Édition du 14 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique municipale

Syndicalisme

Première négociation coordonnée dans le secteur municipal - En Estrie, pour les employé-es municipaux, l'union fait la force

SHERBROOKE, QC, le 13 nov. 2012 - Au cours des prochaines années, les travailleuses et les travailleurs des syndicats municipaux de l’Estrie renouvelleront leurs conventions collectives. Pour la première fois, neuf syndicats CSN dans ce secteur ont décidé d’unir leurs forces et de coordonner leurs négociations et leurs actions, afin d’améliorer leurs conditions de travail à travers la région.

Les travailleuses et les travailleurs au cœur de nos municipalités

De la filtration de l’eau à la comptabilité de la municipalité, la centaine de syndiqué-es touchent à tout, ils sont au cœur du fonctionnement de ces 9 municipalités. Parmi eux, on trouve les journaliers, les conducteurs, les secrétaires, les agents de bureaux, les techniciens en comptabilité, les inspecteurs en bâtiments, les techniciens en génie civil, les mécaniciens, les techniciens en loisirs, les techniciens en traitement des eaux, les surveillants de patinoire, les techniciens à la documentation et commis à la bibliothèque, les préposés à l’entretien des bâtiments et ceux à l’aménagement paysager.

« La vie quotidienne de la population dépend du travail de ces travailleuses et de ces travailleurs, souligne Yvon Godin, vice-président de la Fédération des employées et employés de services publics - CSN (FEESP) et responsable politique du secteur municipal. Il faut que leurs conditions de travail équivaillent à leur rôle essentiel au cœur de nos municipalités. »

En Estrie, nous bâtissons nos municipalités ensemble

C’est la première négociation coordonnée dans le secteur municipal au Québec. En uniformisant les conditions de travail dans ces municipalités, la négociation coordonnée favorise la rétention de la main-d’œuvre qualifiée et, par conséquent, l’amélioration des services à la population.

« Le courage de ces travailleuses et de ces travailleurs à unir leurs forces n’est pas anodin, rappelle Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie (CCSNE). Ils ont décidé de travailler ensemble, de s’appuyer financièrement et de lutter coude à coude afin d’améliorer le sort de toutes et de tous. La négociation coordonnée demande un travail important et une solidarité exemplaire. »

Pour des conditions de travail gagnantes à travers la région

La négociation coordonnée implique que les syndicats qui y adhèrent — un choix démocratique fait dans chaque assemblée générale — choisissent de se regrouper pour défendre un certain nombre de priorités aux tables de négociation. Les syndicats ont tout le loisir de mener des négociations avec leur employeur sur des éléments locaux qui ne font pas partie de la plateforme.

Les membres des syndicats participants ont adopté, à l’unanimité, une plateforme de négociation coordonnée qui comprend les demandes suivantes :

* l’obligation d’investir au moins un pour cent (1 %) de la masse salariale de chaque municipalité dans la formation des salarié-es ;

* la mise en place d’un programme de retraite progressive afin de conserver plus longtemps la main-d’œuvre d’expérience, et ce, en leur offrant des conditions avantageuses ;

* l’uniformisation des vacances annuelles afin d’attirer et de conserver la main-d’œuvre qualifiée ;

* l’indexation des salaires au coût de la vie (IPC) et, de plus, une augmentation annuelle de salaire de 1 % ;

* une protection contre la surveillance électronique excessive par les dirigeants municipaux ;

* une convention collective d’une durée de 3 ans.

Un appui financier important

Profitant de la force du nombre, les syndicats se sont engagés à partager leurs ressources avec le but de sauvegarder les intérêts économiques de leurs membres dans le cas d’un éventuel conflit de travail. Tout au long de la période de négociation coordonnée, si une grève est déclenchée par l’un des syndicats du regroupement, les syndicats verseront à chaque semaine 10 $ par membre à un fonds d’appui financier au syndicat en conflit. Ce soutien exceptionnel sert à minimiser l’impact financier d’un conflit de travail sur les syndiqué-es et à leur permettre de poursuivre leur lutte jusqu’au fin.

La FEESP représente environ 55 000 travailleuses et travailleurs. Le Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie regroupe plus de 100 syndicats dans sa région. Fondée en 1921, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) rassemble plus de 300 000 membres dans tous les secteurs d’activité.

Les syndicats suivants participent à la négociation coordonnée :

* Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Municipalité d’Ascot Corner - CSN

* Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Municipalité de Bury - CSN

* Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Ville de Cookshire-Eaton - CSN

* Syndicat national des employés de la Ville de Richmond (CSN)

* Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Municipalité de Stoke - CSN

* Syndicat des travailleurs-euses de la Corporation municipale de St-Denis-de-Brompton

* Syndicat des employé-es municipaux du Canton de Stratford (CSN)

* Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Municipalité de Weedon - CSN

* Syndicat des employé-es municipaux de Windsor - CSN

Sur le même thème : Politique municipale

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...