Édition du 22 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Écosocialisme

La lutte contre le changement climatique nécessite-t-elle de reporter la lutte pour le changement de système ?

Le temps est toujours un facteur important en politique et dans l’histoire, mais jamais il n’a autant compté que dans la question du changement climatique.

28 août 2020 | tiré du site alencontre.org
https://alencontre.org/laune/la-lutte-contre-le-changement-climatique-necessite-t-elle-de-reporter-la-lutte-pour-le-changement-de-systeme.html

L’avertissement lancé par le rapport du GIEC en octobre 2018, selon lequel le monde a douze ans pour éviter une catastrophe climatique, a sans aucun doute été un facteur majeur pour galvaniser une vague mondiale d’activisme face au changement climatique, notamment sous la forme lancée par Greta Thunberg de grèves massives des écoles ainsi que du mouvement Extinction Rebellion. En même temps, il est clair que cet avertissement pourrait être, et a été, « entendu » ou interprété de différentes manières par différentes personnes. Dans cet article, je veux examiner certaines de ces interprétations et leurs implications, notamment en ce qui concerne la question de savoir s’il y a du temps pour apporter un changement de système ou si, en raison de la brièveté du temps, il est nécessaire de se concentrer et de se contenter des changements qui peuvent être mis en œuvre dans le cadre du capitalisme.

Mais avant d’en arriver là, je voudrais suggérer que beaucoup d’hommes politiques opportunistes auront entendu l’avertissement des douze ans d’une manière tout à fait différente de celle de Greta et de ses partisans. Pour eux, douze ans seraient en effet une très longue période : trois mandats présidentiels aux États-Unis, deux mandats parlementaires complets en Grande-Bretagne et dans de nombreux autres pays ; en d’autres termes, plus qu’assez de temps pour réaliser vos ambitions, assurer votre place dans les livres d’histoire ou, du moins, garantir votre retraite et plusieurs mandats d’administrateur, avant que quelque chose de sérieux ne soit fait. La seule implication pratique de l’avertissement de douze ans serait la nécessité de mettre en place diverses commissions, d’élaborer quelques plans d’action, d’assister à quelques conférences et, d’une manière générale, de procéder à un certain éco-blanchiment. Si vous êtes le PDG d’une grande compagnie pétrolière, gazière ou automobile, la même chose s’applique.

À l’autre bout du spectre, un grand nombre de personnes, en particulier des jeunes, ont « entendu » l’avertissement comme signifiant qu’il ne reste littéralement que douze ans pour empêcher l’extinction mondiale.

Il ne s’agit pas de mauvaises interprétations équivalentes : la première est totalement cynique et extrêmement dommageable pour l’homme et la nature ; la seconde est naïve mais bien intentionnée. Mais ce sont deux interprétations erronées de ce que dit le rapport et de ce qu’est le changement climatique. Le changement climatique n’est pas un événement qui pourrait ou non se produire en 2030 et qui pourrait être évité par une action d’urgence de dernière minute, mais un processus qui est déjà en cours. Chaque semaine, mois ou année de retard dans la réduction des émissions de carbone aggrave le problème et le rend plus difficile à combattre. De même, il n’y a pas de date limite absolue après laquelle il sera trop tard pour faire quoi que ce soit et donc autant abandonner le spectre.

Le rapport du GIEC n’était pas axé sur l’« extinction », mais principalement sur ce qu’il faudrait faire pour maintenir le réchauffement climatique à 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels et sur les effets probables d’un réchauffement de 2 °C. C’est ce qu’il a effectivement déclaré dans son résumé à l’intention des décideurs politiques :

« On estime que les activités humaines ont provoqué un réchauffement de la planète d’environ 1,0 °C par rapport aux niveaux préindustriels, avec une fourchette probable de 0,8 °C à 1,2 °C. Le réchauffement climatique devrait atteindre 1,5 °C entre 2030 et 2052 s’il continue à augmenter au rythme actuel. »

Et il a ajouté, de manière assez évidente, que :

« Les risques liés au climat pour la santé, les moyens de subsistance, la sécurité alimentaire, l’approvisionnement en eau, la sécurité humaine et la croissance économique devraient augmenter avec un réchauffement de 1,5 °C et s’accentuer encore avec 2°C. » [1]

Je ne cite pas ces passages parce que je considère le rapport du GIEC comme un texte sacré ou, en tout cas, comme le dernier mot sur ces questions. Au contraire, il me semble clair que le rapport était conservateur dans ses prévisions – ce qui n’est pas surprenant puisque sa méthode nécessitait le consensus de milliers de scientifiques – et qu’en réalité, le réchauffement climatique et, surtout, ses effets se produisent à un rythme plus rapide que ce que le GIEC avait prévu [2].

Mon but est plutôt de montrer que selon le GIEC et toute compréhension sérieuse du changement climatique, ce à quoi nous sommes confrontés n’est pas un bord de falaise duquel nous tomberions tous en 2030, ou toute autre date exactement prévisible, mais un processus qui s’intensifie rapidement et dont les effets sont de plus en plus catastrophiques. Dans le cadre de ce processus, il y aura très probablement des points de basculement où le rythme du changement s’accélérera très rapidement et où certains changements deviendront irréversibles, mais personne ne sait exactement quand ils le seront et même alors nous parlerons d’un processus qui ne sera pas une extinction totale immédiate.

Une compréhension correcte et scientifiquement fondée de ce processus est essentielle. En tant que militants, il n’est probablement pas utile de s’engager dans une sorte de compte à rebours – il ne nous reste plus que dix ans, neuf ans, huit ans – pour sauver la planète, comme s’il y avait un calendrier fixe. Nous ne voulons pas non plus être accusés d’avoir crié au loup lorsque la fin du monde n’aura pas lieu. Cette compréhension est également importante en tant que fondement pour aborder la question cruciale de savoir s’il est temps de changer de système.

L’argument selon lequel il n’y a pas assez de temps pour un « changement de système », c’est-à-dire le renversement du capitalisme, existe depuis longtemps dans le mouvement écologiste, bien avant l’avertissement des 12 dernières années. Je me souviens qu’il a été avancé avec force (et colère) contre un trotskyste plutôt malchanceux dans le cadre de la campagne contre le changement climatique, lorsque j’y ai participé pour la première fois au début des années 1990. « Il n’y a pas le temps d’attendre votre révolution », lui a-t-on dit.

Bien sûr, cet argument du « pas le temps » peut être utilisé comme excuse par des gens qui sont en fait pro-capitalistes, mais il peut aussi être utilisé de bonne foi par des gens qui accueilleraient favorablement le remplacement du capitalisme s’ils y voyaient une possibilité pratique. Prenons l’exemple d’Alan Thornett, un socialiste dont l’engagement de toute une vie dans la lutte anticapitaliste ne peut être mis en doute. Dans son récent livre, Facing the Apocalypse (Resistance Books, mars 2019), il écrit :

« La solution standard avancée par la plupart des gens de la gauche radicale… est le renversement révolutionnaire du capitalisme mondial – par implication dans les douze prochaines années car c’est le temps qu’il nous reste à le faire…

 »Une telle approche est maximaliste, gauchiste et inutile. Nous pouvons tous, en tant que socialistes, voter à deux mains pour l’abolition du capitalisme, et c’est effectivement notre objectif à long terme. Mais en tant que réponse au réchauffement climatique dans les 12 prochaines années, cela n’a aucun sens.

 »Il s’agit d’un “manque de crédibilité” : alors qu’un changement climatique catastrophique est effectivement à portée de main, on peut difficilement en dire autant de la crédibilité de la révolution socialiste mondiale – à moins que quelque chose ne m’échappe. Ce n’est peut-être pas impossible, mais c’est une perspective bien trop éloignée pour apporter une réponse au réchauffement et au changement climatique…

 »Pour parler franchement, si le renversement du capitalisme mondial dans les 12 années restantes est la seule solution au réchauffement planétaire et au changement climatique, alors il n’y a pas de solution au réchauffement planétaire et au changement climatique. » [3]

Alan Thornett exprime ici très clairement l’argument que je veux contester.

La première chose à dire est que pour les socialistes et marxistes sérieux (à commencer par Marx, Engels et Rosa Luxemburg), la lutte pour la révolution n’est opposée à la lutte pour les réformes sur aucun sujet. La révolution est plutôt quelque chose qui naît de la lutte pour des revendications concrètes [4].

Tout comme les marxistes combinent la conviction que la seule solution à l’exploitation est l’abolition du système des salaires avec le soutien de la lutte syndicale pour des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail, ils peuvent ainsi se battre pour des revendications immédiates telles que la gratuité des transports publics, l’abandon des combustibles fossiles et l’investissement massif dans les énergies renouvelables, tout en prônant la révolution écosocialiste. De cette manière, la possibilité d’un capitalisme écologiquement durable est mise à l’épreuve.

Mais cela n’épuise pas la question. Si la révolution est considérée comme trop éloignée et peu susceptible d’être avancée comme solution, alors les militants pour le climat devraient concentrer pratiquement toute leur énergie à simplement gagner des réformes plutôt qu’à argumenter et à s’organiser pour la révolution. De plus, l’accent serait mis en grande partie sur les réformes portant uniquement sur cette question. Quel serait l’intérêt, si ce n’est la moralité abstraite, de se concentrer sur des questions telles que les droits des travailleurs à un emploi, la lutte contre le racisme, les droits reproductifs des femmes, les droits des LGBTQ, etc.

Si, toutefois, on estime que le capitalisme s’avérera non réformable ou insuffisamment réformable à cet égard, alors il est nécessaire de combiner la campagne écosocialiste avec l’activisme, la propagande et l’organisation révolutionnaires sur un front plus large, en reconnaissant que la révolution nécessitera la mobilisation massive des classes laborieuses sur de nombreuses questions et leur unification face aux nombreuses stratégies de division et de domination.

Par conséquent, trois questions réelles se posent :

  • Quelle est la probabilité que le changement climatique puisse être arrêté ou contenu par des réformes sur la base du capitalisme ?
  • Dans quelle mesure la possibilité d’une révolution socialiste est-elle « éloignée » ?
  • Y a-t-il des alternatives à ce choix binaire ?

Sur la première question, moi et d’autres écosocialistes (notamment John Bellamy Foster, Ian Angus, Michael Loewy, Martin Empson, Amy Leather, etc.) avons soutenu à maintes reprises et longuement que la possibilité de faire face au changement climatique sur une base capitaliste est extrêmement éloignée, que ce soit dans douze ans, vingt ans ou quarante ans [5].

Je ne vais pas répéter tous les arguments ici, mais simplement dire que le capitalisme est un système intrinsèquement et inexorablement poussé par l’accumulation compétitive de capital dans une course de collision avec la nature, et que les industries des combustibles fossiles – pétrole, gaz et charbon – jouent un rôle tellement central dans cette accumulation de capital qu’il n’y a aucune perspective réaliste que le capitalisme puisse mettre fin à sa dépendance à leur égard.

En ce qui concerne la deuxième question, j’admets que si l’avenir, disons les douze prochaines années, ressemble au passé immédiat, disons les cinquante dernières années, la possibilité d’une révolution socialiste internationale semble en effet très lointaine. Mais le fait même du changement climatique garantit que la prochaine décennie ne ressemblera PAS au passé. Au contraire, les conditions provoquées par le réchauffement climatique – chaleur de plus en plus insupportable, sécheresses, incendies, tempêtes, inondations, etc. – vont transformer le niveau de conscience de la masse des gens quant à la nécessité de mettre fin au capitalisme et à la possibilité d’une révolution.

Le fait que l’aggravation de la crise climatique s’accompagne d’une crise environnementale plus large (sous une multitude de formes), d’une crise économique plus profonde et récurrente (comme on le voit actuellement) et d’une tension géopolitique et militaire internationale accrue (par exemple avec la Chine et la Russie) ne fera qu’aggraver la situation.

Le fait établi au début de cet article que les « douze ans » ne sont pas et ne peuvent pas être une échéance exacte ou définitive est très important. Si, comme je le pense, il est très probable que le capitalisme soit incapable de maintenir le réchauffement à 1,5 °C, cela ne signifiera pas, comme le suggère Alan Thornett, que les jeux sont faits et que la lutte est terminée, mais que toutes les conditions et les catastrophes décrites ci-dessus vont s’intensifier et, ce faisant, augmenter la probabilité d’une révolte et d’une révolution de masse.

Beaucoup de gens trouvent possible d’imaginer une révolution dans un pays mais trouvent peu plausible l’idée d’une révolution internationale ou mondiale. Si l’on entend par révolution internationale une rébellion simultanée et coordonnée au niveau mondial, c’est en effet extrêmement improbable, mais ce n’est jamais le scénario envisagé par les partisans de la révolution internationale. C’est plutôt qu’à partir d’un pays – le Brésil ou l’Égypte, l’Irlande ou l’Italie – la révolution pourrait s’étendre à d’autres pays dans une longue mais continue série de luttes. C’est une perspective qui est en fait renforcée par l’expérience des récentes vagues de lutte.

Tout d’abord, il y a eu le printemps arabe en 2011 qui a vu une réaction en chaîne de soulèvements de la Tunisie à l’Égypte, la Libye, le Bahreïn et la Syrie avant d’inspirer également des révoltes moins importantes mais toujours significatives avec les Indignados en Espagne et Occupy aux États-Unis. Puis il y a eu la vague de rébellions de masse à travers le monde en 2019 – les gilets jaunes français, le Soudan, Haïti, Hong Kong, l’Algérie, Porto Rico, le Chili, l’Équateur, l’Irak, le Liban, etc. [6] Sans oublier la propagation mondiale des grèves des élèves et, cette année, même au milieu de Covid, de Black Lives Matter.

Cela montre clairement que dans le monde globalisé d’aujourd’hui, les révoltes peuvent se propager à l’échelle internationale avec une portée et une rapidité étonnantes. L’impact international d’une révolution socialiste dans n’importe quel pays serait immense. Il sera d’autant plus important si la révolution comporte un fort élément contre le changement climatique, une forte dimension écologique comme facteurs d’une révolution – comme ce sera le cas – car quels que soient les débats sur le socialisme dans un pays par le passé, il sera parfaitement clair qu’aucune révolution en Afrique du Sud ou en France, en Indonésie ou au Chili ne pourra s’attaquer au changement climatique alors que les États-Unis, la Chine, la Russie et l’Inde continueront à faire comme si de rien n’était. Le changement climatique est un problème international sans précédent dans l’histoire.

En ce qui concerne la question des autres alternatives pour rendre le capitalisme durable ou son renversement révolutionnaire, il y en a deux qui s’affirment : 1° il y a la perspective/stratégie de transformer le capitalisme en socialisme en gagnant une élection parlementaire – ce que l’on pourrait appeler la stratégie Corbyn ; 2° il y a l’« alternative » du barbarisme fasciste/autoritaire. La première est malheureusement illusoire ; la seconde, encore plus malheureusement, n’est que trop réelle.

Ce que j’ai appelé la stratégie Corbyn (dans sa version la plus récente) est en fait très ancien, puisqu’elle remonte au moins à Karl Kautsky et au Parti social-démocrate allemand avant la Première Guerre mondiale. Elle a fait l’objet de nombreux tests pratiques aux conséquences désastreuses, que ce soit en Allemagne même, en Italie pendant les années rouges, au Chili en 1970-73, ou avec Syriza en Grèce ou encore avec Corbyn (sauf qu’il n’a pas réussi à remporter la victoire nécessaire aux élections générales).

En apparence, cette stratégie semble énormément plus pratique et plausible que la révolution, mais en réalité, elle est fondamentalement viciée. La classe dirigeante capitaliste existante ne quittera pas, ni dans un pays ni au niveau international, la scène, c’est-à-dire qu’elle ne renoncera pas à son pouvoir, en raison d’une victoire électorale socialiste. Au contraire, elle déploiera toute sa puissance économique (par des grèves d’investissement, la fuite des capitaux, des attaques monétaires spéculatives, etc.), son hégémonie sociale et idéologique, notamment par le biais des médias et, surtout, son contrôle de l’État pour mettre au pas le gouvernement potentiel socialiste ou, si nécessaire, pour le détruire [7]. Ce sabotage ne pourra être empêché et surmonté que par la mobilisation révolutionnaire des classes laborieuses.

C’est pourquoi cette option, malgré toutes ses intentions progressistes, est une illusion ; soit elle deviendra la révolution qui a été conçue pour devant être inutile, soit elle s’évanouira dans la nature.

En ce qui concerne l’option fasciste/autoritaire, nous savons par une expérience amère, celle de l’Italie, de l’Allemagne, de l’Espagne, du Portugal, du Chili et d’ailleurs, qu’il s’agit d’une possibilité réelle, à bien des égards le revers de la médaille de l’échec de l’option réformiste. Et alors que nous observons aujourd’hui dans le monde entier le système capitaliste piégé dans une crise multidimensionnelle, nous pouvons voir une polarisation politique croissante et les forces de l’extrême droite se rassembler dans de nombreux pays différents. Il est sinistre de constater que trois grands pays (les États-Unis, le Brésil et l’Inde) sont sous le contrôle de l’extrême droite, voire totalement fascistes, et qu’un nombre important d’autres sont dirigés par des régimes très autoritaires.

À mesure que la crise climatique s’aggrave et que le nombre de réfugié·e·s climatiques augmente, l’option autoritaire/fasciste semblera de plus en plus attrayante pour les classes dirigeantes paniquées et pour certains de leurs partisans de la classe moyenne. À long terme, le fascisme ne stoppera pas le réchauffement climatique, mais cet échec pourrait se situer de l’autre côté d’un océan de barbarie.

Pour revenir à la question de savoir s’il est temps de changer de système, personne ne peut prédire l’avenir avec précision [8], mais le scénario le plus probable est que l’accélération de la crise climatique et environnementale va intensifier la lutte des classes et la polarisation politique à tous les niveaux.

Ce processus s’intensifiera à mesure que le monde se rapprochera du seuil de 1,5ºC et se poursuivra après l’avoir franchi. Le mouvement devra s’intéresser non seulement à la manière dont nous évitons ou arrêtons le changement climatique, mais aussi à la manière dont nous traitons ses effets dévastateurs : avec barbarie ou solidarité ?

Le capitalisme, sous toutes ses formes, se tournera de plus en plus vers la barbarie ; seul le changement de système, le remplacement du capitalisme par le socialisme, permettra une réponse basée sur la classe ouvrière et la solidarité humaine. (Article publié sur le site Climate & Capitalism, le 25 août 2020 ; traduction rédaction A l’Encontre)

John Molyneux est rédacteur en chef de l’Irish Marxist Review et membre du comité directeur du Global Ecosocialist Network (GEN). Une version légèrement différente de cet article a été publiée pour la première fois sur le site web du GEN.


Notes

[1] https://www.ipcc.ch/sr15/chapter/spm/

[2] Voir John Molyneux, “How fast is the climate changing ?« Climate & Capitalism, August 2, 2019.

[3] Alan Thornett, Facing the Apocalypse : Arguments for Ecosocialism, (Resistance Books, London. 2019), 95

[4] L’exemple le plus évident est la révolution russe qui est née des revendications de Pain, Terre et Paix, mais il en va de même pour pratiquement toutes les révolutions de masse.

[5] Voir par exemple John Molyneux, “Apocalypse Now ! Climate change, capitalism and revolution’, Irish Marxist Review 25, 2019. http://www.irishmarxistreview.net/index.php/imr/article/view/341/331 and Martin Empson ed. System Change not Climate Change, (Bookmarks, London, 2019).

[6] John Molyneux, “A New Wave of Global Revolt ?« Rebel, November 6, 2019.

[7] J’ai argumenté de manière approfondie sur ce point dans “Understanding Left Reformism,” Irish Marxist Review 6, 2013 ; and in Lenin for Today, (Bookmarks, London, 2017), Chapter 3.

[8] « En réalité, on ne peut prévoir “scientifiquement” que la lutte, mais pas les moments concrets de la lutte. Antonio Gramsci, Selections from the Prison Notebooks, (Lawrence & Wishart, London 1971), 438.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Écosocialisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...