Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Rassemblement : solidarité avec les travailleur.euse.s de Dollorama

vendredi 21 août 2020

Les travailleurs et les travailleuses de Dollarama méritent mieux !

Les travailleurs et les travailleuses de Dollarama demandent des augmentations de salaire permanentes et de meilleures conditions de travail
Montréal, le 20 août 2020. – Les travailleurs et les travailleuses des centres de distribution de Dollarama et leurs alliés se réuniront aujourd’hui pour dénoncer la fin des primes de COVID-19 et réclamer de meilleures conditions de travail ainsi que des augmentations de salaire permanentes.

Les travailleurs et travailleuses essentiel-le-s des magasins Dollarama ont obtenu une augmentation de salaire de dix pour cent à la fin du mois de mars à titre de prime de risque. Pour leur part, les travailleurs et travailleuses des entrepôts de l’entreprise ont obtenu une augmentation de trois dollars de l’heure. Les augmentations devaient initialement prendre fin le 1er juillet. Or, à la mi-juin, les travailleurs et travailleuses ont réussi à convaincre l’entreprise de reporter la fin de la prime d’un mois. Finalement, le 2 août, Dollarama a mis fin à toutes les primes. De nombreux travailleurs ont déclaré avoir entendu parler de ces réductions des salaires par l’entremise des médias seulement.

« Dollarama a fait état de 844,8 millions de ventes et de 86,1 millions de profit entre avril et juin, alors que la plupart de ses travailleurs et travailleuses sont payé-e-s au salaire minimum », explique Noëlle Didierjean, organisatrice communautaire du Centre des travailleurs et travailleurs immigrants. « Avec la prime de risque, ils gagnaient de 14,40 à 16,10 dollars de l’heure tout en mettant en jeu la santé et la sécurité de leur famille ».

Les marges de profit élevées qui ont été rapportées montrent le rôle crucial que jouent les travailleurs et travailleuses de Dollarama dans une économie où tant de personnes dépendent de la nourriture et des biens matériels à bas prix. Malgré la nature essentielle de leur travail, leur vie est considérée comme jetable. Les travailleurs et travailleuses signalent régulièrement de mauvaises conditions de santé et de sécurité à l’intérieur de l’entrepôt.
« Il n’est tout simplement pas possible de maintenir une distanciation physique à l’intérieur de l’entrepôt. Les gens entrent et sortent tous de leur travail en même temps », a déclaré un travailleur de Dollarama qui préfère rester anonyme. « Nous mettons tous notre repas dans le même frigo et il y a des centaines de travailleurs sur le plancher en même temps ».

Les emplois dans les entrepôts de Dollarama sont presque exclusivement occupés par des personnes racisées et des demandeurs d’asile, employés par l’entremise d’agences de placement de personnel. Cette structure du marché du travail maintient des travailleurs et travailleuses déjà précaires dans une position de vulnérabilité, puisqu’elle leur offre peu d’espace sécuritaire pour exprimer leur mécontentement notamment en matière de sécurité ou concernant leurs droits au travail, sans devoir craindre d’être congédié-e-s. Comme nous l’avons vu dans de nombreuses usines et entrepôts durant la pandémie, ces travailleurs et travailleuses courent un risque accru de contracter le virus.

L’annulation de la prime salariale est immorale, insultante et totalement inutile. Dollarama gagne suffisamment d’argent pour augmenter le salaire de façon permanente. Les travailleurs et les travailleuses l’exigent ! Les risques que ces personnes prennent chaque jour n’ont pas changé, donc le salaire ne devrait pas changer non plus.

Quoi : événement de dénonciation

Quand : jeudi 20 août à 14 h 15

Où : à côté de métro De la Savane (entre boulevard Décarie et rue Bougainville)

Activités à venir

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...