Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Fonction publique

Campagne de recrutement du gouvernement Répondez présent - La FPSS-CSQ n'approuve pas !

QUÉBEC, le 5 oct. 2020 - La Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) se révolte de la campagne de recrutement en éducation Répondez présent lancée aujourd’hui par le gouvernement caquiste.

Alors que l’idée de base peut sembler louable, impossible de comprendre pourquoi le gouvernement choisit de se tourner d’abord vers l’externe alors qu’il a déjà à son emploi plusieurs milliers de personnes qui se trouvent en situation précaire. En effet, au Québec, 70 % des employés du personnel de soutien scolaire occupent un emploi précaire.

« Je n’arrive pas à comprendre comment fonctionne le gouvernement de François Legault. Pourquoi choisir d’engager du nouveau personnel sans d’abord permettre aux milliers de personnes déjà à son emploi de travailler plus d’heures par semaine ? » s’indigne Éric Pronovost, président de la FPSS-CSQ. « Ils sont déjà qualifiés en plus d’être déjà formés. Pourquoi ne pas choisir d’ouvrir des postes permanents à temps complet et de privilégier les employés déjà sur place, à la place d’improviser ce recrutement ? Rappelons-le, la pénurie de main-d’œuvre n’est pas qu’en temps de pandémie. C’était un enjeu énorme avant celle-ci et ça le restera après ».

Quelques chiffres

Le plus gros enjeu rencontré actuellement se trouve au niveau du nombre d’heures offertes au personnel de soutien déjà en poste.

« Pour être attrayant, il faut offrir de bonnes conditions. Qui serait intéressé à travailler sept heures par semaines, avec un horaire coupé, sans savoir s’il aura toujours un emploi l’année suivante ? » se questionne monsieur Pronovost. « On a tous des factures à payer et tant qu’à ça, nos membres préfèrent quitter le milieu de l’éducation pour aller travailler dans un fast food. Ça ne fait aucun sens ! Le gouvernement a la solution devant lui ; avant de recruter 2 000 nouvelles personnes, qu’il donne plus d’heures au personnel déjà sur place. Si cela s’accompagne de meilleures conditions, ils resteront ».

Le tableau ci-dessous le démontre bien, le nombre d’employés à temps plein (ETP) est nettement inférieur au nombre d’individus qui occupent ces mêmes classes d’emploi.

Taux de précarité de certaines classes d’emplois du personnel de soutien scolaire

Une pénurie bien réelle

La FPSS-CSQ s’accorde cependant avec le gouvernement sur un point : La pénurie est bien réelle. « On dénonce le manque de personnel depuis des années. Avec la pandémie qui accentue les problématiques, le gouvernement goûte à sa propre médecine de gestion à la semaine, sans vision » s’indigne Éric Pronovost. « La situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui était prévisible, mais on sait tous que les gestionnaires agissent seulement dans l’urgence. Pour éviter d’en arriver où nous en sommes, on avait sonné l’alarme aussitôt en avril dernier, alors qu’on parlait déjà d’une possible deuxième vague. Mais à la place de nous écouter, le ministre Roberge a préféré se cacher tout l’été ».

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Fonction publique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...