Édition du 20 octobre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

International - opinion

Moraliser le capitalisme, M. Sarkozy ?

Vous êtes de ceux qui ont leur mot à dire sur la manière de gouverner. Mais à l’évidence, nous apprenons tous les jours aux nouvelles que nous le sommes par de beaux parleurs. Ils n’ont d’habiletés que pour prononcer, devant des journalistes pour la plupart complices, des discours élaborés par des spécialistes des relations publiques qui visent à nous convaincre que le capitalisme a un avenir.

Seuls et nus, sans tous leurs appareils idéologiques et politiques, ils ne pourraient que manifester une impuissance crasse à réguler ce capitalisme. Le contrôle et la « régulation », ils les ont mis à mal depuis des années par des mesures néolibérales. Pourquoi y reviendraient-ils ?

Sans leurs larbins, ils seraient mis au pied du mur d’avouer comment le système s’est écroulé et qu’il est impossible à maîtriser dans son aspect fondamental : l’accumulation à un pôle de la société du contrôle sur toutes les richesses, et les pouvoirs qu’elles leur accordent, pour maintenir leur ascendant au niveau international. Voilà résumé à lui seul l’image rendue publique par le sommet de Davos.

Une hiérarchie mondiale, avec ses composantes toute nationale, est érigée, sous forme de système planétaire militarisé. Elle garantit à une minorité les privilèges les plus abjectes alors qu’une majorité d’être humains, paysans ou salariés pour la plupart, sont condamnés à un appauvrissement durable qui leur interdit d’ors et déjà l’accès au potentiel énorme de production dont le système est capable.

Moralisée, cette hiérarchie se couvrirait d’un cache-sexe qui viendrait bien un jour ou l’autre à la dévoiler telle qu’elle est : une arnaque dont la population a hâte de se débarrasser au point où les craintes d’une révolte massive généralisée pousse les militaires, étasuniens entre autres, à s’équiper contre les insurrections présentes et futures en abandonnant les supers armes nucléaires pour des drones et autres gadgets sophistiqués plus souples. Jusqu’à ce jour c’est l’OTAN qui a servi à consolider cette pyramide mondiale dont les fissures semblent de plus en plus difficiles à colmater.

Guy Roy

l’auteur est membre du collectif PCQ de Québec solidaire à Lévis.

Sur le même thème : International - opinion

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...