Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

En finir avec la loi 124 qui plafonne les salaires des travailleurs et travailleuses du secteur public de l’Ontario

La loi 124 des conservateurs de l’Ontario, qui plafonne les augmentassions de salaires des travailleurs du secteur public à 1 % (à quelques exceptions notables près), a été adopté en 2019 dans le cadre d’une attaque de droite contre les droits des travailleurs. À l’époque, les conservateurs de Ford justifiaient le projet de loi 124 comme étant nécessaire pour régler le déficit. Comme les années suivantes l’ont montré, la crise du déficit de 2018-2019 a été fabriquée comme un moyen pour les conservateurs d’attaquer les services publics et de faire reculer les droits des travailleurs.

22 août 2022 | tiré de spring.ca
https://springmag.ca/break-the-back-of-bill-124

Du recul des salaires à la privatisation

Le projet de loi 124 n’a jamais été populaire dans le secteur public, mais il est devenu de plus en plus méprisé par les travailleurs du secteur public au cours de la pandémie. Les travailleurs du secteur de la santé et les travailleurs de l’éducation qui ont été considérés comme des héros au plus fort de la pandémie ont vu leur salaire plafonné à 1% par an, ce qui est en fait une réduction de salaire. Compte tenu de la nature sexospécifique de ces emplois, le projet de loi 124 est une attaque contre les travailleuses.

La hausse de l’inflation, qui dépasse maintenant les 8 % d’une année à l’autre, la plus élevée depuis des décennies, est pour beaucoup la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Les travailleurs et travailleuses du secteur hospitalier et les éducateurs qui ont travaillé pendant des années de compressions et de pandémie voient leurs revenus réels être considérablement récupérés par le gouvernement.

En réponse aux pressions de la pandémie et de la modération salariale, les infirmières et autres travailleurs de la santé ont démissionné en masse. Cela a entraîné des pénuries de personnel et une crise des soins de santé dans la province – certains hôpitaux réduisant leurs services, y compris les urgences et les unités de soins intensifs. Le gouvernement a refusé d’abroger le projet de loi 124, affirmant qu’il n’est pas la source du problème. Au lieu de cela, il a apporté une prime unique de 5 000 $ aux infirmières, s’est engagé à embaucher plus d’infirmières et utilise la crise actuelle pour pousser à la privatisation des services de santé.

Contrairement à l’idéologie de droite de Ford qui prétend réduire les coûts, son programme de privatisation augmente les coûts, car les hôpitaux dépensent maintenant des millions en agences d’intérim pour compenser la pénurie de personnel créée par la suppression des salaires. Comme l’a récemment tweeté Birgit Umaigba, infirmière en soins intensifs et défenseure du travail décent, « Au lieu de conserver l’argent durement gagné des contribuables, le gouvernement conservateur dépense des millions pour des agences privées tout en maintenant le projet de loi 124 (une loi de suppression des salaires) en place pour chasser les infirmières / PSSP de notre système de santé financé par l’État. »

L’inflation et la lutte pour des salaires plus élevés

La hausse de l’inflation a incité les travailleurs et travailleuses à agir partout au Canada, le nombre de grèves et de travailleurs impliqués dans des grèves devant être parmi les plus élevés des deux dernières décennies. La grande majorité de ces grèves ont lieu dans le secteur privé. Mais les travailleurs-euses du secteur public ressentent également le pincement.

Cet été, les travailleurs de l’éducation du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario (OSBCU) du SCFP ont entamé leur négociation pour exiger une augmentation salariale annuelle de 11,7 %, soit une augmentation annuelle de 3,25 $ par année sur quatre ans. Cette position de négociation va à l’encontre des diktats du projet de loi 124. Le gouvernement a répliqué en offrant une augmentation dérisoire de 2% par an pour les travailleurs de l’éducation gagnant moins de 40 000 dollars par an (et de 1,25% pour ceux gagnant plus de 40 000 dollars par an). Le compteur du gouvernement est insultant et équivaut à une réduction salariale effective de 9 à 11% sur quatre ans. Au cours de la dernière décennie, les salaires des travailleurs de l’éducation en Ontario ont été réduits en termes réels de plus de 11 % en raison du gel des salaires prévu par la loi et des restrictions sur les augmentations salariales.

Mais ce qui est important dans le compteur du gouvernement, c’est qu’il va lui-même au-delà du cadre du projet de loi 124, offrant des salaires supérieurs à 1%. L’inflation élevée et soutenue a rendu politiquement intenable pour les conservateurs de défendre le plafonnement des salaires des travailleurs du secteur public à 1 % alors que l’inflation est de 8 %. Et vous pouvez déjà voir la position du gouvernement flétrir sur les bords.

Briser le projet de loi 124

Alors que le projet de loi 124 doit expirer pour certains travailleurs en mars 2023 (le projet de loi prévoit une période de modération de trois ans pour les employés représentés qui entre en vigueur le lendemain de l’expiration d’une convention collective en vigueur le 5 juin 2019), certains dirigeants syndicaux sont tentés de laisser la loi glisser tranquillement dans la nuit. La stratégie consiste à ne pas provoquer d’attaques gouvernementales. Cette stratégie ne fonctionnera pas et peut profondément démoraliser les travailleurs en abaissant les attentes. Il passe également à côté de la façon dont la crise du coût de la vie crée des ouvertures pour faire pression en faveur de salaires plus élevés. Tous les travailleurs, tant du secteur privé que du secteur public, qu’ils soient syndiqués ou non syndiqués, comprennent la nécessité de suivre la hausse du coût de la vie. En ce qui concerne le projet de loi 124, les Conservateurs peuvent éluder, bloquer et créer des exceptions, mais ils ne peuvent pas le défendre.

Il y a une opportunité de créer une crise chez les Conservateurs dès le début de leur deuxième mandat. Il serait sage de ne pas utiliser cette occasion. Si les syndicats présentent des revendications agressives pour les salaires dans le secteur public, cela forcera le gouvernement dans une position dans laquelle il ne veut pas être. Il déplacera l’aiguille, comme la position OBSCU l’a déjà fait.

Il y a une crise du coût de la vie qui se produit actuellement dans la province. La direction que prendra cette crise dépendra de la façon dont les syndicats et la classe ouvrière au sens large aideront à façonner une alternative. Alors que l’économie est sur le point de ralentir (et que l’inflation devrait ralentir), les banques, les grandes entreprises et le gouvernement blâmeront les travailleurs pour la crise et chercheront à nouveau à freiner les dépenses du secteur public. En 2023, nous pourrions être en récession et l’inflation pourrait reculer un peu, ce qui signifie qu’il serait plus difficile de se battre pour des salaires plus élevés.

Les syndicats ont l’occasion de mettre les Conservateurs en difficulté et de briser la loi 124. Cela peut unir les travailleurs de tous les secteurs et repousser le programme de privatisations plus large. Le moment est venu de renforcer la confiance des travailleurs et des travailleuses pour affronter les conservateurs et lutter pour des salaires plus élevés.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...