Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Mines

MOINS DE 15 JOURS AVANT LE CONGÉ DES FÊTES - LA COALITION QUÉBEC MEILLEURE MINE ! INQUIÈTE

Québec, mardi 4 décembre 2012. Moins de 15 jours avant le congé des fêtes, la coalition Québec meilleure mine ! s’inquiète de plus en plus face à l’inaction du gouvernement Marois en matière d’encadrement des mines et des ressources naturelles. « Nous demandons au gouvernement Marois de corriger rapidement le tir et de respecter son engagement d’agir dans les 100 premiers jours de son mandat en ce qui a trait au dépôt d’une nouvelle Loi sur les mines et de l’adoption de mesures urgentes pour protéger la santé, l’environnement et la qualité de vie de citoyens présentement affectés par des projets miniers un peu partout au Québec », affirme Ugo Lapointe, porte-parole de la coalition Québec meilleure mine !

« Nous sommes d’autant plus inquiets que les mines continuent de prendre de l’expansion sur le territoire, alors que le récent budget Marceau ne prévoit aucun changement aux redevances minières, ni de nouvelles mesures de contrôle des projets, ni de resserrement des garanties financières exigibles pour la restauration des sites miniers aux frais des entreprises et non des Québécois. Le départ du ministre Breton nous inquiète également puisque ce dernier affichait une volonté d’assurer un développement minier plus respectueux des communautés et de l’environnement », ajoute Christian Simard, directeur général de Nature Québec et porte-parole de Québec meilleure mine !

« Sept-Îles, Fermont, Mistissini, Malartic, Évain, Saint-Camille, St-Honoré, Grande-Vallée, Gaspé, et j’en passe... Voilà autant de communautés qui vivent actuellement des situations difficiles et qui subissent des impacts négatifs en raison du manque de contrôle et de l’inefficacité du cadre réglementaire des mines au Québec. Le gouvernement Marois, pour lequel plusieurs de ces citoyens ont voté, s’est pourtant engagé à agir dans les 100 premiers jours de son mandat pour corriger la situation. Nous attendons toujours des résultats, alors que l’impatience des gens se fait de plus en plus vive. Le gouvernement Marois semble s’être beaucoup arrêté aux inquiétudes de l’industrie minière, mais ne semble pas aussi sensible au désarroi et à la détresse des citoyens aux prises avec des projets miniers », précise Me Nicole Kirouac, avocate et personne-ressource du Comité de vigilance de Malartic.

Mesures urgentes pour les 100 premiers jours
Lors des dernières élections, le Parti québécois s’est engagé à adopter des mesures dites « urgentes » permettant d’exiger une évaluation environnementale et des consultations publiques pour toute nouvelle mine, ainsi que 100 % de garanties financières pour assurer la restauration des sites miniers, dont la dette publique atteint aujourd’hui près de 1,2 milliard de dollars, en hausse de 400 % depuis 2009. Le Parti québécois s’est aussi engagé à mieux protéger les citoyens affectés par des projets miniers en leur garantissant une forme d’accompagnement juridique et en allouant davantage de ressources pour le contrôle et le suivi des impacts des projets sur leur santé et leur qualité de vie. « Ce sont là des mesures que le Parti libéral appuyait en tout ou en partie et qui pourraient être adoptées rapidement par voie de décret ou de modifications réglementaires, même par un gouvernement minoritaire », déclare Ugo Lapointe.

SVP, pas de « petite politique »
« Après trois ans de débats, deux projets de loi avortés, deux commissions parlementaires et deux rapports du Vérificateur général, le statu quo ne peut plus durer. Nous réitérons au gouvernement et aux partis d’opposition l’urgence d’agir rapidement et de ne surtout pas faire de « petite politique » sur le dos de l’environnement et des citoyens qui vivent des difficultés réelles », de conclure Henri Jacob, président de l’Action boréale.

Rappelons que toutes les régions minières ont voté pour le Parti québécois lors des dernières élections, notamment pour ses engagements en matière de réformes minières. Voir également le sondage suivant.


UN SONDAGE DONNE RAISON À QUÉBEC MEILLEURE MINE !

Soumis par QMM le 27 février, 2012 - 12:10

Montréal, dimanche 26 février 2012. « Un récent sondage de Léger Marketing sur les mines confirme la pertinence de tout le travail que nous faisons depuis maintenant quatre ans » affirme Ugo Lapointe de la coalition Québec meilleure mine ! Selon le sondage, autant les Abitibiens que la population du reste du Québec jugent qu’il faut en faire plus en matière de redevances, de protection de l’environnement et du respect des citoyens. « C’est encourageant. Ça confirme que notre travail est fondamental et que nous avons l’appui de la population, même dans les régions minières où les lobbies miniers sont les plus actifs » précise Ugo Lapointe.

Redevances, environnement et droits des citoyens : on doit faire plus !
Réalisé du 17 au 19 février derniers pour le compte du Journal de Montréal et auprès de quelques 600 répondants, dont une bonne proportion en Abitibi-Témiscamingue, le sondage révèle les constats suivants :
 59% de la population du Québec juge « insuffisantes » les redevances actuelles, une proportion qui bondit à 73% en Abitibi-Témiscamingue ;
 71% de la population du Québec, dont 72% en Abitibi-Témiscamingue, est « favorable » à ce que les municipalités puissent accepter ou refuser des projets miniers sur leurs territoires ;
 71% de la population du Québec est préoccupée par les impacts de l’industrie sur l’environnement et sur la santé, et plus de 60% des Abitibiens et Québécois jugent « insuffisantes » les mesures de protection environnementale actuelles.

Remplir les fosses à ciel ouvert
L’une des surprises de ce sondage concerne les fosses à ciel ouvert. Plus de 80% de la population de l’Abitibi-Témiscamingue et du Québec juge nécessaire que les fosses à ciel ouvert soient remplies une fois l’exploitation terminée. Cette proportion demeure pratiquement la même chez les répondants, même si on leur indique que le remblaiement des fosses pourrait compromette la viabilité économique du projet. « Ça fait 3 ans qu’on demande un véritable débat public sur cette question en Abitibi-Témiscamingue et nos élus se refusent de le faire. Espérons que cette fois-ci ils comprendront le message que la population leur envoie ! » lance Henri Jacob de l’Action-boréale de l’Abitibi-Témisamingue.

Debout, nos élus !

« Finalement, par ce sondage, un nombre grandissant de la population envoie un message clair à nos élus : tenez-vous debout devant les lobbies miniers ! Tenez-vous debout devant les menaces et les campagnes de peur ! Encore une fois, on le répète, oui au développement minier, mais pas n’importe comment et pas à n’importe quel prix ! Et surtout pas au sacrifice des droits des citoyens et au droit à leur qualité de vie », renchérit Me Nicole Kirouac du Comité de vigilance de Malartic en Abitbi-Témiscamingue.

La coalition Québec meilleure mine ! demande depuis 2008 à ce que l’encadrement du secteur minier soit complètement revu au Québec afin que la société puisse en tirer davantage aux plans économique, environnemental et social. Pour plus de détails concernant les positions et les solutions proposées par Québec meilleure mine !, consultez note site Internet :www.quebecmeilleuremine.or

Sur le même thème : Mines

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...