Édition du 26 septembre 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Écosocialisme

Neuf thèses sur la décroissance écosocialiste

Michael Löwy est directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique à Paris. Il est le co-auteur, avec Bengi Akbulut, Sabrina Fernandes et Giorgos Kallis, de l’appel « Pour une décroissance écosocialiste » dans le numéro d’avril 2022 de Monthly Review, et auteur de Ecosocialism : A Radical Alternative to Capitalist Catastrophe (Haymarket Books, 2015).

Monthly Review, juillet-août 2023, volume 75, numéro 3

I. La crise écologique est déjà la question sociale et politique la plus importante du XXIe siècle, et le deviendra encore plus dans les mois et les années à venir. L’avenir de la planète, et donc de l’humanité, sera décidé dans les décennies à venir. Comme l’explique le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, si la température moyenne mondiale dépasse de 1,5 °C la période préindustrielle, il y a un risque de déclencher un processus irréversible et catastrophique de changement climatique. Quelles en seraient les conséquences ? Quelques exemples : la multiplication des méga-feux détruisant la plupart des forêts ; la disparition des rivières et l’épuisement des réserves d’eau souterraines ; l’aggravation de la sécheresse et de la désertification des terres ; la fonte et la dislocation de la glace polaire et l’élévation du niveau de la mer, entraînant l’inondation des grandes villes de la civilisation humaine – Hong Kong, Calcutta, Venise, Amsterdam, Shanghai, Londres, New York, Rio de Janeiro.

Certains de ces événements ont déjà lieu : la sécheresse menace de faim des millions de personnes en Afrique et en Asie ; l’augmentation des températures estivales a atteint des niveaux insupportables dans certaines régions de la planète ; les forêts brûlent partout pendant des saisons des incendies de plus en plus longues ; On pourrait multiplier les exemples. Dans un certain sens, la catastrophe a déjà commencé, mais elle deviendra bien pire dans les prochaines décennies, bien avant 2100. Jusqu’où peut monter la température ? À quelle température la vie humaine sur cette planète sera-t-elle menacée ? Personne n’a de réponse à ces questions. Ce sont des risques dramatiques sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Il faudrait remonter à l’époque pliocène, il y a des millions d’années, pour trouver des conditions climatiques similaires à ce qui pourrait devenir réalité à l’avenir en raison du changement climatique.

II. Qu’est-ce qui est responsable de cette situation ? C’est de l’action humaine, répondent les scientifiques. La réponse est correcte, mais un peu courte : les êtres humains vivent sur Terre depuis des centaines de milliers d’années, mais la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère n’a commencé à s’accumuler qu’après la révolution industrielle et n’a commencé à devenir dangereuse pour la vie qu’à partir de 1945. En tant que marxistes, notre réponse est que le coupable est le système capitaliste. La logique absurde et irrationnelle de l’expansion et de l’accumulation infinies, le productivisme et l’obsession de la recherche du profit à tout prix sont responsables d’amener l’humanité au bord de l’abîme.

La responsabilité du système capitaliste dans la catastrophe imminente est largement reconnue. Le pape François, dans son encyclique Laudato Si, sans prononcer le mot « capitalisme », s’est prononcé contre un système structurellement pervers de relations commerciales et de propriété basé exclusivement sur le « principe de maximisation du profit » comme responsable à la fois de l’injustice sociale et de la destruction de notre maison commune, la nature. Un slogan universellement scandé dans le monde entier dans les manifestations écologiques est « Changement de système, pas changement climatique ! » L’attitude des principaux représentants de ce système, partisans du statu quo – milliardaires, banquiers, soi-disant experts, oligarques et politiciens – peut se résumer par la phrase attribuée à Louis XV : « Après moi, le déluge. » L’échec total des dizaines de conférences des Nations Unies sur les changements climatiques à prendre les mesures minimales nécessaires pour arrêter le processus illustre l’impossibilité d’une solution à la crise dans les limites du système actuel.

III. Le « capitalisme vert » peut-il être une solution ? Les entreprises et les gouvernements capitalistes peuvent être intéressés par le développement (rentable) des « énergies durables », mais le système dépend des combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz) depuis trois siècles et ne montre aucun signe de volonté d’y renoncer. Le capitalisme ne peut exister sans croissance, expansion, accumulation de capital, de marchandises et de profits, et cette croissance ne peut pas continuer sans une utilisation prolongée des combustibles fossiles.

Les pseudo-solutions capitalistes vertes telles que les « marchés du carbone », les « mécanismes de compensation » et autres manipulations de la soi-disant « économie de marché durable » se sont révélées parfaitement inutiles. Alors que le « verdissement » continue encore et encore, les émissions de dioxyde de carbone montent en flèche et la catastrophe se rapproche de plus en plus. Il n’y a pas de solution à la crise écologique dans le cadre du capitalisme, un système entièrement consacré au productivisme, au consumérisme et à la lutte féroce pour les parts de marché. Sa logique intrinsèquement perverse conduit inévitablement à la rupture de l’équilibre écologique et à la destruction des écosystèmes. Comme l’a dit Greta Thunberg, « il est mathématiquement impossible de résoudre la crise écologique dans le cadre du système économique actuel ».

L’expérience soviétique, quels que soient ses mérites ou ses défauts, était également basée sur la logique de la croissance, fondée sur les mêmes ressources fossiles que l’Occident. Une grande partie de la gauche au cours du siècle dernier partageait l’idéologie de la croissance au nom du « développement des forces productives ». Un socialisme productiviste qui ignore la crise écologique est incapable de répondre aux défis du XXIe siècle.

IV. La réflexion et le mouvement de décroissance qui ont émergé au cours des dernières décennies ont grandement contribué à une écologie radicale en s’opposant au mythe d’une « croissance » illimitée sur une planète limitée. Mais la décroissance en elle-même n’est pas une perspective économique et sociale alternative : elle ne définit pas quel type de société remplacera le système actuel. Certains partisans de la décroissance ignoreraient la question du capitalisme, se concentrant uniquement sur le productivisme et le consumérisme, définissant le coupable comme « l’Occident », « les Lumières » ou « le prométhéanisme ». D’autres, qui représentent la gauche du mouvement anticroissance, désignent clairement le système capitaliste comme responsable de la crise et reconnaissent l’impossibilité d’une « décroissance capitaliste ».

Au cours des dernières années, il y a eu un rapprochement croissant de l’écosocialisme et de la décroissance : chaque partie s’est approprié les arguments de l’autre, et la proposition d’une « décroissance écosocialiste » a commencé à être adoptée comme terrain d’entente.

V. Les écosocialistes ont beaucoup appris du mouvement de décroissance. L’écosocialisme adopte donc de plus en plus le besoin de décroissance dans le processus de transition vers une nouvelle société écologique socialiste. Une raison évidente à cela est que la plupart des énergies renouvelables, telles que l’éolien et le solaire, (a) ont besoin de matières premières qui n’existent pas à une échelle illimitée et (b) sont intermittentes, en fonction des conditions climatiques (vent, soleil). Ils ne peuvent donc pas remplacer entièrement l’énergie fossile. Une réduction substantielle de la consommation d’énergie est donc inévitable. Mais la question a un caractère plus général : la production de la plupart des biens est basée sur l’extraction de matières premières, dont beaucoup (a) sont de plus en plus limitées et/ou (b) créent de graves problèmes écologiques dans le processus d’extraction. Tous ces éléments soulignent la nécessité de la décroissance.

La décroissance écosocialiste inclut la nécessité de réductions substantielles de la production et de la consommation, mais ne se limite pas à cette dimension négative. Il comprend le programme positif d’une société socialiste, basée sur la planification démocratique, l’autogestion, la production de valeurs d’usage au lieu de marchandises, la gratuité des services de base et le temps libre pour le développement des désirs et des capacités humaines – une société sans exploitation, domination de classe, patriarcat et toutes les formes d’exclusion sociale.

VI. La décroissance écosocialiste n’a pas une conception purement quantitative de la décroissance comme une réduction de la production et de la consommation. Il propose des distinctions qualitatives. Certaines productions, par exemple les énergies fossiles, les pesticides, les sous-marins nucléaires et la publicité, ne devraient pas être simplement réduites, mais supprimées. D’autres, comme les voitures particulières, la viande et les avions, devraient être considérablement réduits. D’autres encore, tels que l’alimentation biologique, les moyens de transport publics et les logements neutres en carbone, devraient être développés. Le problème n’est pas la « consommation excessive » dans l’abstrait, mais le mode de consommation dominant, basé sur l’acquisition ostentatoire, le gaspillage massif, l’aliénation mercantile, l’accumulation obsessionnelle de biens et l’achat compulsif de pseudo-nouveautés imposées par la « mode ». Il faut mettre fin au monstrueux gaspillage de ressources par le capitalisme basé sur la production, à grande échelle, de produits inutiles et nocifs : l’industrie de l’armement en est un bon exemple, mais une grande partie des « biens » produits dans le capitalisme, avec leur obsolescence inhérente, n’ont d’autre utilité que de générer du profit pour les grandes entreprises. Une nouvelle société orienterait la production vers la satisfaction des besoins authentiques, en commençant par ceux que l’on pourrait qualifier de « bibliques » – eau, nourriture, vêtements et logement – mais en incluant aussi les services de base : soins de santé, éducation, transport et culture.

Comment distinguer les besoins authentiques des besoins artificiels, factices et improvisés ? Les derniers sont induits par la manipulation mentale, c’est-à-dire la publicité. Alors que la publicité est une dimension indispensable de l’économie de marché capitaliste, elle n’aurait pas sa place dans une société en transition vers l’écosocialisme, où elle serait remplacée par l’information sur les biens et services fournis par les associations de consommateurs. Le critère pour distinguer un besoin authentique d’un besoin artificiel est sa persistance après la suppression des publicités (Coca-Cola !). Bien sûr, les vieilles habitudes de consommation persisteraient pendant un certain temps, et personne n’a le droit de dire aux gens quels sont leurs besoins. Le changement des modes de consommation est un processus historique, ainsi qu’un défi éducatif.

VII. L’effort principal dans un processus de décroissance planétaire doit être fait par les pays du Nord industrialisé (Amérique du Nord, Europe et Japon) responsables de l’accumulation historique de dioxyde de carbone depuis la révolution industrielle. Ce sont aussi les régions du monde où le niveau de consommation, en particulier parmi les classes privilégiées, est clairement insoutenable et gaspilleur. Les pays « sous-développés » du Sud global (Asie, Afrique et Amérique latine) où les besoins fondamentaux sont très loin d’être satisfaits auront besoin d’un processus de « développement », comprenant la construction de chemins de fer, de systèmes d’eau et d’égouts, de transports publics et d’autres infrastructures. Mais il n’y a aucune raison pour que cela ne puisse pas être accompli grâce à un système productif respectueux de l’environnement et basé sur les énergies renouvelables. Ces pays auront besoin de cultiver de grandes quantités de nourriture pour nourrir leurs populations affamées, mais cela peut être beaucoup mieux réalisé – comme le soutiennent depuis des années les mouvements paysans organisés dans le monde entier dans le réseau Vía Campesina – par une agriculture biologique paysanne basée sur des unités familiales, des coopératives ou des fermes collectivistes. Cela remplacerait les méthodes destructrices et antisociales de l’agro-industrie industrialisée, basées sur l’utilisation intensive de pesticides, de produits chimiques et d’organismes génétiquement modifiés. Actuellement, l’économie capitaliste des pays du Sud est enracinée dans la production de biens pour leurs classes privilégiées – voitures, avions et produits de luxe – et de produits exportés vers le marché mondial : soja, viande et pétrole. Un processus de transition écologique dans le Sud, comme le soutiennent les écosocialistes, réduirait ou supprimerait ce type de production, et viserait plutôt la souveraineté alimentaire et le développement de services de base tels que les soins de santé et l’éducation, qui ont besoin, avant tout, de main-d’œuvre humaine, plutôt que de plus de marchandises.

VIII. Qui pourrait être le sujet dans la lutte pour une décroissance écosocialiste ? Le dogmatisme ouvriériste/industriel du siècle précédent n’est plus d’actualité. Les forces maintenant à l’avant-garde des confrontations socio-écologiques sont les jeunes, les femmes, les peuples autochtones et les paysans. La résistance des communautés autochtones au Canada, aux États-Unis, en Amérique latine, au Nigéria et ailleurs aux champs pétrolifères, aux pipelines et aux mines d’or capitalistes est bien documentée ; Elle découle de leur expérience directe de la dynamique destructrice du « progrès » capitaliste, ainsi que de la contradiction entre leur spiritualité et leur culture et « l’esprit du capitalisme ».

Les femmes sont très présentes dans le mouvement de résistance autochtone ainsi que dans le formidable soulèvement des jeunes lancé par l’appel à l’action de Thunberg, l’une des grandes sources d’espoir pour l’avenir. Comme l’expliquent les écoféministes, cette participation massive des femmes aux mobilisations vient du fait qu’elles sont les premières victimes des dommages causés par le système à l’environnement.

Les syndicats commencent ici et là à s’impliquer aussi. C’est important, car, en dernière analyse, nous ne pouvons pas surmonter le système sans la participation active des travailleurs urbains et ruraux qui constituent la majorité de la population. La première condition, dans chaque mouvement, est d’associer des objectifs écologiques (fermeture des mines de charbon, des puits de pétrole, des centrales à charbon, etc.) à la garantie d’emploi des travailleurs concernés. Les syndicalistes soucieux de l’environnement ont fait valoir qu’il y a des millions d’« emplois verts » qui seraient créés dans un processus de transition écologique.

IX. La décroissance écosocialiste est à la fois un projet d’avenir et une stratégie pour la lutte ici et maintenant. Il n’est pas question d’attendre que les conditions soient « mûres ». Il est nécessaire de provoquer une convergence entre les luttes sociales et écologiques et de combattre les initiatives les plus destructrices des pouvoirs au service de la « croissance » capitaliste. Des propositions telles que le Green New Deal font partie de cette lutte dans leurs formes les plus radicales, qui exigent de renoncer effectivement aux énergies fossiles – mais pas dans les réformes limitées au recyclage du système.

Sans se faire d’illusions sur un « capitalisme propre », il faut essayer de gagner du temps, et imposer aux pouvoirs en place quelques mesures élémentaires de décroissance, à commencer par une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre. Les efforts pour arrêter l’oléoduc Keystone XL, une mine d’or polluante, et une installation alimentée au charbon font partie du mouvement de résistance plus large, appelé Blockadia par Naomi Klein. Les expériences locales d’agriculture biologique, d’énergie solaire coopérative et de gestion communautaire des ressources sont tout aussi importantes.

De telles luttes autour de questions concrètes de décroissance sont importantes, non seulement parce que les victoires partielles sont les bienvenues en elles-mêmes, mais aussi parce qu’elles contribuent à élever la conscience écologique et socialiste tout en promouvant l’activité et l’auto-organisation par le bas. Ces facteurs sont des conditions préalables décisives et nécessaires à une transformation radicale du monde, c’est-à-dire à une Grande Transition vers une nouvelle société et un nouveau mode de vie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Écosocialisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...