontre des principes de conservation. » (Mélanie Desrochers et Édith Cadieux, Nature Québec, *cedrom-sni.

-  « Le gouvernement Legault ouvre à l’industrie des territoires situés le long de la rivière Péribonka, au Lac-Saint-Jean. 
Des coupes forestières à la place d’une aire protégée  » (Alexandre Shields, Le Devoir, 15 février 2021)

Rencontre avec les PDG des grosses compagnies, soutien à l’industrie fossile au détriment de l’environnement, le gouvernement Legault n’en fini plus de faire des courbettes au privé. Pendant ce temps, les négos du secteur public stagnent. Si le Premier ministre se déplace et passe une grande partie de sa journée à jaser avec les PDG, il ignore ses « anges gardiens (et non gardiennes même si à majorité se sont de femmes) et ne daignent pas les rencontrer.

Les demandes salariales des centrales syndicales équivalent à 400,000,000$ à chaque 1% d’augmentation demandé.Le gouvernement offre 1.75% plus les forfaitaires et les mesures spéciales soit 2% par année ce qui équivaut à 800,000,000 $ (voir tous les articles dans PTAG d’Yvan Perrier sur les négos du secteur publics et merci à Yvan pour les infos prodiguées pour cet article).

2.5 milliards aux déjà riches ajouter à cela les sous pour Bombardier ou 800,000,000 $ par année aux travailleurs et travailleuses qui prennent soin de la population du Québec. Quel doit être notre choix ? Poser la question c’est y répondre.

La CAQ, le privé dans les services sociaux

Le gouvernement Legault au printemps dernier parle de soutenir le secteur public et a même avancé la nationalisation des CHSLD privés. Mais il continue à s’entendre avec les cliniques privées et avec les collèges d’enseignement privé. Le privé reste dans le mire du gouvernement et ouvre la porte à une privatisation de pans plus large de services qui resteront au privé après la crise sanitaire.

Voici encore des extraits journalistiques :

-  « Québec veut l’aide du privé pour réduire les listes d’attentes en radiologie » « Québec confiera des scans et des IRM au secteur privé pour accélérer le diagnostic des patients. »
(Isabelle Paré, Le Devoir 18 février 2021 )

-  « Chirurgies bariatriques : de longues négociations avec le privé »

« Alors que le gouvernement se vante d’avoir des ententes avec des cliniques privées, la machine gouvernementale a cependant mis du sable dans l’engrenage. »
« Actuellement, on a 39% des chirurgies qui sont reportées, mais grâce au privé, on a réussi à baisser ça à 27% », avait déclaré François Legault.
Bien que 21 500 chirurgies de toutes sortes aient été réalisées grâce à 22 ententes avec les cliniques privées, la pandémie aura tout de même eu un impact majeur sur les chirurgies bariatriques à Québec. »
(reportage d’Alain Laforest AGENCE QMI Dimanche, 14 février 2021

-  « Legault pour le partage de données médicales aux pharmaceutiques »
...En commission parlementaire la semaine dernière, M. Fitzgibbon avait suscité l’étonnement et l’inquiétude en projetant de monnayer les données médicales confidentielles des particuliers recueillies par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) afin d’attirer ici les investissements des entreprises pharmaceutiques.….

M. Fitzgibbon avait parlé du potentiel de ces données comme étant une véritable « mine d’or ». Il avait laissé entendre qu’il s’agissait d’une stratégie du gouvernement. » Transmission de données médicales de la RAMQ aux pharma : Legault ouvert. La Presse canadienne, publié le 28/08/2020)

-   « Malgré de possibles fraudes, Québec permet à nouveau à des collèges privés de recruter »

Le gouvernement voulait rapidement agir après une série de reportages de Radio-Canada, évoquant un lucratif marché pour de nombreux collèges privés, qui ont massivement recruté des étudiants indiens au cours des dernières années. Le premier ministre Legault avait clamé que cette situation ne « sent pas bon » et avait lancé des enquêtes.

Finalement, devant des menaces de poursuites judiciaires, le MIFI a décidé de revenir en partie sur sa décision. Selon nos informations, ces établissements ciblés par Québec pourront à nouveau accueillir des étudiants étrangers. » (Romain Schué 2021-01-12 )

Dans la Fonction publique, des processus de privatisations de certains secteurs sont en marche. Le Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernent dénonce entre autre cette approche en informatique et maintenant avec la loi sur le patrimoine

« Projet de loi no 69 sur le patrimoine culturel – La pensée magique l’emporte sur le rationnel, juge le SPGQ...  »

« Si la ministre se désole sincèrement des édifices historiques détruits, ou pour lesquels des permis de démolition avaient été délivrés sans qu’il y ait eu de processus sérieux d’analyse de la valeur patrimoniale du bâtiment, qu’attend-elle pour regarnir la Direction générale du patrimoine du MCC dont les effectifs professionnels ont fondu de 80 % en moins de 45 ans, se questionne le SPGQ.

« La ministre Roy semble mal saisir l’importance et l’urgence d’embaucher plus de ressources professionnelles. L’ajout d’expertes et d’experts permettrait d’accroître la capacité d’étudier les demandes de classement, de désignation et d’autorisations de travaux et faire les recommandations nécessaires. L’addition de personnel professionnel permettrait, entre autres, d’élaborer et de mettre en œuvre davantage les plans de conservation pour coordonner l’acquisition de connaissances et la réalisation d’inventaires. Rien dans le PL69 n’est prévu pour que le MCC s’outille mieux pour suffire à la tâche. Prétendre à autant en faisant aussi peu révèle bien la posture affairiste d’un gouvernement qui se soucie davantage de subventionner Amazon plutôt que de protéger notre frêle héritage immobilier », conclut la présidente du SPGQ. » , Diane Lamarre Presse toi à gauche 16 février 2021

La CAQ et son préjugé défavorable aux syndicats

Le résolution de la Covid pour le gouvernement Legault c’estune approche anti-syndicale. Ce dessous de jupon est ressorti encore plus clairement ces dernières semaines. C’est la loi sur la santé sécurité au travail décriée par tout le mouvement syndical. Sous prétexte de mieux protéger le secteur des services sociaux, il accorde un droit de gérance plus grands aux employeurs et brime les droits des travailleuses.

-  « Santé et sécurité au travail : le projet de loi 59 aura des effets sexistes, disent les syndicats »

«  La CSN se mobilise contre la réforme du ministre Jean Boulet. »
(Patrice Bergeron - La Presse canadienne à Québec 21 janvier 2021)

Et alors que plus de 17,000 travailleuses et travailleurs en santé ont été atteint de Covid entre mars et octobre 20 et 4 sont décédés, le gouvernement Legault se permet de proposer un projet de loi en santé sécurité qui n’aidera d’aucune façon la situation de sécurité et de surcharge de tâches dans la santé et encore moins dans l’enseignement. C’est un vrai scandale que les directions syndicales devraient dénoncer.

Et pour conclure

C’est un taux de 100% de satisfaction que les grandes entreprises québécoises peuvent attribuer au gouvernement Legault. Il conduit bien la barque sous couvert de prendre soin de notre monde et de manger local. Il continue à soutenir le privé au détriment de la population en général et des travailleurs et travailleuses en particulier.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...