Édition du 17 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

Une complexité qui dérange

La guerre de l'information sur le sol européen

Guerre de l’information : l’objectif est de prolonger la guerre tant qu’elle sert les intérêts de ceux qui la promeuvent. Guerre de l’information : l’objectif est de prolonger la guerre tant qu’elle sert les intérêts de ceux qui la promeuvent.

7 mai 2022 | lettre

L’axe médiatique nord-atlantique est actuellement engagé dans une guerre de l’information sans précédent. Au cours de deux périodes différentes, alors que je me trouvais aux États-Unis, j’ai moi-même fait l’expérience de telles guerres. La première, dont j’ai été témoin de la crise finale (1969-1971), s’est déroulée pendant la guerre du Vietnam et a culminé avec la publication des Pentagon Papers en 1971. La seconde a été la guerre en Irak (qui a débuté en 2003) et la saga des armes de destruction massive, un canular politique qui a conduit à de nombreux crimes de guerre. Mais je n’ai jamais été témoin de ce type de guerre de l’information sur le sol européen, du moins pas à ce degré d’ampleur. Elle se caractérise par une érosion implacable de la distinction entre les faits et la manipulation des émotions et des perceptions, entre les hypothèses ou les conjectures et les vérités inattaquables.

Dans le cas de la guerre en Ukraine en particulier, la manipulation vise à empêcher l’opinion publique et les politiciens d’envisager et de prendre des décisions sur la seule mesure requise à l’heure actuelle : rechercher une paix durable tant en Ukraine que dans la région et mettre ainsi fin à la souffrance des Ukrainiens, qui connaissent actuellement le même sort tragique que les Palestiniens, les Yéménites, les Syriens, les Sahraouis et les Afghans - bien que tous ces peuples restent cachés sous un lourd silence. L’objectif de la guerre de l’information est de prolonger la guerre sur le terrain aussi longtemps qu’elle sert les intérêts de ceux qui la promeuvent. Face à ce scénario, il n’est pas facile de s’armer de faits et d’expériences historiques car, du point de vue de la guerre de l’information, expliquer c’est tenter de justifier, comprendre c’est pardonner, contextualiser c’est relativiser. Malgré tout, je vais essayer.

Causes

Pour diaboliser son ennemi, il est indispensable de le déshumaniser, c’est-à-dire d’imaginer qu’il a agi de manière criminelle et sans provocation. Néanmoins, une condamnation ferme et inconditionnelle de l’invasion illégale de l’Ukraine (un point sur lequel j’ai été très clair depuis que j’ai commencé à aborder cette question) ne signifie pas que vous devez ignorer comment nous en sommes arrivés là. C’est pourquoi je vous recommande Guerre avec la Russie..., un livre publié en 2019 par feu Stephen Cohen, professeur émérite de l’université de Princeton. Après une analyse exceptionnellement approfondie des relations entre les États-Unis et la Russie depuis la fin de l’Union soviétique et, en ce qui concerne l’Ukraine, depuis 2013 en particulier, Stephen Cohen présente la conclusion suivante : "Les guerres par procuration étaient une caractéristique de l’ancienne guerre froide, mais elles étaient généralement de faible ampleur dans ce que l’on appelait le "tiers-monde" - en Afrique, par exemple - et elles impliquaient rarement beaucoup, voire pas du tout, de personnel soviétique ou américain, le plus souvent seulement de l’argent et des armes. Les guerres par procuration américano-russes d’aujourd’hui sont différentes, elles se situent au centre de la géopolitique et s’accompagnent d’un trop grand nombre de formateurs, d’observateurs et éventuellement de combattants américains et russes. Deux de ces guerres ont déjà éclaté : en Géorgie en 2008, où les forces russes ont combattu une armée géorgienne financée, entraînée et dirigée par des fonds et du personnel américains ; et en Syrie, où en février, des dizaines de Russes ont été tués par les forces anti-Assad soutenues par les États-Unis. Moscou n’a pas exercé de représailles, mais s’est engagé à le faire s’il y a "une prochaine fois", ce qui est fort possible. Dans ce cas, il s’agirait en fait d’une guerre directe entre la Russie et les États-Unis. Pendant ce temps, le risque d’un conflit direct continue de croître en Ukraine." C’est ainsi que l’on prédisait, en 2019, la guerre qui ensanglante aujourd’hui le peuple ukrainien.

Démocraties et autocraties

Dans le langage américain, le monde est divisé en démocraties (nous) et en autocraties (eux). Il n’y a pas si longtemps, la division était entre les démocraties et les dictatures. Le terme "autocratie" est beaucoup plus vague et peut donc être utilisé pour qualifier d’autocratique un gouvernement démocratique considéré comme hostile, même si l’hostilité n’est pas une caractéristique essentielle du système en question. Ainsi, par exemple, des pays comme l’Argentine et la Bolivie n’ont pas été invités au Sommet pour la démocratie, un événement virtuel organisé par le président Biden en décembre 2021. Bien que les deux pays n’aient connu que récemment des processus démocratiques dynamiques, il est également un fait qu’en tant que pays, ils ont tendance à ne pas être particulièrement favorables aux intérêts économiques et géostratégiques des États-Unis. En revanche, des invitations ont été adressées à trois pays que la Maison Blanche elle-même a décrits comme des démocraties imparfaites, des pays où la corruption est endémique et où les droits de l’homme sont bafoués, mais que les États-Unis considèrent comme stratégiquement importants : les Philippines, parce qu’elles s’opposent à l’influence de la Chine ; le Pakistan, pour son importance dans la lutte contre le terrorisme ; et l’Ukraine, en raison de sa résistance à l’empiètement de la Russie.

Il est facile de comprendre pourquoi il y avait des doutes dans le cas de l’Ukraine, car quelques mois plus tôt, les Pandora Papers avaient fourni des détails sur les sociétés détenues à l’étranger par le président Zelensky, sa femme et ses associés. Aujourd’hui, cependant, l’Ukraine représente la lutte de la démocratie contre l’autocratie de la Russie (qui, au niveau national, n’est pas en reste en termes de corruption et de violations des droits de l’homme). De cette manière, le concept de démocratie est dépouillé d’une grande partie de son contenu politique et utilisé comme arme pour promouvoir des changements de gouvernement bénéfiques aux intérêts mondiaux des États-Unis.

Menaces

Selon des experts de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), en 2020, 40 % des forces militaires ukrainiennes (soit 102 000 hommes au total) étaient des milices paramilitaires d’extrême droite de 19 nationalités différentes, armées, financées et entraînées par les États-Unis, l’Angleterre, le Canada, la France et la Suisse. Depuis le début de la guerre, elles ont été rejointes par d’autres combattants, dont certains sont originaires du Moyen-Orient, et ont reçu davantage d’armes de la part de tous les pays de l’OTAN. L’Europe risque donc d’abriter en son sein un nazi-jihadisme robuste, tout en n’ayant aucune garantie que ses actions se limitent à l’Ukraine. Dans une interview accordée en 1998 au Nouvel Observateur, Zbigniew Brzezinski, conseiller à la sécurité nationale du président Carter, a déclaré ce qui suit : "en 1979, nous avons augmenté la probabilité que l’URSS envahisse l’Afghanistan... et ait son propre Vietnam". Je ne serais pas surpris si cette manœuvre du livre de jeu de la CIA était maintenant appliquée en Ukraine.

Associée à la nouvelle (Reuters, 12 avril) selon laquelle le Pentagone allait rencontrer les huit plus grands fabricants d’armes pour discuter de la capacité de l’industrie à répondre aux besoins de l’Ukraine "si la guerre avec la Russie devait durer des années", la récente déclaration du secrétaire général de l’OTAN selon laquelle la guerre en Ukraine "peut durer longtemps, plusieurs mois, voire des années" aurait dû déclencher une alarme chez les dirigeants politiques européens, mais elle semble seulement les avoir poussés à se lancer dans une course aux armements. Les conséquences d’un second Vietnam russe seraient fatales tant pour l’Ukraine que pour l’Europe. La Russie (qui fait partie de l’Europe) ne sera une menace pour l’Europe que si celle-ci devient une immense base militaire américaine. Par conséquent, l’expansion de l’OTAN est la véritable menace qui pèse sur l’Europe.

Deux poids, deux mesures

Transformée en simple caisse de résonance des choix stratégiques américains, l’UE défend le droit de l’Ukraine à rejoindre l’OTAN comme étant l’expression légitime de valeurs universelles (et aussi européennes, mais pas moins universelles pour autant). Dans le même temps, les États-Unis ont renforcé l’intégration (voir le Cadre de défense stratégique États-Unis-Ukraine, signé le 31 août 2021), tout en niant que ce mouvement puisse être imminent. On peut se demander si les dirigeants européens sont conscients que la reconnaissance du droit de l’Ukraine à rejoindre un pacte militaire est refusée à d’autres pays par les États-Unis. S’ils le savent, cela ne fera aucune différence, étant donné l’état de stupeur militariste dans lequel ils se trouvent. Ainsi, par exemple, lorsque les minuscules îles Salomon, dans l’océan Pacifique, ont approuvé un accord préliminaire de sécurité avec la Chine, en 2021, les États-Unis ont réagi immédiatement et de manière alarmante en envoyant de hauts responsables de la sécurité dans la région afin d’arrêter "l’intensification de la concurrence sécuritaire dans le Pacifique."

La vérité arrive trop tard

La guerre de l’information est toujours basée sur un mélange de vérités sélectives, de demi-vérités et de mensonges flagrants (appelés faux drapeaux), organisés dans le but de justifier les actions militaires de ceux qui la promeuvent. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’une guerre de l’information est actuellement menée à la fois par le camp russe et le camp américano-ukrainien, même si, compte tenu du niveau de censure qui nous est imposé, nous en savons moins sur ce qui se passe du côté russe. Tôt ou tard, la vérité éclatera, le drame étant qu’il sera inévitablement trop tard. En ce début de siècle troublé, nous avons un avantage : le monde a perdu son innocence. Julian Assange, par exemple, paie un lourd tribut pour nous avoir aidés dans ce processus. À ceux qui n’ont pas renoncé à penser par eux-mêmes, je recommande le chapitre intitulé "Le mensonge en politique" du livre Crises de la République de Hannah Arendt, publié en 1971. Avec cette brillante réflexion sur les Pentagon Papers, Arendt propose des données exhaustives sur la guerre du Vietnam (dont de nombreux crimes de guerre et de nombreux mensonges), recueillies à l’initiative de Robert McNamara, l’un des principaux acteurs responsables de cette guerre.

La question que personne ne pose

Lorsque des conflits armés ont lieu en Afrique ou au Moyen-Orient, les dirigeants européens sont les premiers à appeler à la cessation des hostilités et à déclarer l’urgence de négociations de paix. Comment se fait-il alors que lorsqu’il arrive qu’une guerre éclate en Europe, les tambours de la guerre battent sans cesse et que pas un seul dirigeant n’appelle à les faire taire et à faire entendre la voix de la paix ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...