Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Série : Peste brune et continent noir

L’élection présidentielle française approche à grands pas. Le premier tour aura lieu le 10 avril et, selon les sondages, plus de 30 % des électeurs se disent prêts à voter pour l’extrême droite, incarnée par deux candidats : Marine Le Pen et Eric Zemmour. Si l’on ajoute les électeurs de la candidate du parti Les Républicains, Valérie Pécresse, dont certaines des propositions sont directement empruntées à l’extrême droite, près d’un Français sur deux pourrait être tentés par ces idées. Et pour cause : avec la complicité d’une partie des médias (dont ceux possédés par l’homme d’affaires Vincent Bolloré), les thèses d’extrême droite dominent désormais la campagne électorale. L’immigration, l’islam et le « grand remplacement » sont devenus les sujets numéro 1 du débat public.

Tiré de Afrique XXI.

L’idéologie de l’extrême droite française, et plus largement européenne, a beaucoup évolué depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Si la hiérarchie raciale et l’antisémitisme restent de puissants ferments, l’islamophobie et le séparatisme culturel sont de nouveaux chevaux de bataille. Les Africains et la diaspora africaine sont en première ligne.

L’Afrique au coeur de l’histoire de l’extrême-droite

Paradoxalement, l’Afrique - avec ses guerres d’indépendance, l’apartheid en Afrique du Sud ou encore les réseaux affairistes avec la France et l’Europe - a nourri l’idéologie d’extrême droite. Dès les années 1960, c’est sur le terreau des indépendances (et dans un mouvement de réaction) que naissent, en France, l’OAS, Occident et Ordre Nouveau - et en Belgique, le Cabda, puis le MAC.

Très vite, des militants de ces organisations s’engageront dans la voie du mercenariat et deviendront des « chiens de guerre » au service de la Françafrique. On les retrouvera dans tous les mauvais coups (au Katanga, au Biafra, aux Comores…), puis dans les rangs d’organisations politiques, parmi lesquelles le Front national, cofondé par Jean-Marie Le Pen en 1972.

La dynastie Le Pen fait une obsession de l’Afrique et de ses chefs d’État. Mais elle n’a que rarement réussi à s’y faire recevoir avec les honneurs. En revanche, certaines de ses idées ont bonne presse auprès de nationalistes africains. En critiquant la Françafrique (tout en en profitant), elle a cultivé des réseaux, comme au Congo Brazzaville, et gagné des partisans. En parallèle, des militants panafricanistes n’hésitent pas à se revendiquer de certains idéologues d’extrême droite, à l’image de Kemi Seba.

À quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle, nous proposons de revenir sur l’histoire complexe de l’extrême droite française avec le continent, sur son essence raciste et sur ses incompatibilités avec les luttes panafricaines contemporaines.

Lire "Grand remplacement et ethnodifférentialisme, les nouveaux masques du racisme".

Lire "Les pérégrinations africaine de la dynastie Le Pen".

Michaël Pauron

Journaliste indépendant. Il a passé près de dix ans au sein de l’hebdomadaire Jeune Afrique, où il s’est notamment occupé des pages « Grand Angle » (grands reportages, enquêtes, investigations). Depuis, il a collaboré à divers journaux, dont Mediapart et Libération.

https://afriquexxi.info/fr/auteur1036.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...