Édition du 6 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

La Pologne se révolte contre la nouvelle interdiction de l'avortement

Vendredi 24 octobre, la Cour constitutionnelle polonaise a interdit presque tous types d’avortement, dans le cadre d’une offensive catholique conservatrice plus large contre les droits des femmes. Mais la décision a déjà déclenché des grèves et des blocus à travers la Pologne - et les femmes de la classe ouvrière, les moins en mesure de se permettre un avortement clandestin, mènent la révolte.

Tiré du site Quatrième Internationale
6 novembre 2020

Par Ewa Majewska

L’interdiction de l’avortement, introduite en 1993 par le Parlement polonais et confirmée dans la loi par la Cour constitutionnelle en 1997, a été l’un des jalons de la transition de la Pologne du communisme d’État au capitalisme néolibéral.

La loi établie en 1997 autorisait l’avortement dans trois situations : lorsque la grossesse résultait d’un viol, lorsque la vie ou la santé de la femme était gravement menacée, ou lorsque le fœtus risquait une maladie grave ou la mort. Vendredi dernier, une décision de la Cour constitutionnelle a rendu illégale l’interruption de grossesse également dans cette troisième situation.

Étant donné que la majorité des avortements légaux pratiqués en Pologne l’ont été pour cette troisième raison, la décision signifie qu’il n’y aura pratiquement pas d’avortements en Pologne – officiellement. Officieusement, selon l’une des principales organisations féministes du pays, la Fédération des femmes et de la planification familiale, quelque cent mille avortements sont pratiqués chaque année en Pologne.

Diverses organisations en Pologne et à l’étranger aident les femmes polonaises à se faire avorter ou à interrompre leur grossesse. La loi actuelle ne punit pas les femmes pour avoir interrompu leur grossesse - mais, en imposant jusqu’à trois ans d’emprisonnement pour avoir aidé des femmes à interrompre une grossesse, elle met en danger les médecins ainsi que les prestataires de l’aide pharmacologique.

La décision de vendredi dernier a été prise sous le gouvernement conservateur polonais Droit et justice (PiS). Pourtant, toutes les courants politiques ont déjà réussi à trahir les femmes. Il y avait les sociaux-démocrates, qui disposaient de la majorité nécessaire au Parlement pour modifier la loi anti-avortement drastique en 2004, mais qui ont choisi de ne pas le faire, car ils avaient besoin du soutien de l’Église pour l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne. Ou encore les libéraux, qui prétendent que la loi établie en 1997 était un « compromis ».

Ayant maintenu la Pologne dans un état d’anxiété constante face à l’avortement depuis au moins 2016, les conservateurs ont maintenant décidé de pousser plus loin, en recourant à nouveau à la Cour constitutionnelle. Jarosław Kaczyński, le leader du PiS au pouvoir, a déclaré en 2016 que les femmes devraient garder des grossesses à risque et accoucher quoi qu’il arrive, même si le fœtus meurt.
Payer le prix

Comme pour toute chose, l’avortement a aussi sa dimension de classe, divisant fondamentalement la société polonaise entre ceux qui peuvent se le permettre et ceux qui ne le peuvent pas. Cela compte évidemment, que vous viviez dans une région métropolitaine ou dans des régions, où tous les médecins refusent d’interrompre une grossesse à cause de leur « conscience ».

L’un des slogans féministes les plus populaires aujourd’hui dit : « Nous voulons des médecins sans conscience ! » Ces dernières années, le discours libéral du « choix » a été remplacé par celui du « besoin » ; ceci, non pour nier le droit des femmes de choisir, mais pour souligner que la plupart des femmes n’ont pas le choix en matière d’avortement.

Que vous décidiez de le faire en Pologne ou à l’étranger, cela coûte entre 50 et 100% de votre salaire mensuel – en fonction de la ville, de la forme qu’elle prend et de son accessibilité générale. En effet, tous les journaux polonais font de la publicité pour l’avortement – bien que sous le nom de « provoquer la menstruation » ou de « réguler le cycle menstruel ». De nombreux médecins qui refusent deffectuer des arrêts dans les hôpitaux publics, acceptent de pratiquer des avortements dans des cliniques privées. Tout est une question d’argent - et de relations.

Au cours des dernières décennies, « l’état d’exception » a généralement été discuté comme un moyen d’exprimer la condition exceptionnelle des réfugiés et des sans-papiers – le fait d’être en dehors de la loi. La nécropolitique, terme inventé par Achille Mbembe, montre comment la biopolitique néolibérale et mondialisée gouverne le monde contemporain en permettant négligemment d’exposer à la mort des groupes et des populations entiers.

Je crois qu’aujourd’hui, les femmes en Pologne sont un tel groupe, exposées au risque de mort par celles qui prétendent perpétuer l’héritage chrétien dans les institutions publiques polonaises et dans l’Église catholique. La perpétuation du pacte néolibéral des valeurs conservatrices et du marché libéral prend la forme de l’oppression des femmes, au nom des valeurs traditionalistes.
La résistance

Mais partout où il y a contrôle, il y a toujours de la résistance. Et les femmes polonaises ont contesté, sapé et lutté contre l’interdiction de l’avortement depuis le premier jour.

En 1997, environ un million de signatures ont été collectées pour un référendum sur l’avortement. En avril 2016, face aux premiers efforts visant à restreindre davantage l’accès à l’avortement, 100 000 femmes ont immédiatement rejoint des groupes féministes créés ad hoc en ligne. Quelque 150 000 personnes ont défilé dans différentes villes et villages de Pologne dans le cadre de ce qui est bientôt devenu connu sous le nom de « protestations noires », menant à la grève des femmes et finalement à la grève internationale des femmes.

Cette résistance est de nouveau apparente aujourd’hui. Lundi 26 octobre, une trentaine de villes et villages de Pologne ont été bloqués par des voitures, des vélos et des piétons lors de manifestations spontanées en faveur des droits des femmes. La veille, les agriculteurs ont utilisé leurs véhicules pour bloquer les rues de plusieurs petites villes pour protester contre l’interdiction de l’avortement nouvellement établie.

Suite aux premières manifestations du vendredi 23 octobre - jour du jugement - les manifestations se sont étendues des grandes villes aux petites villes et villages du pays. Un décompte approximatif suggère que des manifestations ont eu lieu au moins dans soixante-dix endroits en Pologne, ainsi que dans une vingtaine de villes à l’étranger.

Une grève générale a été déclenchée mercredi et de nombreux lieux de travail ont déjà commencé à déclarer leur soutien à la cause des femmes. Un élément nouveau et très populaire de la manifestation est que les féministes visitent des églises afin de défendre le droit à l’avortement et les droits des femmes. Les militants entrent dans les églises et se tiennent là, tiennent des banderoles et distribuent des tracts. Cela se passe généralement de manière pacifique, sans affrontements violents.

Les manifestations actuelles semblent avoir une ambiance légèrement différente de celles qui ont eu lieu auparavant - maintenant nous sommes fous, pas seulement malheureux, et le slogan principal est un juron, "wypierdalac !", Qui peut se traduire par : « foutez le camp d’ici ! »

S’ils le faisaient, le très désagréable Kaczynski et ses collègues conservateurs pourraient avoir du mal à trouver un autre endroit où aller. Mais les féministes polonaises ont des problèmes plus graves à résoudre.

27 octobre 2020

Source : Jacobin, notre traduction.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...