Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Tout à coup, tout le monde craint pour la démocratie israélienne

Une vague de réveil démocratique a frappé Israël avant les élections – tout le monde craint pour la démocratie.

Tiré de Entre les lignes et les mots

Le danger ne guette que la droite, bien sûr. Le centre-gauche s’agite et s’agite. Le pathos fait des heures supplémentaires, tout comme les exagérations dramatiques. Nehemia Shtrasler met en garde contre l’assassinat de la démocratie (Haaretz, 21 octobre) ; l’ancien chef du service de sécurité Shin Bet, Yuval Diskin, met en garde contre la guerre civile. Le journaliste Ben Caspit s’écrie : « Un cheveu sépare l’Israël libéral et démocratique d’un gouvernement de Ben-Gvir et Smotrich ». Certaines personnes parlent déjà de quitter le pays après l’élection. Soudain, tout le monde craint pour la démocratie.

Tout à coup, tout le monde craint pour la démocratie dans un pays dont environ la moitié des sujets vivent sous une tyrannie militaire qui compte parmi les plus cruelles du monde. Soudain, tout le monde s’inquiète de l’avenir du système judiciaire, dans un pays où ce système légitime presque tous les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité et défie ouvertement le droit international. Tout à coup, tout le monde s’inquiète de la possibilité de dépénaliser le délit de fraude et d’abus de confiance, dans un pays où le crime de meurtre a été presque entièrement éliminé lorsque le meurtrier est un soldat ou un colon et que la victime est palestinienne. Tout à coup, tout le monde est horrifié par l’extrémisme religieux, dans le pays le plus coercitif sur le plan religieux du monde occidental actuel. Et les gens sont choqués par la possibilité que le procès de Benjamin Netanyahou puisse être annulé, dans un pays où Avigdor Lieberman n’a même pas été jugé, alors que les soupçons qui pesaient sur lui étaient plus graves que ceux qui pesaient sur Netanyahou.

La plupart des personnes qui crient sont restées silencieuses jusqu’à présent. Ils étaient silencieux face aux crimes de l’occupation et à la menace que ces crimes représentent pour la démocratie. Ils se sont tus face à la légitimation honteuse des crimes par la Cour suprême et les tribunaux militaires, comme si le fait d’être impliqué dans les événements dans les territoires ne faisait pas partie du système judiciaire en Israël. Ils sont restés silencieux lorsque les meurtriers et autres criminels n’ont pas été traduits en justice ni même interrogés ; et ils sont restés silencieux face à l’entreprise de colonisation, la racine du régime d’apartheid israélien – et le plus grand danger pour la démocratie dont les gens s’inquiètent tant aujourd’hui. La plupart d’entre eux sont trop lâches pour appeler ce régime pour ce qu’il est, un État d’apartheid, de peur que cela ne leur porte préjudice, mais ils se battent courageusement pour préserver la loi contre la corruption ; pour eux, supprimer cette loi du code pénal est plus dangereux que toutes les lois d’apartheid réunies.

Démocrates acharnés et déterminés, ils s’éveillent maintenant à la lutte pour le régime. Cela ne se produit que lorsque Netanyahou menace de revenir au pouvoir et que Itamar Ben-Gvir est son partenaire. Cela ne se produit que lorsque le feu du danger pour la démocratie lèche leurs vêtements. Tant que les éléments anti-démocratiques ne font du mal qu’aux Palestiniens, le camp libéral et éclairé n’est pas vraiment intéressé. Mais quand le feu s’approche d’eux et menace leurs libertés personnelles, et quand Netanyahou est celui qui l’allume, ils se lèvent pour se battre comme s’ils étaient mordus par un serpent.

Tu te réveilles maintenant ? Où étiez vous jusqu’à maintenant ? L’Israël « libéral et démocratique » est en danger ? Il n’est plus libéral ou démocratique depuis longtemps, en partie parce que tu fermes les yeux. En fait, il ne l’a jamais été. Un pays où il y a toujours eu un régime militaire (à l’exception de quelques mois précédant la guerre des Six Jours de juin 1967) ne peut être considéré comme une démocratie, quel que soit le critère utilisé.

La différence, c’est qu’il s’agit maintenant de Netanyahu, et que le danger pourrait également atteindre les Juifs israéliens privilégiés, qui ont jusqu’à présent bénéficié d’une impressionnante démocratie libérale. La lutte pour cela, et pour cela seulement, est un double standard. Lorsque vous parlez du danger existentiel que représente Ben-Gvir pour la démocratie, après avoir ignoré pendant toutes ces années des dangers bien plus graves, vous vous mentez à vous-même. Mais que ne ferons nous pas pour susciter encore plus de peur de Netanyahou et de Bezalel Smotrich, pour nous sentir les gardiens de la lumière contre ceux qui cherchent à la détruire et pour oublier qui est responsable du véritable préjudice causé à la démocratie, et des véritables dangers qui la guettent.

Demandez vous ce qui est le plus dangereux pour la démocratie : l’abrogation de la loi contre l’abus de confiance, ou le soutien absolu de l’armée aux pogroms des colons ? Qu’est-ce qui menace le plus de la détruire ? Et à qui la faute ? Netanyahou et Ben-Gvir ? Vraiment, eux seuls ?

Gideon Levy, 23 octobre 2022
Traduction Thierry Tyler-Durden
https://ujfp.org/tout-a-coup-tout-le-monde-craint-pour-la-democratie-israelienne/

Gideon Levy

Journal Haaretz, Israël

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...