Édition du 20 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Salaire minimum

Revenu viable 2023 - Combien faut-il pour vivre dignement dans sept villes du Québec en période d'inflation ?

MONTRÉAL, le 3 mai 2023 - En 2023, il faut entre 27 047 $ et 37 822 $ à un ménage composé d’une personne seule pour vivre dignement, hors de la pauvreté au Québec. L’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) publie aujourd’hui la 9e édition du revenu viable pour trois types de ménages dans les villes de Sherbrooke, Saguenay, Gatineau, Sept-Îles, Trois-Rivières, Québec et Montréal. Les données de cette année montrent que la hausse prononcée du coût des biens et services essentiels depuis deux ans a des conséquences particulièrement importantes pour les personnes au bas de l’échelle des revenus.

Hausse du revenu viable : les plus pauvres durement touché·e·s par l’inflation

Le revenu nécessaire pour atteindre un niveau de vie exempt de pauvreté a augmenté plus rapidement que l’inflation cette année. En effet, alors que le taux d’inflation officiel est de 6,7 % au Québec, le panier de biens et services qui sert à calculer le revenu viable d’un ménage composé de deux adultes et deux enfants en bas âge a augmenté de 8 % à 12 % selon les localités étudiées.

« Comme l’inflation a été particulièrement élevée dans les secteurs du logement, de l’alimentation et du transport, qui composent la majorité des dépenses des ménages au bas de l’échelle, une simple indexation des programmes de soutien au revenu ou du salaire minimum ne permet pas d’atteindre ou de maintenir un niveau de vie viable en 2023 », déplore Eve-Lyne Couturier, chercheuse à l’IRIS et co-autrice de la note.

Des politiques gouvernementales qui laissent de côté les moins fortuné·e·s

Bien que la hausse du coût de la vie ait un impact vital sur les ménages à faible revenu, le gouvernement a choisi dans son budget 2023-2024 d’améliorer les revenus disponibles des personnes au sommet de l’échelle en appliquant des baisses d’impôt qui les avantagent durablement. « Il y aurait eu moyen d’agir autrement et de prioriser la protection du pouvoir d’achat des revenus au bas de l’échelle avec un effet positif sur l’ensemble de la société », rappelle Eve-Lyne Couturier.

Les aides financières temporaires versées aux ménages au début de la pandémie ont fait une démonstration intéressante, bien que ponctuelle, de cet effet positif. En effet, le nombre de personnes ne pouvant pas couvrir leurs besoins de base est passé de près d’une personne sur dix en 2019 (8,9 % de la population) à un peu moins d’une personne sur 20 (4,8 % de la population) en 2020. De plus, la part de la population pouvant être considérée comme faisant partie de la classe moyenne au Québec est passée de 52,1 % en 2019 à 55,1 % de la population en 2020, sans perte de niveau de vie pour les ménages plus riches.

Un salaire minimum encore trop bas pour sortir de la pauvreté

Cette année encore, malgré une hausse du salaire minimum que le gouvernement estime généreuse, une personne seule habitant à Montréal et travaillant à temps plein au salaire minimum touche un revenu qui équivaut à seulement 78% du revenu viable. « Pour faire en sorte que “travailler” ne rime plus avec “pauvreté”, il faudrait un salaire minimum à au moins 20 $ l’heure. Alors que le gouvernement consulte pour la prochaine édition du plan d’action requis par la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, les constats contenus dans l’édition 2023 du revenu viable indiquent les chemins à emprunter vers un Québec sans pauvreté », conclut Eve-Lyne Couturier.

Pour lire la note.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Salaire minimum

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...