Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections présidentielles en France

Humiliation civique

Ça y est, nous y sommes, retour au commencement pour les citoyens français, pressés de choisir encore une fois entre la peste et le choléra.

On y a cru pourtant … quand on a vu, dans les dernières semaines de campagne, un élan populaire inédit autour des valeurs sociales et écologiques, quand on a vu les intentions de vote pour Jean Luc Mélenchon s’emballer, quand a vu les habitants des quartiers et les jeunes se mobiliser … enfin !

Et puis il y a eu cette soirée interminable, Lepen et Mélenchon au coude à coude et l’espoir qui ne cessait de grimper à chaque décimale supplémentaire. À 20h les résultats sont annoncés, alors qu’encore de nombreux bureaux de vote n’ont pas fini leur dépouillement. Mais les médias ne veulent pas traîner, il faut vite annoncer le duel tant attendu Macron-Lepen, au cas où il y ait une surprise de dernière minute ! Et ça a failli arriver quand, au milieu de la nuit, l’écart entre Lepen et Mélenchon n’était plus qu’à 0,8%. C’était vraiment une soirée très particulière, pleine d’émotion, mais aussi de fierté et d’espoir. Oui, on a perdu ! Mais au delà de ça, la gauche a fait un score de plus de 5% supérieur à ce qu’annonçaient les sondages. Dans les DOM TOM, Mélenchon fait plus de 50%, et il s’impose largement dans les grandes villes de France, hors capitale.

Alors pourquoi ? Comment ? Comment a-t-on pu perdre avec une telle dynamique, avec un tel programme …

Les campagnes, la ruralité, c’est là que Marine Lepen fait un carton plein, dans ces territoires abandonnés où des habitants appauvris sont isolés devant leur télévision et gavés de désinformation. Dans mon village de 600 habitants (sans aucun étranger) c’est Lepen qui l’emporte, comme dans les villages voisins... Pourtant le programme de la gauche était beaucoup plus en leur faveur. C’est incompréhensible. Les études nous montrent d’ailleurs que le vote Lepen est majoritaire chez ceux qui se disent insatisfaits de leur quotidien, c’est un vote de colère et de frustration, pas un vote de conviction.

Et puis évidemment, comme beaucoup le pressentaient, ce sont les voix des petits partis de gauche qui ont manqué. 400 000 voix seulement ! Si les communistes avaient fait alliance c’était gagné. Tant de pertes pour si peu de raisons … Et Jadot ? Cet écolo en plastique qui a passé la moitié de sa campagne à dénigrer Mélenchon, le seul candidat qui proposait également un programme écologiste ! Les quinze derniers jours avant le vote, il ne prenait même plus la peine de défendre ses idées ou son programme, il ne cessait de répéter que Mélenchon était un danger et qu’il fallait lui faire barrage, quitte à se retrouver de nouveau avec un président condamné pour inaction climatique. Il n’a d’ailleurs pas attendu longtemps pour retourner sa veste … à 20h02, bien avant que les résultats ne soient officialisés, il appelait déjà à soutenir Macron !

Mais le peuple français le puni pour sa trahison … il ne dépasse pas les 5% nécessaires pour un remboursement des frais de campagne ! Et voilà cet indigne personnage qui, non content d’être largement responsable de la défaite des idées écologistes, vient faire la manche. Il réclame l’aide financière des français pour l’aider à éponger ses dettes !!! Quelle indécence !

Tout comme Valérie Pécresse d’ailleurs … la papesse conservatrice a obtenu le pire score jamais enregistré par la droite ! Au delà de l’amertume de la défaite, quel délice de voir notre Versaillaise, qui récemment déclarait qu’il fallait en finir avec l’assistanat, mendier devant les journalistes. « Je suis endettée personnellement à hauteur de 5 millions d’euros, chouine-t-elle, j’ai besoin de l’aide des français » ! Ne baisse pas les bras Valoch’, toi qui nous expliquais il y a peu qu’on peut faire beaucoup de choses avec 1€50 par jour, voici l’occasion de mettre à l’épreuve tes théories !

Voilà ce que cette élection nous démontre, la fin du vieux schéma politique droite républicaine contre gauche socialiste (qui ne dépasse même pas les 2% et acte son décès). La France se polarise entre deux sociétés radicalement opposées, entre deux extrêmes, et les libéraux, ’’au milieu’’ se frottent les mains. Il y a aujourd’hui trois blocs quasi égaux, le projet ultra libéral de Macron, le projet ultra sécuritaire de l’extrême droite et le projet socio-écologique de la gauche radicale. Et il est évident que notre mode de scrutin ne correspond pas à cette réalité, en excluant le troisième bloc pour seulement quelques voix de moins, c’est un tiers de la population que l’on exclut de la vie politique.

Maintenant, que nous apprennent les études sur la sociologie du vote ? Beaucoup de choses … Outre la scission entre villes et campagnes dont j’ai parlé plus haut, apparaît une guerre des générations qui semble s’exacerber. Les 18-34 ans, concernés par l’écologie, ont soutenu Mélenchon (32%). Chez les 35-64, c’est Le Pen qui l’emporte à 29%. Et les + de 65 ans ont très largement choisi Macron à 41%. Sans les plus âgés, Macron restait sur le carreau ! En même temps, quelle crainte y a-t-il à voter pour la retraite à 65 ans quand on a eu la sienne à 55 ? Pourquoi se priver de taper sur les chômeurs quand on a connu le plein emploi ? Pourquoi laisser l’école gratuite à ces flemmards de jeunes qui ne valent rien ? Pourquoi se soucier de l’écologie puisqu’on ne sera plus là pour vivre la catastrophe ?

C’est cette atroce vérité qui ressort de cette élection, les plus âgés ne veulent pas de changement, ils veulent finir leur vie telle qu’ils l’ont vécue, dans la surconsommation et l’insouciance de l’excès. Pour ce privilège ils sont prêts à sacrifier l’avenir de leurs petits enfants sans le moindre remord, oubliant bien vite que ces deux dernières années, c’est leurs petits enfants qui ont sacrifié leurs plus belles années pour protéger les anciens, ces anciens qui en remerciement, leur plante un couteau dans le dos. Cela de présage rien de bon …

Et n’oublions pas évidemment les honneurs au premier parti de France ; l’abstention (28,4%). Donc si l’on est honnête, les valeurs qui prévalent dans ce pays sont l’indifférence et la désillusion.

On pourrait s’intéresser aussi au rôle des sondages dans la défaite de la gauche. Je vous en parlais il y a peu, les sondages minimisent par principe les scores de la gauche … et cela semble normal à tout le monde ! Ici il y a plus de cinq point d’écart entre le score réel de Mélenchon et celui que nous annonçaient les sondages. Je connais personnellement des gens qui m’ont dit : « Mélenchon n’est qu’à 16%, il n’a aucune chance de passer. Je préfère faire un vote de cœur pour le NPA » et qui, après les résultats m’ont avoué que s’ils avaient su qu’un parti de gauche avait une chance, ils n’auraient pas hésité ! Il est urgent de s’interroger sur le rôle des sondages, sur leur méthodologie et plus largement sur notre mode de scrutin. Si l’on persiste à rejeter le parti de la jeunesse, cela va mal finir …

Ceci étant dit, la question qui nous empêche tous de dormir en ce moment est simple : on fait quoi maintenant ?

Une fois de plus, nous voilà pris en otage entre deux mondes inacceptables. Je dois l’avouer, j’ai un instant considéré la possibilité de voter Marine Lepen. Ce moment d’égarement n’a pas duré longtemps mais pourtant … moi qui ait toujours lutté contre les idées d’extrême droite, j’ai songé à voter pour eux. Comprenez vous la violence de la chose ?! J’ai l’impression d’être un mouton coincé entre l’abattoir et le boucher. Voter Macron je ne peux pas … pas après tout ce qu’il nous a fait subir, pas après son recul sur les énergies renouvelables, pas avec sa philosophie de pompier pyromane qui pense que le réchauffement climatique se résoudra par une overdose de technologie, pas avec son massacre de l’éducation nationale, de l’hôpital public, avec ses attaques contre la presse, etc …

Alors, emportée par mon écœurement, je me suis dit : « Ils veulent Lepen ? Et bien donnons leur ! Laissons la faire n’importe quoi, laissons tomber les masques et, quand ils se rendront compte de ce qu’elle est, on en sera enfin débarrassée ! » A cela venait s’ajouter quelques arguments solides : si Macron perd le pouvoir il finira devant les tribunaux et les libéraux seront discrédités, laissant le champ libre à un renouveau politique. Un parti d’extrême droite au pouvoir réveillera à coup sûr un sursaut démocratique aux élections législatives et peut-être pourront nous leur imposer une cohabitation … Il faut d’urgence démystifier Lepen aux yeux des classes populaires afin que plus personne ne puisse l’utiliser pour un braquage électoral.

Il faut me comprendre, la première fois de ma vie que j’ai voté c’était Chirac contre Lepen, et depuis mon pouvoir de citoyenne est systématiquement invalidé par la menace de l’extrême droite. J’ai fini par ne voir en eux qu’un épouvantail.

Et puis la mémoire m’est revenue, je me suis rappelée les origines de ce parti, crée par d’anciens SS, soutenu par des néonazis. Je me suis souvenue qu’il y a à peine un mois, des militants d’extrême droite ont froidement assassiné un jeune homme qui avait eu le courage de défendre un homme de couleur victime de leur violence. Je me suis rappelée que 80% des effectifs de police soutenaient l’extrême droite, sans parler des bataillons néonazis dans l’armée. Non, même en désespoir de cause, même pour abattre le libéralisme, je ne peux pas prendre le risque de voir l’histoire se répéter, je ne peux pas cautionner les ratonnades, les lynchages, la violence et le racisme. Ce serait comme ouvrir la boite de Pandore … Pourrait-on alors la refermer ?

Et pourtant, cette idée est de plus en plus en vogue chez ceux que Mélenchon appelle les « fâchés mais pas fachos », ceux qui ont subi dans leur chair les maltraitances de Macron. Et plus les appels à voter Lepen dans le seul but de dégager Macron se multiplient, plus en retours les intentions de vote pour Macron augmentent. Il est là le véritable piège qu’ils nous ont tendu … il suffirait de voter blanc, de s’abstenir, pour que notre président(e) ne soit élu(e) que par une poignée de citoyens et que sa légitimité ne soit jamais acquise. Puis le combat se finirait aux législatives en imposant une cohabitation.

Mais les gens ont tellement peur de Macron qu’ils se jettent aveuglément dans la gueule du loup et, quoi que dégoûtés, donnent à l’extrême droite un peu plus de poids. Et plus l’extrême droite pèse, plus le fameux barrage républicain semble à beaucoup une nécessité, les poussant à voter macron le nez bouché. Au final, il risque de repasser avec une large majorité et d’asseoir un pouvoir qu’il sera de plus en plus difficile d’attaquer. Durant les cinq prochaines années ils rejoueront la même tactique ; imposer dans le débat public les idées du rassemblement national, dédiaboliser Lepen, lui donner du pouvoir, entretenir la peur … cela monopolisera encore les débats, ne laissant plus de place aux vrais sujets qui préoccupent les français. Et dans 5 ans, rebelote … C’est un braquage démocratique !

Jusqu’au jour de trop, jusqu’au jour où leur jeu se retournera contre eux … et surtout contre nous, éternelles victimes des ambitions des puissants.
Pour ma part c’est terminé. Je refuse de légitimer l’un ou l’autre de ces bourreaux, Macron a amené Lepen aux portes du pouvoir, qu’il ne compte pas sur moi pour affronter son monstre, qu’il se débrouille ! Et advienne que pourra.

Quelque soit le gagnant de cette élection, la France sera perdante

Néanmoins je veux finir sur une note d’espoir. Un élan populaire s’est réveillé, depuis lundi la Sorbonne est occupée par une jeunesse qui refuse de laisser les plus âgés décider de leur avenir. Il y aurait beaucoup de choses à dire sur cette jeunesse là. Certains les jugent incultes, flemmards et égoïstes … ça n’est pas ce que je vois. Moi je vois une jeunesse qui se tient debout malgré l’adversité que leur impose cette société malade, je vois une jeunesse consciente des enjeux climatiques, je vois une jeunesse prête à reprendre un flambeau qui ne s’éteindra jamais. Moi je crois en eux, et je suis convaincue que notre rôle est de les respecter et de leur donner confiance et espoir. L’avenir, c’est eux.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Élections présidentielles en France

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...