Édition du 23 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

George Gershwin (1898-1937)

Gershwin : Porgy and Bess. Metropolitain Opera Orchestra, David Robertson, 2020.

Dans le livret d’accompagnement du coffret mentionné ci-haut Richard Osborne précise que cet opéra tire son origine d’un roman intitulé Porgy écrit par Edwin DuBose Heyward. C’est dans un journal que cet auteur de Caroline du Sud a trouvé le filon de départ de son récit. George Gershwin aurait lu ce roman en 1926 qui ne cessera par la suite de le hanter.

L’idée d’en faire un opéra l’accompagnera pendant plusieurs années puisque ce ne sera qu’en 1933 qu’il parviendra à obtenir les droits d’adaptation scénique du livre. Durant l’été 1934, Gershwin ira installer ses pénates dans un village côtier de Caroline du Sud, à dix milles de Charleston où vivait une importante population afro-américaine. C’est à cet endroit qu’il composera l’opéra Porgy and Bess.

Résumé

Summertime, un soir d’été, dans le village de pêcheurs de Catfish Row certaines personnes dansent, d’autres s’adonnent à des jeux de rue. Un jeune homme éclopé et mendiant qui se prénomme Porgy, demande où est Bess ? Cette femme qu’il aime secrètement. Bess a une relation avec Crown, un débardeur particulièrement violent. Ce dernier, lors d’une rixe, tue Robbins, puis se cache des forces de l’ordre. Bess se réfugie auprès de Porgy qui la prend sous son aile protectrice. Crown ne veut pas que Bess le quitte. Il revient rôder dans le village de Catfish Row à la recherche de son ex-amante. Porgy, malgré son handicap, va l’affronter physiquement. Un seul des deux protagonistes survivra : Porgy.

Bess a une sérieuse dépendance à la poudre blanche. Sporting Life, un dealer local qui lui donne des sachets de cocaïne, réussira à la convaincre de le suivre à New York. Une fois libéré, Porgy apprendra ce qui s’est passé durant son absence. Il ne se laissera pas décourager et décidera, avec beaucoup de détermination, de prendre la route, avec les moyens du bord, pour aller retrouver Bess, la femme qu’il aime. Cet opéra tient en trois actes et s’apparente à une sorte de Roméo et Juliette d’un ghetto noir américain et les sujets abordés sont toujours d’actualité (drogue et violence à l’endroit des femmes). La musique est parfois d’inspiration jazz et la quasi-totalité de la distribution est accordée à des Afro-Américains. Ce qui a fait scandale à l’époque.

Commentaire

Tout au long de l’écoute de cet opéra, je me demandais : qu’est-ce qui pourrait bien faire scandale aujourd’hui dans un monde où la dénonciation de l’appropriation culturelle est au poste de commande. La distribution afro-américaine ou Gershwin, un compositeur à la peau blanche ? Se pourrait-il que la sensibilité chez la personne humaine corresponde à un invariant (et non un invariable) ? La sensibilité serait-elle une constante ? Est-ce seulement l’objet du scandale qui ne fait que varier dans le temps ? Y a-t-il et y aura-t-il toujours quelque chose dans la vie sociale ou artistique qui ne cessera de soulever l’adhésion des unEs et l’indignation des autres ?

Yvan Perrier

28 juin 2021

yvan_perrier@hotmail.com

BIBLIOGRAPHIE

Batta, Andréas. 2000. Opéra : Compositeurs, Œuvres, Interprètes. Könemann : Cologne, p. 150 à 153.

Kobbé, Gustave. 1999. Tout l’opéra : Dictionnaire de Monteverdi à nos jours. Paris : Robert Laffont, p. 242 à 245.

Oussenko, Sylvie. 2009. L’opéra tout simplement. Paris : Eyrolles, p. 175.

Plusieurs auteurs. 1977. Dictionnaire de l’opéra. Paris : Ramsay, p. 522 à 523 .

Tranchefort, François-René. 1978. L’opéra : 2. De Tristan à nos jours. Paris : Seuil, p. 282 à 284.

Yvan Perrier

Yvan Perrier est professeur de science politique depuis 1979. Il détient une maîtrise en science politique de l’Université Laval (Québec), un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie politique de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et un doctorat (Ph. D.) en science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur au département des Sciences sociales du Cégep du Vieux Montréal (depuis 1990). Il a été chargé de cours en Relations industrielles à l’Université du Québec en Outaouais (de 2008 à 2016). Il a également été chercheur-associé au Centre de recherche en droit public à l’Université de Montréal.
Il est l’auteur de textes portant sur les sujets suivants : la question des jeunes ; la méthodologie du travail intellectuel et les méthodes de recherche en sciences sociales ; les Codes d’éthique dans les établissements de santé et de services sociaux ; la laïcité et la constitution canadienne ; les rapports collectifs de travail dans les secteurs public et parapublic au Québec ; l’État ; l’effectivité du droit et l’État de droit ; la constitutionnalisation de la liberté d’association ; l’historiographie ; la société moderne et finalement les arts (les arts visuels, le cinéma et la littérature).
Vous pouvez m’écrire à l’adresse suivante : yvan_perrier@hotmail.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...