Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Éthiopie : entre le sang et les urnes

L’Éthiopie se rend aux élections au milieu de la pandémie et d’une guerre civile entre le gouvernement et la région du Tigré. L’actuel président Abyi Ahmed tente de renforcer l’idée de la politique sur l’ethnicité, mais le conflit est devenu permanent. L’histoire du pays, marquée par les conflits ethniques, la démocratisation des anciennes guérillas, la guerre avec l’Érythrée, l’abandon du marxisme soviétique et la montée de l’ethno-nationalisme, permettent de comprendre la situation actuelle.

Tiré de Plateforme altermondialiste.

L’Éthiopie a le privilège d’être le seul pays qui a réussi à résister au puzzle créé par les puissances coloniales et impérialistes en Afrique. Elle n’a jamais été conquise par des puissances étrangères, à l’exception d’une brève période d’occupation italienne en 1935-1936. Avec 75 % de la population appartenant à cinq ethnies différentes, une grande variété linguistique et une organisation territoriale basée sur le fédéralisme ethnique, le conflit armé dans la région du Tigré – qui dure depuis sept mois – a mis le gouvernement éthiopien dirigé par Abiy Ahmed Ali. L’intervention militaire dans cette zone frontalière de l’Érythrée et qui comptait jusqu’à très récemment le Front populaire de libération du Tigré (FPLT) dans le cadre de la coalition gouvernementale nationale, compte déjà environ 500 000 soldats mobilisés, Plus d’un millier de morts – même si l’on estime qu’il y en a beaucoup plus, car le travail journalistique et les organisations comme Amnesty International sont très limités -, les personnes mobilisées, les réfugiés et les personnes déplacées. L’Organisation des Nations Unies (ONU) a déjà signalé et dénoncé des viols massifs de femmes dans la région. C’est dans ce contexte que le pays africain tiendra des élections législatives le 21 juin, reportées depuis août 2020 en raison de la pandémie de coronavirus.

Les élections se déroulent dans un climat tendu caractérisé par la guerre civile. Les prétendants seront l’actuel président Abiy Ahmed Ali, du Parti de la prospérité (une organisation sans distinction de races et d’ethnies supposée être la continuation de l’historique Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien, passé du marxisme-léninisme à la social démocratie), Berhanu Nega, le représentant des Citoyens éthiopiens pour la justice sociale, de centre-droit et à connotation nationaliste et libérale, et Debretsion Gebremichael, le leader du FPLT. Cette dernière organisation, qui est au centre de la guerre civile, vient du marxisme-léninisme, mais défend actuellement l’ethno-nationalisme tigréen combiné avec des idées nationalistes révolutionnaires et social-démocrates. Les sondages auront le dernier mot sur le sort du pays mais, jusqu’à présent, ils ont été les plus sous-estimés. En novembre 2020, il y a eu une offensive militaire du gouvernement éthiopien contre la région du Tigré, où le FPLT détient le gouvernement. Une série de désaccords avait été à la base du début du conflit. Parmi elles, il faut souligner la décision du président Abiy Ahmed Ali de dissoudre la coalition multiethnique qui gouvernait le pays depuis des années pour en former une autre, dont le PFLT s’est retirée, suivie d’une attaque de cette organisation contre une base militaire éthiopienne.

En Afrique, il existe plus de 2 000 langues (sans compter les dialectes). Parmi ceux-ci, plus de 2% sont parlés en Éthiopie. Et, sur l’ensemble des ethnies éthiopiennes, plus de 75 % appartiennent à cinq d’entre elles : Oromos, Amharas, Somalis, Tigréens et Sidamas. Avec plus de 115 millions d’habitants, l’Éthiopie présente une caractéristique très particulière au niveau de son organisation interne. Son système politico-territorial est ethno-fédéral, c’est-à-dire qu’il compte dix provinces ou kililoch, administrés par des groupes ethniques majoritaires et avec un niveau d’autonomie assez élevé.

Les principaux problèmes de la question éthiopienne forment un vaste catalogue : la situation délicate des minorités dans les provinces en fonction des conflits existants et de l’allocation et du contrôle des ressources de l’État ; l’asymétrie du pouvoir national due à l’existence d’ethnies hégémoniques, qui transforme l’ethno-fédéralisme en ethno-nationalisme ; la lutte des majorités ethniques pour cette hégémonie ainsi que le déséquilibre oligopolistique du pouvoir ; la fragilité des alliances qui peuvent naître à partir de cela ; le contenu militariste de ce fédéralisme, qui conduit à la résolution des problèmes, de la manière la moins diplomatique possible ; les accusations réciproques de la part des groupes armés et l’utilisation de la dichotomie artificielle terrorisme-antiterrorisme comme justification de la répression ; le flux constantdes réfugiés, un produit du déplacement forcé ; la dynamique et le contrôle par les deux capitales, multiethniques : Addis-Abeba et Dire Dawa ; le culte de la personnalité exercé par les organisations politico-militaires ; et l’ingérence des pays voisins, fondée sur leurs propres intérêts politiques, territoriaux, ethniques ou religieux.

Vers la fin des années 1990, l’éclatement de l’Éthiopie et de l’Érythrée, après cinq ans d’indépendance vis-à-vis de la première en 1993, a été un motif de renforcement des liens de la coalition au pouvoir. La guerre de 1998 était due à des problèmes le long de la frontière d’un peu moins de 1000 kilomètres, partagée par les deux pays. Mais, d’un autre côté, les querelles internes, les accusations sur le manque de libertés politiques et la répression croissante, généraient un mouvement centrifuge qui a donné forme à une entente politique d’opposition. Cela a conduit à une alliance puissante pour les élections de 2010, composée des huit forces qui composent le Medrek (Forum de l’unité démocratique fédérale d’Éthiopie), des Oromo, mais aussi des Somalis, des Tigréens et des Sidama, avec l’Union pour la démocratie et la Justice, de racines amhariques, en collaboration avec certaines minorités. Tant ces élections que les précédentes de 2005 ont été marquées par des irrégularités et des accusations de fraude. Cela a encore tendu la situation. Le conflit de l’Ogaden en 2007 en est un exemple.

En 2015, sous le gouvernement de Hailemariam Dessalegn, des manifestations d’opposition menées par l’ethnie Oromo ont commencé à avoir lieu. La cible des accusations est devenue la région d’Oromia, la plus grande du pays, qui a été accusée de sédition et la loi antiterroriste lui a été appliquée. Le bilan de ce conflit a fait de nombreux morts et blessés, qui se sont vite transformés en centaines lors de la prolongation des manifestations et des grèves, provoqués par un plan territorial contradictoire qui entraînerait le déplacement de nombreux Oromos de leurs terres agricoles au profit de l’expansion de l’agglomération urbaine. d’Addis-Abeba, ratifiant l’un des points du décalogue précité sur la candidature sur les deux villes multiethniques du pays.

La forte répression à Oromia, les centaines de morts et les incarcérations n’ont pas été sans coût politique pour le parti au pouvoir. En 2018, le Premier ministre Hailemariam Dessalegn a démissionné de ses fonctions. Cela a catapulté les Oromos au pouvoir aux mains du charismatique Abiy Ahmed Ali. Cependant, le nouveau Premier ministre a mis en œuvre un plan « pan-éthiopien », qui incluait dans une force politique Oromos, Amharas, Afar et Somalis, ainsi que des groupes ethniques du centre du pays, comme les Bertha, Gumuz, Nuer ou Anuak et les peuples minoritaires de la région du sud. Ce nouvel effort ethno-fédéral, baptisé Parti de la prospérité, a semblé décompresser la situation que connaissait le pays, à tel point qu’Abiy Ahmed a reçu le prix Nobel de la paix.

La situation est on ne peut plus complexe en Éthiopie et dans toute la Corne de l’Afrique. Famines, sécheresses, près d’un demi-million de soldats mobilisés, migrations forcées et réfugiés, intervention militaire, amnisties rebelles, critiques internationales, affrontements armés, persécutions, pandémie et comme si cela ne suffisait pas, élections. Le Parti de la prospérité, dirigé par le parti au pouvoir Abyi Ahmed, tente de renforcer l’idée de la politique sur les clivages ethniques, dans une atmosphère où le nid de frelon est plus qu’agité. De leur côté, les partis d’opposition utilisent la répression étatique comme une carte pour éroder le pouvoir d’Ahmed. En juin, on verra si le projet politique d’Ahmed peut se poursuivre sans se délégitimer avec l’usage excessif de la violence d’État ou, au contraire,

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...