Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Se rebeller contre les frontières, l’exploitation et la violence en Europe

Les perspectives sur la vie des femmes en Europe aujourd’hui sont difficiles. Il ne suffit pas de parler de la vie des femmes en général : nous devons parler de celles qui sont violées par le système hétéropatriarcal, raciste et capitaliste. Parler des personnes déplacées, des victimes des guerres, des soignantes, des collectifs LGBTQI+.

Tiré de Entre les lignes et les mots

Publié le 25 janvier 2022

Le contexte de confusion et d’appauvrissement des conditions de vie dû à la situation pandémique a principalement affecté les secteurs de travail féminisé, tels que le secteur des services et des soins. Dans ces secteurs, non seulement les conditions de travail étaient précaires, mais des milliers de femmes ont également perdu leur emploi.

En Europe, les meurtres dus à la violence sexiste continuent d’être l’une des causes de décès des femmes, où les agressions contre les personnes LGBTQI + sont également fréquentes. L’année dernière, les meurtres et les agressions de personnes causés par l’homophobie et la transphobie ont parfois été encouragés par certains gouvernements. En Turquie, en juin dernier, lors du défilé de la Gay Pride, le gouvernement Recep Tayyip Erdoğan n’a pas autorisé la manifestation et a ordonné à la police de tirer des gaz lacrymogènes sur les manifestants.

« Nous savons que l’Europe vit de l’exploitation du Sud : non seulement du pillage de territoires à des milliers de kilomètres, mais aussi de l’exploitation des personnes migrantes – leur travail, leur force et leur vie. »

Les personnes migrantes qui ont été forcées de quitter leurs pays sont vulnérables en raison des politiques frontalières et migratoires – beaucoup d’entre elles perdent même la vie pendant la migration. En mer Méditerranée, au cours des 20 dernières années, 36 000 personnes sont mortes en essayant de rejoindre l’Europe.

Les politiques migratoires font des personnes migrantes des victimes d’autres formes de violence, telles que la criminalisation, l’exploitation du travail, la discrimination dans l’accès à des droits tels que le logement. La population migrante est employée dans des secteurs de travail que la population autochtone évite, tels que l’agriculture et les soins. Ce sont des secteurs essentiels au maintien de la vie, mais ils ne sont ni reconnus ni valorisés.

Les travailleurs migrants et les travailleuses migrantes luttent pour obtenir des conditions de travail décentes. Dans l’État espagnol, les luttes des travailleuses rurales Diaristes de Huelva sont connues [Journaliers de Huelva]. Elles souffrent et dénoncent les abus du travail. Il convient également de noter la lutte des associations de travailleuses domestiques et d’aides-soignantes, qui se battent pour l’éradication du travail domestique dans lequel la travailleuse dort au lieu de travail et pour la reconnaissance du travail de soins.

La situation en Europe est préoccupante non seulement parce que de nombreux dirigeants sont de droite. La prise de conscience critique est plus difficile face à la force des discours populistes, conservateurs et fondamentalistes qui se transforment en comportements racistes, homophobes et sexistes, et légitiment la violence des institutions.

L’agenda de luttes de la Marche Mondiale des Femmes

Lors de la dernière rencontre européenne de la Marche Mondiale des Femmes, nous avons parlé de la nécessité de renforcer l’anticapitalisme dans le mouvement féministe. Nous soulignons que notre participation n’a pas la même force et l’engagement lorsque nous dénonçons le patriarcat que lorsque nous dénonçons le capitalisme. C’est pourquoi nous devons approfondir l’idée que le capitalisme, l’hétéropatriarcat et le racisme vont de pair et qu’ils doivent être confrontés de manière intégrale.

Nous estimons également nécessaire de continuer à dénoncer les politiques migratoires meurtrières et le nouveau Pacte européen sur la migration et l’asile. C’est pourquoi, cette année, la Marche européenne lance une campagne de pétition féministe en faveur de l’asile pour les femmes, les filles et la population LGBTQI+. Cette action va de pair avec un travail radical pour l’élimination des frontières.

Le débat qui a eu lieu lors de la réunion sur la nécessité de réfléchir à la Marche sur l’Union européenne en tant que structure était très important. Nous voulons construire une vision politique de ce qu’est notre projet collectif pour l’Europe en tant qu’alternative à ce qu’est l’Union européenne aujourd’hui. Certaines de nos coordinations nationales ont conclu que l’Union européenne n’est pas l’Europe que nous voulons en tant que mouvement.

Au cours de cette année qui commence, la tâche du mouvement féministe est de continuer à construire un féminisme dont la lutte n’est pas seulement contre le système hétéropatriarcal, mais aussi de travailler pour que notre féminisme continue de se rebeller contre toutes les injustices générées par ce système.

Les représentantes de l’Europe au Comité International de la Marche Mondiale des Femmes sont Marianna Fernandes, Marcela de la Peña et moi ; trois personnes migrantes. Dans mon cas, et je pense que c’est aussi le cas de mes compagnes, je considérer que le féminisme pour lequel nous nous battons doit se rebeller contre toute la violence que l’Europe exerce à travers ses politiques frontalières et migratoires et contre le pouvoir des entreprises. Les sociétés transnationales basées dans cette région sont soutenues par les États européens et opèrent sur nos territoires d’origine, pillant les ressources, polluant la nature, exploitant la population.

Nous devons continuer à nommer les noms de famille du féminisme de la Marche Mondiale des Femmes. Répéter que nous sommes un mouvement féministe anticapitaliste, antiraciste et anticolonialiste, et que nous continuerons à y travailler. L’une des stratégies que nous jugeons nécessaires dans notre organisation régionale est la création d’écoles de formation politique féministe.

Nous voulons également positionner nos dates clés dans le calendrier féministe plus large, comme le 24 avril, pour mobiliser la solidarité féministe contre les sociétés transnationales et les industries mortelles du textile, des frontières, de l’alimentation, des médicaments et de l’extractivisme.

La réflexion et la mobilisation qui ont lieu dans les actions internationales de la Marche Mondiale des Femmes tous les cinq ans, sont importantes pour notre mouvement. Mais entre cinq et cinq ans, cette force diminue. Nous savons qu’il n’est pas facile de la maintenir, encore moins maintenant dans un contexte de pandémie, où les possibilités de rencontre sont limitées.

Nous avons un défi en tant que mouvement, qui est de croître en nombre de membres et d’activités, et d’avoir plus de coordinations nationales qui rejoignent le projet de la Marche Mondiale des Femmes. Il est essentiel que les coordinations nationales s’articulent davantage avec les collectifs des jeunes générations et avec les collectifs de féministes et de femmes migrantes, de personnes racialisées et LGBTQI+. Que ce soient des coordinations fortes et actives qui favorisent la mobilisation de la population.

L’organisation régionale est un défi à plusieurs niveaux, y compris linguistique. Le dialogue entre les coordinations nationales nécessite le soutien de collègues interprètes, et son articulation est également un défi opérationnel.

L’internationalisme de la Marche nous donne l’occasion de connecter les luttes tant au niveau territorial qu’au niveau des questions thématiques. Cela nous renforce en tant que mouvement : d’une part, nous pouvons connaître et mettre en dialogue les résistances qui se tissent dans les différentes régions contre le pouvoir hégémonique ; et, d’autre part, cela facilite l’articulation des luttes, générant et renforçant des alliances avec des mouvements sociaux qui agissent sous les mêmes horizons de lutte.

Luciana Alfaro Lavado

Luciana Alfaro Lavado vit au Pays Basque (Euskal Herria) et est membre du Comité International de la Marche Mondiale des Femmes pour la région de l’Europe.

Edité par Helena Zelic

Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves

Langue originale : espagnol

https://capiremov.org/fr/analyse/se-rebeller-contre-les-frontieres-lexploitation-et-la-violence-en-europe/

Adresse e-mail :

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...