Édition du 18 février 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Services publics

Aveuglement volontaire à la direction d'Hydro-Québec (SPIHQ)

MONTRÉAL, le 11 févr. 2020 - Alors qu’Hydro-Québec se vante de son classement comme l’un des meilleurs employeurs au Canada, selon Forbes, le Syndicat professionnel des ingénieurs d’Hydro-Québec s’interroge sur l’honnêteté intellectuelle de la haute direction en ce qui concerne la qualité de ses relations avec ses employés. En effet, la haute direction a essayé de garder confidentiels certaines données du sondage annuel réalisé auprès de plus de 16 000 employés qui révèle une crise de confiance majeure envers la haute direction.

Soulignant qu’il a fallu faire appel à la loi d’accès à l’information pour obtenir les données complètes du sondage annuel mené par Hydro-Québec auprès de ses employés, Nicolas Cloutier, président du Syndicat professionnel des ingénieurs d’Hydro-Québec, souligne : « La lecture des résultats complets du sondage nous permet de mettre en lumière des faits que la haute-direction aurait préféré garder pour elle. On apprend notamment qu’à peine la moitié des employés considère que la haute direction se préoccupe de leur bien-être et a confiance dans les décisions qu’elle prend. Cela représente 30 points de retard par rapport à la norme visée par les entreprises à haute performance. Et c’est un recul significatif par rapport à l’an dernier. Il est donc particulièrement ironique, pour ne pas dire insultant, de voir la haute direction se péter publiquement les bretelles avec le classement de Forbes. »

Des résultats frappants

Le sondage annuel « Notre énergie, notre engagement 2019 » compte 16 381 répondants, provenant de tous les niveaux et secteurs de l’entreprise.

On y apprend notamment qu’Hydro-Québec est très en retard sur les normes mondiales des entreprises à haute performance sur indicateurs stratégiques :

Parmi les 13 catégories thématiques surveillées,

- 7 ont connu un recul par rapport à 2018

- Les deux qui sont le plus en régression sont la « Haute direction » et le « Changement organisationnel »

- 10 sur 13 sont en dessous de la norme mondiale des entreprises à haute performance, dont la Haute direction et l’Amélioration continue.

Parmi les domaines d’amélioration qu’Hydro-Québec devrait traiter en priorité, les deux questions les plus préoccupantes sont :

- À peine 52 % des employés considèrent que la haute direction se préoccupe du bien-être des employés, soit 29 points de retard sur la norme mondiale des entreprises à haute performance.

- À peine 55 % des employés ont confiance dans les décisions prises par la haute direction, soit 30 points de retard sur la norme mondiale des entreprises à haute performance.

Preuve additionnelle du manque de confiance des employés :

- À peine 52 % des employés croient que la haute direction s’efforcera à trouver des solutions aux problèmes soulevés dans ce sondage, soit 28 points de retard sur la norme mondiale des entreprises à haute performance.

En conclusion, Nicolas Cloutier, ajoute : « Aucun doute, la haute-direction fait preuve d’un aveuglement volontaire et refuse d’admettre qu’elle a du travail à faire pour retrouver la confiance de ses équipes. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Services publics

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...