Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique d’austérité

Amputation du budget du Conseil du statut de la femme - Les femmes encore ciblées par l'austérité (SPGQ)

QUÉBEC, le 13 févr. 2015 - Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) dénonce avec vigueur l’amputation radicale de 12 % du budget du Conseil du statut de la femme (CSF). Le premier ministre avait pourtant affirmé que les efforts budgétaires imposés aux ministères, organismes et sociétés d’État ne devaient pas excéder 2 % de leur masse salariale. « Faut croire que les femmes et les régions sont encore les cibles privilégiées de mesures austères du gouvernement », affirme le président du SPGQ, M. Richard Perron.

Cette attaque contre les femmes et les régions entraînera la disparition des bureaux du CSF de Saguenay, de Rouyn-Noranda, de Montréal et de l’unité régionale de Québec, en plus de provoquer la perte de neuf emplois, incluant huit postes de professionnelles. Dans son discours inaugural, le premier ministre avait pourtant appelé de ses vœux l’inclusion et la rétention de tous au marché du travail, notamment les travailleurs expérimentés et les femmes.

L’amputation de 460 000 $ sur un budget de 3,81 millions $ privera ainsi les régions du Québec d’une expertise en matière d’égalité entre les femmes et les hommes et en condition féminine, à la fois auprès des instances régionales et des groupes de femmes, de même que de projets et de travaux ayant un impact sur l’amélioration des conditions de vie des femmes dans les régions. Les politiques d’austérité du gouvernement, selon le SPGQ, constituent un recul dans la lutte contre la violence faite aux femmes, l’intimidation, l’exploitation sexuelle et les stéréotypes de genre et sexistes. Ces coupures nuiront aussi aux efforts pour convaincre les femmes de s’impliquer en politique ou en entrepreneuriat.

Généralement plus pauvres que les hommes, les femmes auront grand peine à se relever des choix vicieux d’un gouvernement qui n’hésite pas à charcuter, notamment, les tarifs des services de garde, les services sociaux, l’éducation, la santé et l’aide aux organismes bénévoles.

« À l’approche de la Journée internationale des femmes, le 8 mars prochain, il est triste de voir le gouvernement s’attaquer ainsi aux droits des femmes ! », se désole M. Perron.

« Avec la décision de démanteler le CSF, le gouvernement confirme qu’il a abdiqué à défendre les intérêts des femmes, sans parler de ceux des immigrants, des pauvres, des malades, des étudiants, des aînés, des personnes en région, des autochtones et de la classe moyenne en général. Ces politiques économiques à caractère régressif n’ont aucunement leur raison d’être, car comme le rappelle l’économiste Pierre Fortin, le poids de la dette dans l’économie québécoise a chuté depuis 20 ans, tout comme le service de la dette du Québec », répète encore M. Perron.

Sur le même thème : Politique d’austérité

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...