Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

International

Aux États-Unis, l'industrie nucléaire essuie plusieurs refus

Les temps sont durs pour les lobbyistes de l’industrie nucléaire aux États-Unis. Une agence indépendante d’information
sur le nucléaire, la NIRS (Nuclear Information and Resource Service) a révélé qu’en 2009, l’industrie nucléaire a
essuyé des refus dans chacune de ses requêtes auprès de 6 états américains pour faire lever les moratoires sur la
construction de nouveaux réacteurs nucléaires.

Ces moratoires demeureront donc en vigueur dans ces états qui sont le
Kentucky, le Minnesota, Hawaï, l’Illinois, la Virginie Occidentale et le Wisconsin. Notons que l’Illinois est l’état
américain possédant le plus d’installations nucléaires à l’heure actuelle avec ses onze centrales.

Depuis le rejet par l’administration Obama du site de Yucca Mountain dans le Nevada pour l’enfouissement des déchets
radioactifs et les dépassements de coûts astronomiques sur la construction de nouvelles centrales, la soit disant
renaissance nucléaire ressemble plus à une entreprise de sauver les meubles.

L’industrie nucléaire a également échoué dans sa tentative de faire reconnaître le nucléaire en tant qu’énergie
renouvelable par les états de l’Indiana et de l’Arizona. De plus, elle a dû abandonner un de ses projets de faire
abolir une loi californienne interdisant la construction de nouveaux réacteurs tant qu’un site d’enfouissement de
déchets radioactifs n’est pas en opération.

Jennifer Nordstrom, coordonnatrice du projet Carbon-Free, Nuclear-free de l’Institut for Energy and Environmental
Research du Wisconsin a déclaré : " Recommander la construction de centrales nucléaires pour combattre les changements
climatiques équivaut à dire à un patient de fumer pour perdre du poids. " Selon madame Nordstrom, les technologies de
remplacement existent bel et bien pour permettre de se retirer complètement du nucléaire et des énergies fossiles d’ici
2050.

À l’heure actuelle, le nucléaire est jugé trop risqué par les investisseurs alors le seul moyen de continuer de
construire des réacteurs, c’est si le risque financier est assumé par les contribuables. C’est ce qu’on appelle un CWIP
(Construction Work in Progress). Dans l’état du Missouri, cette demande de CWIP a été refusée. En 2009, sur dix
demandes d’alléger la législation en faveur du nucléaire, seulement une a été acceptée. En Georgie, grâce à cette
mesure de CWIP, les contribuables devront débourser deux milliards de dollars avant même qu’un seul watt d’énergie ne
soit produit par les deux réacteurs projetés.

Pour de plus amples informations, consulter l’article au lien suivant :

http://www.nirs.org/press/08-27-2009/1

Nicole Béland, B. Sc. en géologie

Mots-clés : International

Sur le même thème : International

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...