Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

France

Réforme des retraites

Une semaine d'action décisive pour les syndicats se prépare

La semaine s’annonce décisive pour le projet de réforme des retraites dont l’examen se poursuit au Sénat. En plus des deux nouvelles journées d’action prévues mardi et samedi, plusieurs syndicats des transports et de l’énergie ont brandi la menace d’une grève reconductible pour faire plier le gouvernement.

La semaine s’annonce décisive pour le projet de réforme des retraites dont l’examen se poursuit au Sénat. En plus des deux nouvelles journées d’action prévues mardi et samedi, plusieurs syndicats des transports et de l’énergie ont brandi la menace d’une grève reconductible pour faire plier le gouvernement.

Où en est le projet de loi ?

Pour tenter de désamorcer la contestation, l’exécutif a lâché un peu de lest sur la retraite de certaines mères de trois enfants et de parents de handicapés, des mesures aussitôt jugées insuffisantes par les syndicats. Mais "l’architecture du projet sur les mesures d’âge et sur l’équilibre financier" ne changera pas, assuré le conseiller social de Nicolas Sarkozy, Raymond Soubie.

L’exécutif mise sur l’accélération du calendrier parlementaire pour décourager les manifestants. Après l’Assemblée nationale, le Sénat a voté vendredi la mesure la plus contestée, le recul progressif de 60 à 62 ans de l’âge légal de départ, et prévoit d’achever l’examen du texte à la fin de la semaine. La réforme devrait ainsi être définitivement adoptée par le Parlement avant la fin du mois.

Les perturbations attendues

Ce scénario a poussé certains syndicats à durcir leur opposition. Le trafic ferroviaire devrait être affecté dès mardi de façon importante, l’ensemble des syndicats de cheminots appelant à la grève. A la RATP, les perturbations devraient être moindres, l’UNSA, deuxième syndicat, n’appelant pas les conducteurs à la grève. Dans 85 autres réseaux de transports urbains, des préavis ont été déposés.

Dans un autre secteur stratégique, les raffineries, l’éventuelle poursuite de la mobilisation fait planer la menace d’une pénurie de carburants. D’autant que quatre raffineries du sud-est pourraient devoir s’arrêter cette semaine du fait de l’absence d’approvisionnement des terminaux pétroliers de la zone de Fos (Bouches-du-Rhône), bloqués depuis une quinzaine de jours contre la réforme portuaire.

Des grèves reconductibles

Les centrales syndicales n’appellent pas directement à des grèves reconductibles, laissant l’initiative à leurs fédérations, qui se prononceront à partir de mercredi matin. Des préavis reconductibles au-delà de mardi ont été déposés dans certains secteurs (transports, énergie, chimie...) ou entreprises (La Poste, France Télécom...).

Il est difficile d’évaluer si les appels à la reconduction, qui font débat parmi les syndicats, seront suivis. Pour Jean-Louis Malys (CFDT), soit "le mouvement risque de se durcir, de se crisper" avec des grèves illimitées, soit "on garde notre atout principal", "la popularité du mouvement", en ne bloquant pas le pays. L’enjeu est important. L’accélération de la mobilisation a déjà suscité quelques réserves au sein du camp syndical. La CFE-CGC, syndicat de cadres, a ainsi décidé d’être présente dans les manifestations de mardi mais a réservé sa réponse sur la suite du mouvement.

7 Français sur 10 soutiennent le mouvement

Selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest Dimanche, 71 % des Français estiment en effet justifiée la journée de mardi. Par contre, il ne sont que 31 % des Français à souhaiter un mouvement de grève reconductible à partir de mardi, d’après un sondage Ipsos pour Europe 1 communiqué dimanche.

Les lycéens mobilisés

La contestation s’est accrue dans les lycées la semaine dernière. Le ministre de l’éducation, Luc Chatel, a dénoncé des "tentatives de récupérations ou d’irresponsabilité de personnes qui veulent mettre les lycéens en danger". "Manifester sur la voie publique c’est dangereux", a-t-il souligné sur France Info. "Les lycéens n’ont rien à faire dans la rue", a renchéri dimanche le chef des députés UMP Jean-François Copé sur Radio J.

Sur le même thème : France

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...