Édition du 15 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le jeu de l’indépendance

A lors que des centaines de milliers de Québécois et Québécoises avons à coeur de se donner un pays d’ici quelques années et que les astres semblent de nouveau s’enligner dans la bonne direction nous assistons de la part des dirigeants des partis indépendantistes à un grand jeu de stratégie où ils risquent encore une fois de s’embourber et de décourager tout le monde.

Tant au Parti Québécois qu’à Québec Solidaire c’est le festival des double message. Un journée le Parti Québécois laisse entendre qu’il veut coaliser tous les partis indépendantistes et une autre journée il laisse entendre que les autres doivent ‘’ revenir de l’exil ‘’, se saborder pour s’unir sous sa bannière. Le PQ n’a semble-t’il pas encore fait son lit sur la question. Du côté de Québec Solidaire un journée on laisse entendre un journée que l’on est prêt au dialogue et une autre journée on laisse entendre qu’il n’est pas question de coalition électorale mais qu’on se parlera sans doute avant le référendum, sans doute une stratégie pour éviter les déchirements qui viendront tôt ou tard au sein du parti.
Et ainsi de suite...

Alors que l’on joue à ce jeu avec notre avenir collectif peut-être jusqu’à la veille de la prochain élection, alors que les égos des partis et de leur chefs semblent plus gros que la cause, alors que le temps avance, ce serait plutôt le temps de faire preuve d’humilité, de parler dès maintenant de coalition électorale pour assurer la prise du pouvoir en 2018 par les forces indépendantistes et d’un gouvernement coalition pour préparer le prochain référendum mais personne ne met sur la table ce genre de proposition concrète tellement on est occupé à tirer la couverte de son bord et à essayer de préserver l’unité de ‘’ son parti ‘’. Avec l’approche proposée personne n’aurait besoin de faire des contorsions et tout le monde y trouverait son compte. On perdrait moins de temps et on pourrait se mettre tous ensemble le plus tôt possible pour aller à la rencontre des Québécois et des Québécoises et leur parler d’indépendance en faisant du porte à porte, des réunions de cuisine, en distribuant des tracts dans les lieux publics, en ayant une présence dans les médias etc. Nous n’avons pas trop de trois ans pour réaliser ce travail gigantesque qui n’a pas été fait depuis 20 ans. Nous donnerions ainsi l’impression de gens unis pour construire un pays malgré nos divergences plutôt que d’un groupe immature et divisé qui a tout son temps devant lui.

Cette piètre démonstration de la place de l’intérêt collectif de la part des partis politiques nous renvoie à l’importance que nous le peuple reprenions en main l’initiative de la lutte pour l’indépendance à travers un mouvement citoyen unitaire et avec la participation de tous les groupes indépendantistes qui ne sont pas inféodés aux partis politiques. Quand ce mouvement sera devenu puissant et incontournable alors les partis politiques n’auront d’autre choix que de se rallier et d’emboîter le pas. De grâce n’attendons pas d’eux qu’ils prennent l’initiative car nous risquons d’attendre trop longtemps et de passer à côté de notre rêve. Passons nous-mêmes à l’action.

Yves Chartrand

Yves Chartrand

Intervenant social
Montréal

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...