Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Les leçons des élections générales au Portugal

Les résultats des élections générales du 30 janvier au Portugal, qui ont vu le Parti socialiste (PS) remporter la majorité absolue, ont créé la surprise. Le Portugal sera désormais le seul pays européen dirigé par un gouvernement basé sur la majorité parlementaire absolue d’un seul parti de gauche. Les deux partis situés à sa gauche ont enregistré les plus mauvais résultats de leur histoire.

Le Parti communiste (PCP) a vu sa représentation au Parlement réduite de moitié, à six sièges, et le Bloco de Esquerda ("Bloc de gauche" - BE) n’a obtenu que cinq sièges, contre 19 lors des élections précédentes. Le BE est désormais la cinquième force politique du pays après avoir été la troisième, tandis que le PCP est passé de la quatrième à la sixième place. Les positions précédemment occupées par ces partis ont été occupées par deux forces d’extrême droite : le Chega ("Assez !"), d’inspiration fasciste, une force liée à la famille de l’extrême droite européenne et mondiale, qui s’est hissée au rang de troisième parti politique ; et l’Iniciativa Liberal ("Initiative libérale" - IL), hypernéolibérale, adepte de la ligne dure du darwinisme social et de la survie du plus fort, qui dispose désormais du quatrième plus grand nombre de sièges au Parlement. Les résultats des élections montrent que la gauche de la gauche du Parti socialiste a gaspillé l’opportunité historique qui lui a été offerte en 2015, lorsqu’elle a aidé à construire un arrangement gouvernemental de gauche qui a été connu sous le nom de geringonça ("l’engin"), formé par le PS, le BE et le PCP. Il a contribué à mettre fin à l’austérité néolibérale imposée en 2008 à la suite de la crise financière et à engager le pays dans une reprise économique et sociale modeste mais soutenue. Cet arrangement a commencé à se détériorer en 2020 et s’est effondré à la fin de l’année 2021 lorsque le PCP et le BE ont voté contre le budget de l’état présenté par le gouvernement, précipitant ainsi les élections anticipées du 30 janvier. Après six ans de règne socialiste et deux ans de pandémie, la victoire écrasante du PS est tout à fait remarquable et appelle à la réflexion. Il y a plusieurs leçons à tirer.

Première leçon : les sondeurs ont échoué lamentablement. A la veille des élections, tous les sondages prévoyaient une égalité technique entre le Parti socialiste et le Parti social-démocrate - PSD, le plus grand parti de droite. Le jour suivant, le PS a remporté les élections avec une majorité absolue. Les sondages d’opinion utilisent une logique binaire qui est à la base de la pensée quantitative dominante d’aujourd’hui, qui à son tour est prévalente dans la construction des algorithmes alimentant les plateformes de médias sociaux. Cette logique ne peut pas gérer l’ambiguïté, la complexité, la contradiction, la logique du milieu inclus, sans parler des différentes couches de réalité, d’opinion et d’émotion derrière les décisions de chaque citoyen. Cela est particulièrement vrai dans les situations qui sortent de la normalité de la vie collective. La pandémie a donné lieu à une telle situation. Dans de telles circonstances, les dirigeants politiques seraient bien avisés de rester en contact avec les citoyens et les communautés de manière directe, diversifiée et permanente et d’accumuler des informations qualitatives de proximité plutôt que de se fier à des sondages d’opinion aussi faciles que trompeurs.

Deuxième leçon : en période d’insécurité existentielle comme la nôtre, aggravée par une pandémie, les citoyens ont tendance à faire des évaluations réalistes et prudentes des politiques susceptibles d’apaiser leur insécurité et sont extrêmement craintifs de toute politique susceptible de l’exacerber. Si les politiques sont considérées comme positives, les citoyens opteront inévitablement pour la stabilité. La pandémie a ajouté une nouvelle dimension à la fragilité humaine. Elle a duré suffisamment longtemps pour ne pas être considérée comme un simple incident et elle a surtout touché les personnes âgées - des personnes qui s’étaient habituées à un minimum de protection sociale qui leur a soudain semblé précieux, non pas parce qu’il était suffisant, mais parce qu’il était là alors qu’il manquait tant de choses. Le déséquilibre entre la peur et l’espoir s’est accru de façon exponentielle. Ce déséquilibre en faveur de la peur a donné naissance à deux émotions collectives distinctes : la peur d’une vulnérabilité accrue et le désespoir vécu comme un ressentiment. La première émotion a alimenté le désir de stabilité et a été presque exclusivement appropriée par le parti socialiste. Le Portugal était l’un des pays dont les politiques de santé étaient les plus efficaces dans la lutte contre la pandémie. En outre, dans aucun autre pays, la pandémie n’a été moins politisée, ce dont il faut remercier le gouvernement et l’opposition.

Cette dernière émotion a alimenté le désir d’autoritarisme nécessaire pour changer radicalement "le système" et a été appropriée par l’ultra-droite de deux manières : L’autoritarisme d’État - avec son rappel de la dictature de Salazar, qui a duré jusqu’en 1974 (Chega) ; et l’autoritarisme du capital et du darwinisme social - autrement dit, la survie du plus fort (IL). Il va de soi que, dans ces circonstances, les partis situés à la gauche du Parti socialiste (c’est-à-dire le Parti communiste et le Bloc de gauche), qui avaient soutenu les administrations socialistes depuis 2015, ne pouvaient qu’être du côté de la stabilité, afin de la renforcer et de l’améliorer. Cette stabilité avait déjà été mise en péril fin 2021, lorsqu’ils ont rejeté la proposition de budget pour 2022. Mettre en péril la stabilité même que les citoyens considéraient comme si importante pendant la pandémie a été considéré comme une énorme erreur. Ils n’ont pas compris les signaux envoyés par leurs électeurs parce que leur pensée avant-gardiste les a empêchés de faire une pause et d’écouter les citoyens discuter - dans leurs propres termes - de leurs craintes et de leurs espoirs. C’est pourquoi ils ont été si durement punis par les électeurs.

Il faudra un certain temps avant que ces partis de gauche n’aient une nouvelle chance et il faut espérer qu’ils se souviendront alors de leurs précédents échecs et qu’ils auront appris à ne pas les répéter. Ils auront certainement de nouveaux dirigeants à ce moment-là et, espérons-le, de nouvelles politiques également. Il convient d’établir une distinction entre le BE et le PCP. Leur histoire remonte à loin, à l’époque de la division du mouvement ouvrier entre socialistes et communistes au début du 20e siècle. Le PCP appartient à la faction communiste, tandis que le BE est issu des divergences qui ont surgi en son sein à la suite de la révolution russe de 1917. Ce que les deux partis ont en commun - et qui est de première importance pour comprendre les causes profondes de leur débâcle électorale - est le fait qu’ils considèrent tous deux le parti socialiste comme un parti essentiellement de droite, qui se présente comme étant de gauche, mais qui ne l’est pas en réalité. Ils sont la vraie gauche. Leurs dirigeants ne le diront pas avec autant de mots, mais c’est ce qu’ils pensent. Ils ne peuvent même pas envisager la possibilité que la victoire des socialistes à ces élections soit une victoire de la gauche.

Il y a des raisons historiques pour que le PCP se comporte de la sorte. Les communistes et leur principale base de soutien (le mouvement ouvrier) ont souvent été les victimes des politiques des socialistes, ce qui explique en partie pourquoi le parti pris antisocialiste est largement partagé par les dirigeants, les militants et les sympathisants communistes. Ce sentiment n’est pas partagé par BE. En fait, la relation dans ce cas est un peu plus ambiguë, comme cela a été évident depuis la création du Bloc. Les deux partis, PCP et BE, sont issus d’une tradition de pensée avant-gardiste. Pour eux, lorsque la théorie s’effondre face à la réalité (une débâcle électorale, par exemple), c’est la réalité qui est à blâmer, jamais la théorie. Et n’oublions pas qu’en 2011, ce même mépris de la réalité a conduit le BE à voter contre le programme de stabilité et de croissance présenté au Parlement par le Premier ministre socialiste (José Sócrates), ouvrant ainsi la porte à la droite la plus antisociale que le pays ait jamais connue. Cette fois, le PS d’António Costa a le mérite d’avoir empêché l’émergence d’une geringonça de droite. Malgré cela, la porte est désormais ouverte - et pas qu’un peu - à l’extrême droite.

Le déclin du Parti communiste portugais est structurel dans la mesure où il est directement lié au déclin des syndicats, qui constituent sa base sociale. Le PCP est l’un des seuls partis communistes européens qui ne s’est pas renouvelé après la chute du mur de Berlin, c’est pourquoi il est devenu l’otage de l’évolution de sa base sociale organisée, les syndicats. Leur déclin a entraîné le déclin du parti. En fait, l’incapacité du parti communiste à se renouveler a été l’une des raisons de l’émergence et du succès de BE. Il a embrassé les nouvelles luttes sur les droits reproductifs et l’orientation sexuelle, l’environnement et l’antiracisme. La tragédie de BE a été qu’au lieu d’accentuer ses caractéristiques distinctives, elle les a laissées se diluer. En termes de rhétorique politique, personne ne pouvait vraiment faire la différence entre le Bloc et le PCP pendant cette campagne électorale.

Troisième leçon : on peut supposer que si les mesures de protection sanitaire prises pendant la pandémie sont finalement considérées comme désastreuses pour avoir accru l’insécurité et causé des décès évitables, l’objectif principal des électeurs lors des prochaines élections sera d’évincer le gouvernement jugé responsable et de choisir l’alternative qui a le plus de chances de réussir, même si elle est moins satisfaisante qu’on ne le souhaite. Si le gouvernement en question est un gouvernement de droite ou d’extrême droite, ils pourront voter pour une alternative de droite moins radicale ou pour une alternative de gauche. L’alternative ayant les meilleures chances de succès sortira gagnante. Étant donné que les gauches ont tendance à avoir plus de certitudes idéologiques et plus d’angoisses identitaires, trouver l’unité est toujours plus difficile pour elles que pour la droite. Les forces de droite profiteront des difficultés rencontrées par la coalition des forces de gauche et saisiront l’occasion pour accéder au pouvoir.

Quatrième leçon : en période d’insécurité existentielle accrue, le désespoir et le ressentiment sont des émotions collectives omniprésentes que les marchands de peur excellent à manipuler. Dans le cas du Portugal, outre la majorité absolue du parti socialiste, l’autre fait le plus significatif est la croissance exponentielle de l’extrême droite. Cela suggère qu’au cas où la solution de gauche, aujourd’hui victorieuse, serait défaite à l’avenir, la droite qui la remplacera ne sera pas de type modéré, qui a été dominante jusqu’à présent, mais qu’elle s’opposera de manière agressive et violente aux dissidents et aux groupes qui souffrent déjà d’exclusion et de discrimination. C’est cette même droite que nous voyons aujourd’hui s’afficher dans de nombreux pays, des États-Unis au Brésil, en passant par l’Inde, l’Espagne, l’Italie et la France.

Boaventura de Sousa Santos est professeur de sociologie à l’école d’économie de l’université de Coimbra (Portugal), juriste émérite à la faculté de droit de l’université du Wisconsin-Madison et juriste international à l’université de Warwick.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...