Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le Monde

Symptômes morbides et nécrologies prématurées : l'empire américain

La mondialisation, à laquelle nous sommes confrontés comme une fatalité, avait un tout autre aspect dans la première moitié du XXe siècle. À cette époque, face aux horreurs des deux guerres mondiales et à effondrement du commerce libre pendant la Grande Dépression, un capitalisme mondial semblait une impossibilité.

22 novembre 2022 | The Bullet

Il incombait à l’État américain, soutenu par le dynamisme de l’industrie et de la finance américaines, de créer et de diffuser un ordre mondial capitaliste viable. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, un tiers environ de la planète se tenait en dehors du capitalisme ou, dans le cas d’un certain nombre de mouvements de libération, cherchait à en sortir. À la fin du XXe siècle, la liste des pays en dehors du capitalisme se limitait à Cuba et à la Corée du Nord.

Après ce succès capitaliste, le pays qui l’avait orchestré est aujourd’hui enlisé dans une décadence sociale et démocratique morbide. Les E-U sont aujourd’hui un bourbier de gouvernement dysfonctionnel et de frustrations populaires purulentes et polarisées, ce qui suscite l’affirmation par bien des gens à gauche que l’empire dirigé par les Américain.e.s est à bout de souffle.

Vivons-nous vraiment le déclin imminent de l’empire américain ? La première section de cet article examine cette affirmation en élaborant sur la nature de l’ordre mondial d’après-guerre et sur le rapport entre les contradictions sociales domestiques des E-U et la persistance de leur leadership mondial.

Les deux sections suivantes abordent, respectivement, les fondements économiques persistants du leadership américain, alors même qu’il trébuche sensiblement, et le prétendu défi chinois à la domination américaine. La section finale se tourne vers quelques implications politiques de l’argument avancé ici.

1. L’ordre mondial d’après-guerre

Le capitalisme mondial ne découlait pas mécaniquement de la « logique » du capitalisme ; c’était un résultat contingent qui devait être fait. L’État américain était au cœur de sa fabrication, et son prétendu déclin serait maintenant au cœur de sa déconstruction.

Marx et Engels portent en partie la responsabilité d’avoir considéré la mondialisation comme inscrite dans les gènes du capitalisme. Lorsque le capitalisme en était encore à ses balbutiements, ils ont souligné la poussée structurelle du capital pour « se nicher partout, s’installer partout, établir des connexions partout ». Aussi prémonitoire que cela puisse paraître, cela a laissé de côté un facteur des plus cruciaux : le rôle des États et les forces sociales qui les influencent.

Insérer les États dans l’analyse rend problématiques les attentes quant à un fonctionnement sans heurt du capitalisme mondial. Car cela ouvre la porte à la politisation de la concurrence pour les marchés et les profits. Chaque État étant partisan de ses propres capitalistes et du particularisme nationaliste de sa main-d’œuvre, les conflits étaient endémiques à la mondialisation du capitalisme. Ajoutez le fait d’un développement économique inégal – certains États en ressortent plus forts, d’autres plus faibles – et alors la perspective de conflits et de rivalités est omniprésente.

Alors que la Seconde Guerre mondiale touchait à sa fin et que la possibilité même d’un capitalisme mondial stable semblait une chimère, l’État américain - tirant les leçons de l’histoire catastrophique récente du capitalisme et dans le contexte de sa position unique à la fin de cette guerre - a jeté les bases d’un nouveau type d’impérialisme.

Les empires territoriaux devaient, en général, être supprimés et remplacés par un empire universel d’États formellement souverains, ouverts aux capitaux et au commerce de tous les pays et de plus en plus interdépendants. L’état de droit, essentiellement orienté vers la préservation et l’extension des droits de propriété privée et la règle des marchés libéralisés, devaient régir l’allocation du travail, des ressources et du capital.

Chaque État devait être responsable de créer les conditions d’une accumulation globalisée sur son propre territoire, y compris l’égalité de traitement du capital étranger et du capital national.

Il incombait à l’État américain – avec ses capacités économiques, financières, administratives et militaires particulières – d’agir en tant qu’État mondial par procuration pour la fabrication et la surveillance de cette totalité. L’intervention militaire n’a pas disparu, mais elle se distingue désormais du passé en ce que son rôle n’est pas principalement de piller et d’exploiter par la force. Au contraire, et tout comme le fonctionnement modal « volontaire » du capitalisme au niveau national, le rôle de l’armée était de préserver/élargir les conditions permettant à un monde marchandisé et fondé sur des règles de s’occuper de ses activités.

Dans ce monde d’États souverains, un État – l’État américain – était plus souverain que les autres. Cette autonomie particulière est une condition essentielle pour pouvoir agir dans l’intérêt de l’ensemble. D’autres États ont accepté, non sans tensions périodiques, l’importance fonctionnelle d’accepter la reproduction du rôle de leadership des États-Unis en tant qu’« État indispensable ». La finance, bien qu’étendant ses ailes à l’échelle mondiale, est restée enracinée aux États-Unis. Cela a fourni à la finance les privilèges qui découlaient de son ancrage dans le dollar américain, du cadre réglementaire fourni par la Réserve fédérale et le Trésor, de l’aide élémentaire de la Fed pendant les crises financières (la Fed venant au fil du temps à agir efficacement comme centrale mondiale banque).

Pour le capital dans son ensemble, le rôle de soutien de l’État américain pour ouvrir la voie à l’entrée à l’étranger et pour protéger le capitalisme partout contre les menaces populistes était essentiel.

Bien que cet ordre mondial comprenait des institutions internationales qui facilitaient l’expansion et l’approfondissement du capitalisme mondial et géraient les différends entre États, le fondement de leur autorité provenait des États individuels. La légitimation de l’ordre mondial ne se faisait pas non plus par des institutions extérieures, mais par la responsabilité de chaque État qui portait le message que participer au capitalisme mondial et accepter sa discipline prévoyait un avenir de réussite économique nationale.

Que ces promesses de prospérité partagée se soient généralement évanouies pour les classes travailleuses était inséparable des pressions concurrentielles exercées sur les États pour donner la priorité à l’accumulation de capital sur les besoins sociaux. Aux États-Unis, cela a créé des tensions supplémentaires parce que, si les avantages de l’empire bénéficiaient au capital américain, les charges fiscales et commerciales de la surveillance du capitalisme retombaient en grande partie sur la classe ouvrière (par exemple, le détournement des dépenses de l’État des programmes sociaux vers l’armée et le mouvement d’emplois à l’étranger). Cela a posé la question saisissante, exploitée par Trump : si les États-Unis étaient la puissance dominante dans le monde, pourquoi alors ses travailleurs et travailleuses n’obtenaient-ils et elles pas une plus grande part des bénéfices ?

Dans la mesure où le profond malaise de la société américaine était considéré comme la preuve d’un malaise impérial, une grande partie de la gauche applaudissait ses apparents échecs. Après tout, si la puissance américaine est une force répressive, son affaiblissement doit être une bonne chose. Pourtant, en l’absence d’une gauche efficace, mettre en évidence le déclinisme est au moins aussi susceptible de conduire à une baisse des attentes qu’à une réaction plus progressiste ou radicale. Cela peut, par exemple, conduire à soutenir le renforcement des entreprises américaines pour les rendre plus compétitives, avec le corollaire que les travailleurs et les travailleuses doivent accepter la modération.

Pour de nombreux travailleurs, nombreuses travailleuses s’efforçant à survivre et sans alternatives ou contre-pouvoirs clairs, le retour à un passé récent qu’ils et elles critiquaient autrefois semblait, face à la nouvelle tourmente de leur vie, pas si mal et même acceptable. Ou, comme dans le cas du le trumpisme, les frustrations pourraient être capturées par l’extrême droite, même si leurs recettes nationalistes sont simplistes et incapables de résoudre leurs problèmes. (Malgré toutes les promesses de Trump de ramener des emplois en augmentant les tarifs sur la Chine, le résultat ultime de ses actions a été que la Chine a ouvert davantage ses marchés aux entreprises américaines financières et de haute technologie, tandis que les emplois manufacturiers dans le Midwest américain continuaient de languir.)

Ce qui est plus – et encore une fois, ceci est influencé par l’absence d’une gauche forte – l’empire américain ne repose pas sur la satisfaction des besoins sociaux, mais sur sa capacité matérielle à favoriser l’expansion rentable du capital.

À moins que les déceptions sociales ne conduisent à une remise en cause des structures économiques et politiques du capitalisme et n’imposent des limites à leur fonctionnement, alors le capitalisme – même un capitalisme très laid – peut continuer.

II : Le leadership américain

Évaluer la base matérielle de l’Amérique est une question finalement empirique. Mais l’aborder en termes économiques étroits ne nous mènera pas très loin. Les « faits » économiques sont rarement isolés. De même, désigner des incidents répétés de crises, comme signes avant-coureurs d’un effondrement impérial plus profond, comporte ses propres ambiguïtés.

La question n’est pas de savoir si des perturbations se produisent - la création d’un capitalisme mondial est un processus historique complexe et inégal, avec des nids de poule inévitables - mais plutôt de savoir si, une fois qu’une « mer de troubles » fait surface, l’État américain a la capacité de réagir pour les contenir et y mettre fin - une capacité dont il a fait preuve dans l’histoire récente.

Les États-Unis ont enregistré des déficits commerciaux chaque année depuis 1976. Cela s’est chevauché avec la perte de pans importants de leur base manufacturière. Cela ne suggère-t-il une accumulation de faiblesses impériales ?

Pas nécessairement. Un indicateur particulier – tel que des déficits commerciaux récurrents – peut avoir des implications différentes pour les États selon leur position dans l’ensemble hiérarchique.

Pour tous les États autres que celui des États-Unis, les déficits commerciaux répétés entraînent des pressions pour des contre-mesures douloureuses. Cependant, pour un État extraordinaire comme l’Américain, les pressions sont modérées. Il peut, confortablement et sur de longues périodes, importer plus qu’il n’exporte et financer le déficit à partir des fonds que les investisseurs étrangers placent avec empressement sur les marchés financiers américains. Ainsi, plutôt que d’être des indicateurs d’échec économique, les déficits commerciaux américains sont en fait des indicateurs de la force américaine. Les déficits commerciaux américains pérennes mettent en évidence l’accès privilégié de l’Amérique à l’accès à la main-d’œuvre mondiale et à l’épargne mondiale.

Il est indéniable que les déficits ont accompagné la dévastation de pans importants de l’industrie manufacturière américaine. Mais ceci est quelque peu nuancé, si nous mesurons ces tendances dans le calcul (capitaliste) des valeurs en dollars, plutôt que des emplois. La production industrielle américaine a augmenté de 64% au cours des 25 dernières années, même en tenant compte de l’inflation (la croissance est plus lente ces dernières années, mais persiste néanmoins). Et les bénéfices nominaux des sociétés non financières, qui se sont effondrés pendant la crise financière de 2008-2009, se sont redressés et, en 2011, se situaient à 86 % au-dessus de leur sommet d’avant la crise en 2006.

Ce qui est beaucoup plus important, cependant, c’est que même si un grand nombre d’usines américaines ont fermé, des expansions et de nouvelles industries ont vu le jour dans d’autres secteurs et régions des États-Unis. Cette restructuration qualitative des affaires américaines était orientée vers les biens et services qui se trouvaient au sommet stratégique de la pyramide économique mondiale : biens et plateformes de haute technologie (Apple, Google, Big Pharma) ; les réseaux de distribution massive (Amazon, Walmart) ; et les services aux entreprises qui servent le capital à travers le monde (ingénierie, juridique, comptabilité, publicité, conseil et, bien sûr, finance).

Pour ceux et celles qui ont perdu leur emploi, cela n’offrait que peu ou pas de compensation ; pour la reproduction de la puissance économique américaine, il était essentiel.

Un facteur décisif dans l’évaluation du déclin américain a été la flexibilité et la créativité de l’État américain en répondant aux crises répétées. Prenons la crise des années 1970. Les importants investissements américains à l’étranger, les énormes dépenses militaires à l’étranger et les déficits d’importation croissants ont envoyé beaucoup plus de dollars américains à l’étranger qu’il n’en a été renvoyé. Cela a créé une surabondance de dollars à l’étranger qui a conduit à l’effondrement des accords de Bretton Woods de l’après-guerre. Le résultat de cette crise a cependant été une dépendance internationale accrue vis-à-vis du dollar américain, laissant aux États-Unis une marge de manœuvre encore plus grande dans leur activité internationale.

Au milieu des années 1970, les États-Unis étaient confrontés à la stagflation : inflation + chômage. Après une décennie d’angoisse sociale et de solutions ratées, l’État américain a remanié son mode d’accumulation : la finance a été libéralisée, la mondialisation s’est accélérée, et le mouvement ouvrier largement écrasé. La restructuration qui a suivi a renforcé le dollar, restauré les bénéfices, et les États-Unis ont retrouvé leur stature mondiale.

La Grande Crise Financière de 2008-2009 a été la plus profonde et la plus menaçante depuis la Grande Dépression. Avec ses origines aux États-Unis même, il a semblé discréditer la « finance de cow-boy » américaine, signaler la fin du néolibéralisme et même menacer la survie du capitalisme.

Ce qui a sauvé le système financier américain et mondial était l’intervention sans précédent de l’État américain, la Réserve fédérale agissant essentiellement comme la banque centrale mondiale. Les États-Unis sont revenus au statu quo et l’épargne étrangère a accéléré son passage à la sécurité des marchés financiers américains, soutenue par l’État.

Le poids croissant de la finance dans l’économie américaine a lui-même été largement interprété comme un indicateur convaincant du déclin industriel. Mais la finance américaine a fait partie intégrante de l’avancée économique, plutôt que d’en détournér (comprendre cela aide à expliquer l’acquiescement du capital industriel à la « financiarisation », sinon son soutien actif).

La finance facilite l’accélération de la mondialisation en fournissant une assurance contre les fluctuations des taux de change. Sa fluidité accélère la réallocation des capitaux vers les secteurs les plus porteurs et vers de nouvelles entreprises. Elle renforce des mesures plus « rationnelles » pour les décisions d’investissement internes des entreprises. Et malgré toutes les instabilités que la finance apporte, elle fournit également un soutien macroéconomique à l’économie, par le biais de la dette.

A travers tout cela, la finance discipline plus rigoureusement et intègre les classes populaires aux priorités de l’accumulation du capital.

III : Le défi chinois

La Chine – avec sa population de 1,3 milliard d’habitant.e.s, sa production manufacturière et ses exportations au premier rang, ses capacités technologiques en développement impressionnant, et son ascension en tant que puissance militaire – se présente comme la seule alternative crédible à la domination américaine.

Depuis au moins une décennie maintenant, la Chine parle de la réduction de sa dépendance vis-à-vis du dollar américain, ce qui est interprété par bien des gens comme le signal d’une atteinte cruciale à l’influence mondiale du dollar. Pourtant, dans les années qui ont suivi la crise financière de 2008-2009, la Chine a en fait doublé ses achats de bons du Trésor américain et elle a été au coude à coude avec le Japon en tant que première acheteure de ce type. (Le Royaume-Uni se classe troisième, à environ 40 % en dessous de la Chine).

Comme pour le Japon, les avoirs de la Chine en dollars américains sont en partie destinés à maintenir plus basse sa propre devise et donc ses exportations plus compétitives. En partie, ils visent par prudence à limiter les réactions protectionnistes américaines.

Et la Chine n’a pas non plus été en mesure d’inverser la composition de ses réserves de de devises étrangères détenues par les banques centrales. Près de 60% de ces avoirs sont en dollars américains ; l’euro se classe deuxième à un peu plus de 20%, suivi de la livre et du yen à environ 6% chacun. Le renminbi traîne à 3% (seulement légèrement au-dessus du dollar canadien). Notez que le rôle accru de l’euro, loin devant le RMB, s’est produit avec peu ou pas de menace pour le dollar américain et a même contribué à stabiliser le rôle du dollar, en agissant comme une monnaie complémentaire. (Voir l’accent accent convaincant que John Grahl met sur la mesure dans laquelle l’euro est ancré au dollar et dépend du dollar et de la Fed américaine.)

Quant à l’utilisation du dollar dans les transactions internationales (réserves officielles de devises, opérations de change, instruments de dette en devises, dépôts transfrontaliers et prêts transfrontaliers), un indice construit par la Federal Reserve démontre la dominance claire du dollar des États-Unis et la stabilité de cette domination. Bien que le renminbi ait considérablement augmenté en termes de pourcentage, il reste globalement un acteur très secondaire, bien en dessous non seulement de l’euro, mais même de la livre et du yen.

Rien de tout cela ne nie l’importance de l’importance de la Chine pour influencer les modulations de la trajectoire du capitalisme mondial et pour ajouter des tensions à la géopolitique mondiale. Le fait est plutôt que la Chine n’a pas la capacité – ni l’intérêt – de contester fondamentalement le rôle du dollar américain et, par conséquent, le leadership impérial américain. Ce n’est pas seulement une question de temps pour y arriver – c’est structurel.

Pour émerger en tant que monnaie mondiale de premier plan, les marchés financiers d’un État doivent non seulement être profonds, liquides et sophistiqués, mais aussi suffisamment libéralisés pour surmonter la crainte d’interventions étatiques arbitraires et de menaces aux droits de propriété privée. C’est quelque chose que le Parti communiste chinois (PCC) n’envisagera pas : le maintien d’un contrôle central sur la finance est un fondement de son contrôle sur l’économie et de sa légitimation conséquente.

Plus fondamentalement, ceux et celles dont l’analyse est guidée par le mantra de la rivalité inter-impériale ont tendance à supposer, à tort, que l’intérêt stratégique et les ambitions de la Chine résident dans le remplacement des États-Unis. La principale préoccupation de la Chine, cependant, reste « l’accumulation primitive » et la modernisation économique – les fondements de sa transition d’une société paysanne et la légitimation du régime. Ses moyens choisis ont été son intégration, dans une mesure sans précédent historique, dans un capitalisme mondial supervisé par les États-Unis.

Dans ce cadre, la Chine cherche à être reconnue et respectée en tant qu’acteur mondial majeur avec une prétention légitime à élever son statut au sein de la hiérarchie des États capitalistes. Le renversement du rôle de l’Amérique et la prise en charge des charges substantielles de l’empire ne sont pas, du moins dans un avenir proche, son objectif stratégique.

Dans cet esprit, la Chine n’a pas défié l’autorité impériale de l’Amérique. Elle appelle plutôt les États-Unis à agir comme une puissance impériale « responsable », plutôt que comme une puissance impériale qui, profitant de son rôle particulier, bafoue arbitrairement les règles comme bon lui semble (comme surtout Trump a prétendu faire, mais comme les démocrates font aussi périodiquement).

Ici aussi, ce ne sont pas seulement les contradictions de l’Empire américain qui comptent, mais aussi celles de la Chine. Les récents succès de la Chine ne peuvent être projetés cavalièrement dans le futur. Sa croissance sera freinée par des limites environnementales. Des divisions régionales et intra-classes sont apparues dans les débats autour du développement tourné vers l’extérieur ou vers l’intérieur. Et les expansions de la Chine à l’étranger ne sont pas toujours accueillies avec gratitude.

Mais ce qui importe le plus, ce sont les tendances de la formation de classes, qui sont obscurcies par l’idéologie officielle, qui met l’accent sur la base productive, comme une condition essentielle pour se préparer au socialisme. Le modèle de développement de la Chine a créé une classe capitaliste puissante avec des liens internationaux et une certaine autonomie par rapport au PCC et à l’État. Les menaces constantes de contenir ces oligarques, de redistribuer leurs richesses et de mettre fin à leur corruption restent jusqu’à présent largement performatives.

Dans le même temps, l’extrême dépendance de la Chine vis-à-vis de la concurrence mondiale a imposé des normes et des pressions nationales qui sapent les conditions de travail et les priorités sociales. Bien que le niveau de vie ait considérablement augmenté en ce qui concerne la consommation individuelle, les frustrations concernant le logement, les soins de santé et autres avantages sociaux, et une réforme démocratique restent de sérieux points sensibles populaires. D’une plus grande importance, et en contraste avec le développement d’une classe capitaliste, les tendances à former une classe ouvrière indépendante et cohérente sont régulièrement réprimés.

IV : Affronter le capital et le capitalisme

Parmi les problèmes complexes que l’invasion de l’Ukraine par la Russie soulève pour la gauche mondiale, deux sont les plus importants pour cet article. Assiste-t-on à un regain de rivalité inter-impériale ? Et qu’est-ce que la guerre indique par rapport au déclin de la domination américaine ?

L’invasion par la Russie d’un pays formellement souverain était un acte impérialiste. Mais si l’invasion a contesté l’étendue de la domination unipolaire américaine, elle n’a pas posé de défi au fait de l’empire américain.

La Russie a la capacité d’agir indépendamment de l’empire américain, mais elle est loin d’avoir la capacité de contempler la rivalité inter-impériale dans le sens traditionnel, c’est -à-dire poser l’objectif de remplacer le pouvoir impérial existant.

La Chine – dont le développement continue de dépendre de son intégration dans le capitalisme mondial dirigé par les États-Unis – n’est pas non plus prête à rejoindre la Russie dans un bloc au pouvoir pour entreprendre un tel projet.

Quant au déclin américain, bien que l’invasion de la Russie ait montré les limites de la puissance américaine, elle a également démontré l’emprise que les États-Unis continuent d’avoir sur leurs alliés, qui sont peut-être nerveux, mais jusqu’ici obéissants. Il a également montré la gamme et l’ampleur étonnantes des sanctions que les E-U peuvent mobiliser pour compléter leur puissance militaire, et la portée unique de leur machine de propagande.

Et pourtant, cela inclut aussi des contradictions du pouvoir américain qui se jouent encore. Celles-ci incluent les obstacles à une participation directe avec les troupes terrestres de l’OTAN, les contrecoups des sanctions, qui nuisent autant à « l’Occident » qu’à la Russie, et la réticence d’une grande partie du Sud à approuver le rôle des États-Unis en Ukraine. Ceci est une réaction – qui reflète des leçons historiques durement apprises – au cynisme des États-Unis qui portent désormais le manteau du défenseur de la souveraineté des États. Et cela est renforcé par la crainte bien fondée dans une grande partie du monde en développement que si ces États expriment eux-mêmes leur propre souveraineté et « sortent de la ligne », ils seront eux aussi confrontés à la puissance et à la portée démontrées des sanctions américaines.

Le point principal ici pour la gauche est que nous ne devons pas nous appuyer sur la rivalité inter-impérialiste ou sur le déclinisme pour faire le grand travail pour nous. Les divisions et les conflits entre États capitalistes (dont la Russie fait partie) ne sont pas l’endroit où nous devons nous attendre à trouver de nouvelles ouvertures politiques pour la gauche. Comme souligné précédemment, en l’absence d’une gauche nationale forte, si une rivalité inter-impérialiste intense devait éclater, elle ne fonctionnerait pas nécessairement, ni même probablement, à notre avantage. Elle pourrait tout aussi bien apporter le chaos et ajouter aux dangers du nationalisme et de la guerre nucléaire. Il en va de même pour les tendances négatives de la force économique américaine. Cela peut générer des contre-réponses pour corriger une telle trajectoire par des attaques intensifiées contre la classe ouvrière.

Pour l’instant, la réponse de Mark Twain en découvrant sa nécrologie dans un journal peut trouver un écho ici : les déclarations de la mort de l’Empire américain ont été « largement exagérées ». Tant que la classe ouvrière américaine accepte son sort et laisse à l’État américain le temps et l’espace politique nécessaires pour faire face à ses problèmes, l’Empire américain peut trébucher et s’échouer, mais il continuera.

Nous ne pouvons pas remettre en cause la trajectoire impériale des dépenses militaires, du libre-échange, des mouvements de capitaux et de l’asservissement aux priorités des entreprises à moins d’affronter également la question pratique du découplage du capitalisme mondial et de sa discipline, tout en continuant, pour le moment, à vivre sous
le capitalisme.

Cela nous dirige vers mettre plus d’accent sur le développement interne, sur la démocratisation de la finance et l’allocation du surplus social, sur l’expansion de la propriété publique et sur la planification démocratique - c’est-à-dire sur la création d’espaces au sein du capitalisme qui défient intrinsèquement la logique capitaliste, comme la lutte systématique pour la conversion environnementale, l’expansion des services publics, la démocratisation de l’État et la propagation de la syndicalisation - en même temps que le renouvellement du syndicalisme.

Il y a ici une leçon ici qui donne à réfléchir à partir des conclusions auxquelles les élites capitalistes sont arrivées dans la crise des années 1970 et qui définissent encore le moment présent : il ne suffit pas de se débrouiller. Pour le capital et l’État, cette crise antérieure avait renforcé la compréhension qu’il était devenu nécessaire d’approfondir drastiquement plutôt que de seulement « réguler » le capitalisme.

En revanche, le mouvement ouvrier n’a jamais compris cette réalité d’options polarisées. Cet échec définit maintenant la crise sans fin du mouvement ouvrier. Le capital a depuis longtemps cessé d’offrir un terrain d’entente. Les structures capitalistes – enfermées dans la survie concurrentielle – ne peuvent pas l’offrir.

Notre seule véritable option est de construire les forces sociales qui peuvent réaliser un changement radical.

Il est tentant de combattre l’internationalisation capitaliste en lui opposant un internationalisme ouvrier. Des actes spécifiques de solidarité internationale sont bien sûr possibles et une sensibilité internationaliste est primordiale. Mais nous ne pouvons pas agir concrètement sur la scène internationale sans être forts chez nous.

Si nous ne pouvons pas construire une véritable solidarité de classe chez nous, il est illusoire de penser que nous pouvons sauter cette étape et la construire au-delà des frontières.

Comme le dit si clairement le Manifeste du Parti Communiste : « Bien que non sur le fond, mais sur la forme, la lutte du prolétariat avec la bourgeoisie est d’abord une lutte nationale. Le prolétariat de chaque pays doit, bien sûr, régler d’abord les affaires avec sa propre bourgeoisie. »

Sam Gindin a été directeur de recherche du syndicat des Travailleurs, travailleuses canadien.ne.s de l’automobile de 1974 à 2000. Il est co-auteur (avec Leo Panitch) de The Making of Global Capitalism (Verso), et co-auteur avec Leo Panitch et Steve Maher de The Socialist Challenge Today, l’édition américaine augmentée et mise à jour (Haymarket).

Sam Gindin

Chargé de cours à l’Université York,
Membre du Socialist Projet,
Ancien assistant au Président des TCA

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le Monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...