Édition du 27 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Forum Social Mondial

Forum social thématique : Crise capitaliste, justice sociale et environnementale

Dans la préparation du Sommet des Peuples de Rio +20, un Forum Social Thématique se tenait à Porto Alegre et dans sa Zone métropolitaine du 24 au 29 janvier 2012.

2011-11-28, Numéro 215
http://pambazuka.org/fr/category/Announce/78292

Autour du thème « Crise capitaliste, Justice sociale et environnementale », ce rendez-vous est présenté comme « le point de convergence de l’expression indignée des peuples indigènes et des mouvements antisystèmes de toutes origines, qui veulent trouver une solution pour la crise, pour poser des limites à ceux qui ont le pouvoir et à faire campagne dans le monde entier à cette fin ».

« Occupy Wall Street » gagne les Etats Unis. Mouvements de protestation et mobilisations indigènes suscitent une profonde fermentation dans la région andine propice aux orages. Des pays connus pour leur stabilité sociale voient s’intensifier des mouvements populaires. Le 15 octobre, on comptait plus d’un millier de manifestations dans les villes de quatre-vingt deux pays. L’indignation suscitée par les inégalités et les injustices sociales constitue le symbole commun de ces mouvements qui défient le « système » et les « pouvoirs », en affrontant leur puissance destructrice et la passivité des décennies néolibérales.

Les politiques d’austérité laissent entrevoir un surcroît de misère et poussent les jeunes à se mobiliser pour leur avenir. Sur tous les continents, des secteurs jadis apathiques voient se mettre en mouvement une protestation à l’adresse du pouvoir qui est pacifique, démocratique, pluraliste, unitaire et autonome !



Après trois décennies de mondialisation néolibérale, ces mouvements surgissent en réponse aux besoins et aux aspirations qui en découlent. Les mobilisations sont porteuses de valeurs telles que l’empathie pour la souffrance des autres, la solidarité, la défense de l’égalité, la justice, la reconnaissance de la diversité, la suprématie contestable des lois du marché sur la vie, l’importance de la nature – toutes ces idées sont essentielles pour la reconstruction urgente d’un nouveau monde qui est possible !



Un seul message : Nous devons réinventer le monde. Or, les pouvoirs établis ne semblent pas proposer de vraie réponse. Les Nations Unies (ONU) ne s’intéressent pas à la crise environnementale et les grandes puissances sont en train de précipiter l’humanité dans un scénario catastrophique. La chosification de la vie et le détournement d’une part toujours plus importante de la biomasse de la terre imposent une pression destructrice croissante sur les différents écosystèmes et amoindrissent rapidement la biodiversité.

La crise sociale qui s’approfondit dans les économies centrales, l’indignation qui se manifeste contre les inégalités croissantes ne trouvent d’autre réponse de la part des gouvernements et des multinationales que dans les privatisations et la défense des privilèges. La montée de l’exploitation des sols, l’achat des terres va continuer à apporter de l’eau aux luttes de résistances pour la défense de la nature, des biens communs, des styles de vie. Par ailleurs on voit s’accroître le nombre de gens qui pensent qu’on ne peut pas trouver de parade à ces menaces qui pèsent sur la réponse globale à un système dont la crise affecte toute l’humanité. Il s’agit en fait de défendre les 99% de gens contre le 1% d’entre eux qui veut profiter de la crise sur le dos des autres. Nous devons réinventer le monde.



Le temps est venu pour sauver à la fois l’alter-mondialisme et le Forum Social Mondial. Nous avons lancé, en 2009 à Belém, la recherche d’alternatifs au développementalisme et au consumérisme qui s’enracineraient dans le socio-environnemental. Or, les luttes sociales sont à la fois oxygénées et renouvelées par le mouvement qui recherche autonomie et contrôle du pouvoir dans le monde arabe et les vastes expressions de colère devant le capitalisme financier et les corporations en Europe et aux Etats Unis. Si un autre monde était possible, fondé sur la convergence des volontés politiques, alors sa quête susciterait un idéal, une identité, une vision future communes.

Porto Alegre et la Zone métropolitaine en 2012 constitueraient le point de convergence de l’expression indignée des peuples indigènes et des mouvements antisystèmes de toute origine qui veulent trouver une solution pour la crise, pour poser des limites à ceux qui ont le pouvoir et à faire campagne dans le monde entier à cette fin. Cela ne se réalisera que si nous pouvons formuler et transmettre un modèle alternatif de société, nous accorder sur un vocabulaire commun pour traduire les exigences d’un grand nombre de gens.

En reprenant ce thème, le Forum Social Thématique sera à même d’élaborer une réflexion et un programme stratégiques. Présentés au Rio +20, en mai et juin 2012, ceux-ci attireront les foules vers Rio de Janeiro.

Cette perspective nous invite tous, hommes et femmes, à participer au Forum Social Thématique – Crise capitaliste, Justice sociale et environnemental à Porto Alegre et dans sa Zone métropolitaine du 24 au 29 janvier 2012.



Il s’agira d’un forum qui se conçoit comme différent. En créant des groupes thématiques on pourra ainsi tenir compte de la multiplicité des expériences et des apports des divers acteurs sociaux portant sur les larges thèmes qui mobiliseront les acteurs des divers mouvements. C’est ainsi que l’on envisage des groupes thématiques portant sur un programme de durabilité et de justice sociale et environnementale. Il est prévu le recours systématique aux débats sur forums électroniques, tout en ouvrant la participation aux personnes parlant différentes langues pour élargir ainsi le public concerné. Les groupes thématiques se retrouveront à Porto Alegre pour une entrée en matière systématisée des thèmes les premiers jours (25 et 26 janvier 2012).

Par la suite, les jours suivants (27 et 28 janvier 2012), on articulera les divers débats entre eux selon quatre axes :



a) éthique et philosophique : subjectivité, domination et émancipation ;

b) droits humains, peuples, territoires et défense de la Terre Mère ;

c) production, distribution et consommation, l’accès à la richesse, aux biens communs et aux économies en transition ;

d) les sujets politiques, l’architecture du pouvoir et la démocratie.

Le Comité organisateur (GRAP et le comité local) et les animateurs des groupes assureront la marche des travaux.

Les décisions collectives joueront un grand rôle dans l’organisation comme dans l’évolution future des Forums sociaux thématiques qui fera l’objet d’un forum consacré au développement méthodologique. D’autres initiatives faciliteront cette élaboration collective, tels la table-ronde sur le climat et la systématisation des indicateurs.

Sur le même thème : Forum Social Mondial

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...