Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique du Nord

Etats-Unis-débat. Quelle orientation des courants de DSA adoptent-ils face au Parti démocrate, dans une perspective électorale ?

De nombreux membres de la gauche aux États-Unis, y compris certains anciens partisans d’une politique indépendante face aux démocrates et aux républicains, ont adopté l’idée que des socialistes puissent se présenter sur des listes du Parti démocrate.

13 octobre 2020 Alencontre Débats, Etats-Unis 0

Par Paul D’Amato

(Certains sont même allés plus loin, en se prononçant pour un vote en faveur Joe Biden.) L’argument a été que cela donnerait à notre camp le temps de renforcer ses forces afin qu’à l’avenir il puisse y avoir une rupture réussie avec le Parti démocrate pour former un troisième parti.

Ils affirment, comme de nombreux porte-parole de DSA (Democratic Socialists of America), que le fait de fonctionner indépendamment du Parti démocrate condamne désormais les socialistes à l’isolement et que l’utilisation des listes du Parti démocrate est la seule façon de gagner les élections, d’attirer des forces et de préparer le terrain pour une future rupture.

La plupart des partisans de cette stratégie, qualifiée de « pause sale » [de « rupture postposée »], insistent sur le fait que leur compréhension du rôle que joue le Parti démocrate dans la société américaine n’a pas changé. Ils le considèrent toujours comme un parti des grandes firmes qui ne peut être changé de l’intérieur. Ce qui est différent cette fois-ci, affirment-ils, c’est que depuis 2016, un mouvement socialiste s’est développé en grande partie grâce à la popularité de Bernie Sanders (sénateur indépendant du Vermont) qui s’est présenté comme candidat démocrate à la présidence.

Tempestmag, un site web récemment créé par d’anciens membres de l’Organisation socialiste internationale (ISO) et plusieurs autres, a publié un article de Joe Evica et Andrew Sernatinger, « Taking the dirty break seriously » (Prendre au sérieux la pause sale), qui insiste sur cette question.

L’article contient une critique convaincante et puissante de ce que certaines sections de DSA ont décrit, en utilisant une expression inventée par l’ancien membre de l’ISO Eric Blanc, comme la « stratégie de la pause sale », montrant de façon convaincante que la pratique réelle de DSA dans la présentation (ou le soutien) de candidats utilisant les listes des démocrates finit par être « similaire au réalignement » (c’est-à-dire changer le parti de l’intérieur) plutôt que de créer une dynamique pour une quelconque rupture. Ils écrivent :

« La position d’Alexandria Ocasio-Cortez [élue en novembre 2028 à la Chambre des représentants pour le 14e district de New York] et d’autres militants pose un problème majeur à ceux qui sont partisans de la CSE [Class Struggle Elections] ou de la « pause sale », comme l’explique Eric Blanc. Si la majorité des candidats se placent fermement au sein du Parti démocrate et n’ont pas l’intention d’en sortir eux-mêmes, qu’est-ce qui nous fait penser que ces efforts nous préparent à une rupture ? »

Ils ajoutent : « Les candidats soutenus par DSA n’ont généralement pas de comptes à rendre à l’organisation et ne travaillent pas directement à sa construction, et encore moins à une rupture politique avec le Parti démocrate. »

« Il n’y a aucune preuve », concluent-ils, que cette approche a « tout fait pour préparer l’indépendance politique : on pourrait compter, d’un côté, les campagnes partisanes que DSA a soutenues et qui ne dépendent pas du Parti démocrate. En effet, il y a eu plus de contrôle du désir de se présenter en dehors du Parti démocrate que d’encouragement du besoin de rompre avec lui. Choisir de ne pas créer d’organisation indépendante tout en utilisant la liste électorale du Parti démocrate exclut la possibilité de créer une communauté de personnes capables de s’en détacher. Plutôt que d’être un moyen efficace, bien que « sale », de créer un terrain plus favorable à la rupture, cette stratégie nous maintient à l’intérieur du Parti démocrate. »

C’est un argument convaincant, que beaucoup d’entre nous ont fait valoir au cours des dernières années.

Mais l’article tire son épingle du jeu en acceptant le postulat de base de la stratégie de la « pause sale » selon laquelle la gauche devrait utiliser les listes électorales du Parti démocrate (c’est-à-dire travailler à l’intérieur du parti), mais qu’elle devrait le faire d’une manière plus efficace. « Nous devons nous assurer qu’en nous salissant », écrivent-ils, « nous ne finissons pas par re-légitimer le Parti démocrate au lieu de l’affaiblir. »

Les auteurs de l’article cité proposent la stratégie suivante pour les candidats de DSA qui se présentent sur les listes du Parti démocrate afin de mettre en œuvre efficacement la « sale pause ». Ils doivent :

Etre clairs sur leur politique dans les campagnes électorales – ce que nous faisons doit être distinct ;
S’abstenir de promouvoir le Parti démocrate, de se qualifier « fiers d’être démocrates » ou de prétendre d’une autre manière « réparer » ou « reconquérir » le parti ;
Poursuivre les réformes qui rendent les candidatures indépendantes plus aisées, plus réalisables et plus compétitives ;
Ne pas nuire à l’intérêt en faveur des initiatives indépendantes (troisième parti) ;
S’abstenir de prendre des postes dans les structures du Parti démocrate ;
Ne pas soutenir d’autres démocrates, en particulier après avoir perdu une primaire, à moins que le démocrate ne remplisse également les critères mentionnés ci-dessus.

Ces six critères pour une « pause sale » plus efficace sont une version édulcorée des propositions faites par Joe Evica il y a quelques années lorsqu’il était membre de l’ISO. A l’époque, il a proposé une stratégie de « rupture propre et sale » avec les critères suivants. Le candidat doit : se décrire comme un socialiste et un anticapitaliste qui refuse l’appui des grands capitaux ; déclarer ouvertement qu’il n’est pas démocrate et déclarer que les démocrates sont un parti capitaliste ; refuser d’appuyer tout autre démocrate qui n’a pas la même position déclarée ; expliquer qu’il utilise uniquement la liste électorale démocrate – parce que les tiers sont bloqués par le système – pour créer des ouvertures pour un tiers parti ; et, enfin, se présenter comme indépendant s’il perd au cours de la primaire démocrate [qui sélectionne les candidats].

Cette proposition, en énonçant de manière simple et audacieuse ce qu’une « pause sale » devrait entraîner pour être considérée comme telle expose immédiatement sa propre faiblesse décisive. Le Parti démocrate ne permettrait en aucun cas aux candidats de promouvoir des politiques et des propositions qui s’opposent ouvertement à lui. Ils ont à peine toléré Bernie Sanders – qui a déclaré sa loyauté au parti et a tenu sa promesse de soutenir les deux candidats démocrates centristes lorsqu’il a perdu les primaires en 2016 [Hillary Clinton] et en 2020 [Joe Biden]. En effet, l’appareil démocrate a travaillé dur pour s’assurer à chaque fois que Sanders ne remporterait pas l’investiture.

S’ils n’ont pas accepté Sanders, ils mobiliseraient certainement encore plus toutes les ressources du parti, y compris en réécrivant si nécessaire ses règles, pour empêcher tout candidat de se présenter aux primaires en tant que démocrate qui prétendrait ouvertement vouloir saper le parti et en tirer des votes en faveur d’un tiers parti. En réalité, ils l’ont déjà fait : en 2019, le DNC [Democratic National Committee] a exigé que tous les candidats à la présidence signent un engagement (que Bernie a signé) stipulant qu’ils « sont démocrates… sont membres du Parti démocrate ; accepteront la nomination démocrate ; et se présenteront et serviront en tant que membres du Parti démocrate ».

Une « vraie » politique de « pause sale », donc, serait morte à l’arrivée.

Peu importe à quel point une organisation ou un candidat prétend mettre en œuvre une « pause sale », ils seront immédiatement obligés de faire de sérieux compromis politiques afin de pouvoir même se présenter en tant que démocrates. Utiliser une liste électorale « efficacement » signifie donc que vous êtes déjà sur la voie de la paix avec le parti. De plus, il existe une pression naturelle, en dehors de toute mesure disciplinaire qui pourrait être prise sur toute personne se présentant comme démocrate, pour qu’elle se solidarise avec le parti, même si c’est de façon critique.

Une évolution a eu lieu entre l’ancienne proposition et celle du nouvel article mentionné [publié dans Tempestmag], qui impose des exigences beaucoup plus légères aux candidats potentiels de DSA et utilise un langage beaucoup plus vague. Le candidat doit « être clair sur sa politique », ne pas « promouvoir le Parti démocrate », ne pas saper l’intérêt pour les initiatives des partis tiers, et ne pas accepter un emploi dans le parti ou soutenir des démocrates non soutenus par DSA. La position des auteurs représente peut-être une reconnaissance détournée de l’impossibilité pratique de la stratégie de la « pause sale » en toutes circonstances. Le fait qu’aucun candidat soutenu par DSA ne se soit présenté sur la base de la stratégie de la « pause sale » n’est-il pas la preuve que le concept n’est qu’une couverture pour rester dans le parti et rien de plus ? N’est-il pas également révélateur qu’Eric Blanc, qui a initialement inventé le terme « dirty break » (pause sale), appelle maintenant les membres de DSA à voter pour Joe Biden ?

La deuxième partie de l’article mentionné, en expliquant comment mieux faire la « pause sale », annule la première partie. Les auteurs ne tirent pas la conclusion logique de leur analyse. Si la « pause sale » est une feuille de vigne pour rester lié au Parti démocrate, alors à quoi peut-elle bien servir pour les socialistes ? (Article publié sur le site d’International Socialism Project, le 8 octobre 2020 ; traduction rédaction A l’Encontre)

Paul D’Amato est l’auteur de The Meaning of Marxism et a été le rédacteur en chef de l’International Socialist Review. Il est l’auteur de nombreux articles sur un large éventail de sujets.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique du Nord

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...