Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

510 millions $ de plus pour la fonction publique - Tentative insuffisante pour faire taire la grogne, estime le SPGQ

QUÉBEC, le 6 nov. 2015 - Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) s’interroge sur la stratégie du gouvernement qui dit vouloir ajouter 510 millions $ aux négociations avec les employés de la fonction publique. Le SPGQ condamne la manœuvre du gouvernement qui veut faire croire à une bonification de son offre salariale, alors qu’il s’agit d’un vieux dossier qui traîne visant à corriger des incohérences dans les échelles salariales.

« Le gouvernement propose au front commun de revoir la relativité salariale. En modifiant les échelles salariales, le gouvernement paierait davantage certains employés de l’État alors que d’autres verraient leur salaire diminuer. Quelque 35 000 employés de l’État subiraient des pertes de salaire ! Dans un tel contexte, comment améliorer ou conserver l’expertise au sein de l’appareil gouvernemental ? », s’interroge le président du SPGQ, Richard Perron.

Selon le SPGQ, corriger les incohérences dans les échelles salariales est, en soi, une bonne idée. Cependant, conserver les mêmes paramètres pour les augmentations de salaire au cours des prochaines années est une insulte.

Le Conseil du trésor ne fait que modifier légèrement ses demandes initiales aux employés de l’État dans le dossier du gel salarial. Il propose maintenant un gel d’un an, assorti d’une faible augmentation de 1 % par an pendant 3 ans. Aucune augmentation ne serait offerte pour la cinquième année de l’entente. Bref, l’offre reste la même !

Le Conseil du trésor propose de moduler l’âge normal de la retraite. Celle-ci passerait à 61 ans le 1er janvier 2017 et à 62 ans le 1er janvier 2019. La cible de 62 ans était prévue pour 2017 dans les premières offres du gouvernement. Les pénalités pour les prises de retraite anticipée passeront de 4 % à 7,2 % par année, comme le proposait déjà la partie patronale.

« Pourquoi s’attaquer à notre régime de retraite alors qu’il est en pleine santé ? L’approche reste idéologique et déconnectée de la réalité. En fait, le gouvernement ne fait qu’offrir d’étaler ses demandes inacceptables en prétendant négocier de bonne foi », conclut Richard Perron.

Le SPGQ poursuit ses négociations avec le gouvernement, ce qui inclut les discussions entourant la relativité salariale. Cependant, faute d’entente, le SPGQ pourrait se prévaloir de la grève dès le 18 novembre prochain.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...