Édition du 8 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Catastrophe climatique au Texas

Le changement climatique et les politiques des Républicains se sont combinées au Texas ces derniers jours pour produire une catastrophe qui a laissé des millions de personnes sans électricité, sans chauffage et sans eau, la température tombant sous le point de congélation et la neige et la glace recouvrant l’État, faisant au moins 70 morts.

Hebdo L’Anticapitaliste - 557 (25/02/2021)

Par Dan La Botz

Ce froid sévère, rare dans cet État, est un exemple supplémentaires des conditions météorologiques extrêmes, qui se présentent également sous la forme d’inondations et de feux de forêt, que le changement climatique a amenées aux États-Unis.

Une économie dominée par le pétrole et le gaz

Il y a vingt ans, les Républicains ont repris le poste de gouverneur et la majorité des élus du Texas (tant à la Chambre qu’au Sénat), puis ils ont déréglementé et négligé les systèmes énergétiques de l’État, ce qui a conduit à cette catastrophe. Le gouverneur Greg Abbott et d’autres Républicains, dont le parti est alimenté par l’industrie pétrolière et gazière de l’État, a imputé la crise à la défaillance des éoliennes et prévient maintenant que Alexandra Ocasio-Cortez, son « Green New Deal » et les éoliennes vont détruire l’économie de l’État.

Le Texas, près de 25 % plus grand que la France, a une population diversifiée de 29 millions de personnes, 40 % de blancs, 40 % de latinos, 13 % de noirs et 5 % d’asiatiques. L’économie de l’État est dominée par la production de pétrole et de gaz, et le Texas est le plus gros producteur du pays. Les milliardaires pétroliers et financiers texans, dirigés par Midland Energy, ont financé le Parti républicain à la fois dans l’État et au niveau national. La combinaison d’une économie basée sur le pétrole et de la politique du Parti républicain a signifié le déni du changement climatique ainsi que la déréglementation et l’irresponsabilité.

Comment la catastrophe a-t-elle pu arriver ?

Les températures au Texas varient généralement entre 15 et 21°, mais la semaine dernière, après que le vortex polaire a baissé au-dessus des États-Unis, Houston avait des températures de – 8° et Dallas a atteint – 16° le 15 février, les températures les plus basses depuis environ 30 ans. Les systèmes électriques, de chauffage et d’eau sont tombés en panne dans les habitations, les cliniques et les hôpitaux. Les cliniques ne pouvaient pas donner aux patientEs leurs traitements de dialyse, tandis que les tempêtes ont interrompu les vaccinations Covid. Les immenses ranchs et fermes ont perdu des animaux et des récoltes d’une valeur de plusieurs milliards de dollars. À mesure que les conduites d’eau éclataient dans les maisons, de la glace se formait sur les lampes et les ventilateurs des plafonds.

Comment cela a-t-il pu arriver ?

Le Texas est le seul État qui possède son propre réseau électrique ; tous les autres sont reliés aux systèmes d’inter­connexions de l’est et de l’ouest, ce qui leur donne une plus grande capacité à répondre aux variations de la demande énergétique. L’énergie de l’État provient de plusieurs sources : 46 % de gaz naturel, 23 % d’énergie éolienne, 18 % de charbon et 11 % de nucléaire. Face au gel, le réseau électrique de l’État, géré par l’Electric Reliability Council of Texas (ERCOT), a échoué. Les politiciens ont créé et maintenu leur système particulier et son organisme de direction pour échapper à la réglementation fédérale. Le Texas avait été averti en 2011 que son système devait être mis à niveau pour faire face à des températures plus froides, mais ERCOT ne l’a pas fait. Toutes les formes de production d’électricité ont connu des défaillances pour des raisons diverses, les éoliennes en raison de l’incapacité du gouvernement de l’État à les adapter aux conditions hivernales.

Dans la foulée de la crise du covid

En pleine crise, l’un des principaux politiciens républicains du Texas, le sénateur Ted Cruz, s’est envolé avec sa femme et ses enfants pour séjourner dans un hôtel de luxe à Cancún au Mexique. Des voyageurs ont pris des photos de Cruz à l’aéroport et dans l’avion, les ont publiées sur les réseaux sociaux et elles sont devenues virales, ce qui a provoqué un tollé public. Cruz a dû acheter un billet de retour et revenir le lendemain au Texas.

L’échec du système énergétique texan fait suite à la mauvaise gestion du coronavirus par l’État. Depuis le début de la pandémie, le Texas a eu 41 981 morts ; ce qui en fait le deuxième État, après la Californie, parmi le demi-million de décès à l’échelle nationale. Après les fermetures initiales, le gouverneur Abbott a déconfiné l’État et cédé aux chrétiens évangéliques : il a permis aux services religieux de se poursuivre, et bientôt le Texas est devenu le premier État à atteindre un million de cas.

L’échec lamentable du Parti républicain du Texas à faire face à la fois à la pandémie Covid et à la crise énergétique pourrait jeter les bases d’un changement politique qui permettrait aux Démocrates de reprendre le gouvernement de l’État, mais cela ne résoudrait les problèmes que si les démocrates étaient capables de rompre réellement avec les politiques pro-business.

Traduction Henri Wilno

Dan La Botz

L’auteur est un professeur d’université américain et un militant de l’organisation socialiste Solidarity.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...