Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique canadienne

Qu'en est-il de la Grande noirceur qui sévit présentement chez Postes Canada ?

Ce texte a été écrit par Alain Duguay, président, STTP, section locale de Montréal.

1. L’implantation de la transformation postale :

Malgré les ratés de ces changements, Postes Canada continue d’implanter la transformation postale sans corriger les problématiques soulevées. Ces changements incluent la livraison du courrier à la noirceur, le changement des heures de début et de fin et la création d’itinéraires qui peuvent demander de travailler jusqu’à 12 heures par jour, en livrant avec des liasses multiples de courrier.

Résultat : Perturbation du service, car certaines pièces de courrier ne sont pas livrées selon le protocole de service qui régit Postes Canada. De plus, les accidents de travail et le taux d’absentéisme ont grandement augmenté.

2. Manque de transparence :

Postes Canada a reçu la pire cote au niveau de la loi d’accès à l’information et cela au cours de deux années consécutives. Avec ses employées et employés, Postes Canada refuse de divulguer l’information nécessaire lors des changements aux effectifs et lors des réorganisations des itinéraires
de factrices et facteurs.

3. Manque d’effectif :

Pour une question financière, Postes Canada a refusé d’embaucher ce qui a pour effet, encore une fois, de ne pas respecter le protocole de service et ainsi, la population ne reçoit pas le service auquel elle a droit. Les travailleuses et les travailleurs se voient forcés d’effectuer du surtemps obligatoire dans d’autres itinéraires que le leur, sous les menaces de mesures disciplinaires.

4. Travail de jour :

Le nombre d’emplois de jour a grandement diminué pour faire place à beaucoup plus d’affectations de nuit et de fin de semaine. Pour ce qui est de la conciliation travail-famille, à Postes Canada, on ne connait pas cela !

5. Horaires minimums :

Depuis le dernier conflit de travail (lock-out décrété par l’employeur suivi d’une loi spéciale anti­ travailleurs du gouvernement Harper), l’employeur a augmenté considérablement le nombre d’affectations de travail à temps partiel d’une durée maximale de 20 heures et moins. Certaines
affectations sont de 13 heures et 1/3, échelonnées sur 5 jours.

Comment faire vivre sa famille avec une telle affectation ?

6. Privatisation des comptoirs postaux :

Postes Canada procède actuellement à de nombreuses fermetures de comptoirs postaux en appliquant la politique de l’étranglement de ses comptoirs postaux publics ; elle ouvre aux alentours des comptoirs franchisés et par la suite, ferme les comptoirs publics. Cette façon de procéder diminue grandement les services à la population, en plus de créer une précarité d’emploi. Le Québec est l’endroit le plus ciblé par ces fermetures ; c’est ainsi qu’en 2011, 53% des fermetures et réductions d’heures représentées par l’Association canadienne des maîtres de postes et adjoints ont eu lieu au Québec et depuis 2012, 30 comptoirs ont été ou sont sur le point d’être fermés au Canada, dont 16 au Québec et 10 dans la grande région de Montréal. Harper et Postes Canada en veulent-ils à la population du Québec ?

7. Livraison de colis et de produits spéciaux :

Le manque d’effectif et la façon d’implanter les nouveaux itinéraires font en sorte que Postes Canada ne peut absorber l’augmentation de ses produits (35% plus de colis en décembre 2012 comparé à décembre 2011)

Résultat : Le service à la population s’en trouve encore une fois grandement réduit.

Comme vous pouvez le constater, il sévit présentement une Grande noirceur chez Postes Canada et pourtant, la société d’état possède les infrastructures et le personnel dévoué et professionnel qui pourrait être un chef de file de la livraison du courrier.

Nous enjoignons donc Postes Canada à revoir ses façons de faire et ainsi, à offrir à la population du Québec et du Canada ce service qu’elles sont en droit de recevoir, car ce sont ces mêmes populations qui sont les vraies propriétaires de Postes Canada.

Non ça ne prenait pas une lumière pour penser à tous ces changements.

Alain Duguay
Président, STTP -Section locale de Montréal AD/mhg sepb-S74

Alain Duguay

président section montréal du STTP

Sur le même thème : Politique canadienne

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...