Édition du 11 juin 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Iran. « Au sein de la communauté artistique, un débat est ouvert sur les modalités d’action face au gouvernement »

Comme tous les galeristes, Orkideh Daroodi a fermé les portes de sa galerie à Téhéran en octobre 2022 afin de montrer son soutien aux manifestations pro-démocratiques qui s’intensifiaient.

Tiré d’Europe solidaire sans frontière.

Sa décision de rouvrir six semaines plus tard pour une exposition de trois artistes féminines a déclenché une réaction immédiate, avec des jets de peinture rouge sur la façade de la galerie.

« On m’a accusé de normaliser la situation en Iran », a déclaré Orkideh Daroodi, 40 ans, propriétaire de O Gallery, l’un des principaux lieux d’art visuel du pays. « Mais nos vies ne sont pas devenues normales et aucun de nous n’est le même qu’avant », a-t-elle poursuivi. « Comment quelqu’un peut-il aider le mouvement de protestation en ne travaillant pas ? Si nous choisissons de fermer nos portes dans le secteur privé, et de rester dans nos maisons et nos studios, nous ne faisons que nous isoler davantage. »

***

La communauté artistique iranienne reste divisée sur la manière de permettre le mouvement pro-démocratie et de s’engager avec l’establishment du pays. Le régime ne montre aucun signe de compromis avec le mouvement qui a éclaté il y a cinq mois à la suite de la mort en détention de Mahsa (Jina) Amini, une jeune femme détenue pour ne pas avoir suivi correctement le code vestimentaire islamique. Ont immédiatement suivi certaines des manifestations antigouvernementales les plus importantes et les plus durables depuis l’arrivée au pouvoir du régime islamique iranien en 1979. L’opposition exige le remplacement de la théocratie par une administration laïque. Selon Amnesty International, plus de 300 manifestants ont été tués, dont 44 enfants. Quatre des manifestants ont également été exécutés.

Des vedettes de cinéma, des musiciens, des artistes et des héros sportifs ont apporté leur soutien aux protestations, alors que l’opposition manquait d’organisation et de leadership.

Le mouvement de protestation s’est maintenant atténué et un débat intense a lieu au sein de la collectivité artistique pour savoir s’il faut poursuivre la campagne de désobéissance civile en maintenant les lieux publics fermés et en refusant de participer aux manifestations, ou s’il faut reprendre le travail.

Si les restaurants, les magasins, les cinémas et les théâtres sont restés ouverts pour la plupart, les spectacles ont largement cessé. Dans le même temps, de nouvelles formes d’expression sont apparues, notamment une scène artistique protestataire florissante sous forme de musique, de vidéos et de dessins animés. « Même la peinture rouge sur O Gallery était en soi de l’art, parce que l’art d’aujourd’hui est un art de rue et de protestation, pas un art à l’intérieur des galeries », a déclaré une personne qui a exposé à O Gallery.

***

Orkideh Daroodi, qui est également consciente des coûts de fonctionnement de ses locaux, a déclaré qu’elle pensait que sa décision de rouvrir était justifiée. Elle déclare : « La galerie telle que nous la connaissions auparavant n’existe plus et les artistes deviennent plus créatifs. Les discussions ont changé – comme si la galerie s’était transformée en un nouveau refuge pour les artistes. C’est l’atmosphère qui compte maintenant, pas nécessairement ce qui est accroché aux murs. Pourquoi devrions-nous nous priver des quelques espaces privés sécurisés qui restent pour se réunir et parler d’art et de tout le reste ? » D’autres lieux devraient commencer à organiser des expositions après les vacances du Nouvel An perse en mars, bien qu’un galeriste ait dit qu’il craignait que les manifestants ne causent des perturbations. « La plupart des artistes nous disent tranquillement de rouvrir, mais ils ne sont pas encore sûrs de vouloir organiser des expositions individuelles », nous a-t-elle déclaré.

***

Le Festival du film Fajr, organisé par l’Etat, est le dernier événement artistique à susciter la controverse. Ce festival, qui se tient chaque année au début du mois de février pour marquer la révolution islamique, était autrefois considéré comme une plateforme crédible, malgré son affiliation à l’état.

Mais, cette année, les autorités ont eu du mal à maintenir leur légitimité. Certains artistes et réalisateurs de premier plan se sont prononcés en faveur d’un boycott. Alireza Motamedi, réalisateur de Won’t You Cry, l’un des films iraniens les plus marquants de l’année dernière, a également exprimé son mécontentement quant à la décision des producteurs du film de participer.

Kiumars Pourahmad, un réalisateur iranien renommé, a déclaré que le festival n’avait « aucune valeur et aucune importance pour moi en particulier en cette année sanglante et douloureuse ». Mais l’acteur Reza Kianian a déclaré qu’il n’était pas d’accord avec le boycott, insistant sur le fait qu’il n’était « jamais trop tard pour avoir un dialogue dans le pays ».

Le régime accentue la pression sur les artistes et les célébrités pour qu’ils se tiennent à l’écart de la politique. Le journal Javan, proche de l’élite des Gardiens de la révolution, s’en est pris à ceux qui « pensaient que leur absence pourrait infliger des dommages irréparables » au festival, alors que la « réalité est que vous n’êtes pas si importants » [1].

Taraneh Alidoosti, qui a joué dans The Salesman, qui a remporté l’Oscar 2016 du meilleur film en langue étrangère, a été détenue pendant 19 jours après s’être opposée à la pendaison d’un manifestant. La femme et la fille d’Ali Daei, un ancien footballeur qui a soutenu l’appel à la grève, ont dû renoncer à poursuivre leur vol à destination de Dubaï et l’avion a été contraint de revenir à Téhéran. Toomaj Salehi, l’un des rappeurs les plus connus d’Iran qui a également soutenu les manifestations, est en détention et risque d’être exécuté, selon des militants.

***

Le Parlement iranien fait également pression en faveur d’une nouvelle loi visant à empêcher les notables de formuler des critiques contre le gouvernement avant que ses décisions ne soient officiellement confirmées.

L’atmosphère à Téhéran est désormais plus calme qu’au plus fort des manifestations, même si un sentiment de mélancolie s’est installé. Pourtant, les actes de résistance politique se poursuivent.

Une artiste de la O Gallery a décidé qu’au lieu de vendre ses œuvres, les visiteurs pourraient les mettre en pièces pour libérer leur colère. Orkideh Daroodi a déclaré avoir eu le cœur brisé lorsque la première œuvre, une peinture représentant une femme allongée, a été déchirée – un acte violent qui rappelait, selon elle, le sort des victimes des manifestations. Mais elle a également apprécié que ce soit un signe des temps qui changent.

« D’autres galeristes qui n’ont pas encore ouvert publiquement leurs locaux savent qu’ils doivent adopter une approche différente, mais ils n’ont pas de solution pour continuer sans être accusés de vouloir banaliser les événements », a-t-elle déclaré. « Mais ce qui semble certain, c’est qu’il ne peut plus y avoir d’expositions juste pour le plaisir d’exposer – du moins dans un avenir prévisible. »

De nouvelles formes d’expression émergent au milieu d’un débat au sein de la collectivité sur l’opportunité de poursuivre la campagne de désobéissance civile.

Najmeh Bozorgmehr

Article publié dans le Financial Times, le 3 février 2023 ; traduction rédaction A l’Encontre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...