Édition du 20 octobre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique latine

La mort d’Hugo Chavez

Hugo Chavez est mort, et si on a le coeur à gauche ou si on partage les idéaux d’émancipation ou de justice sociale qui ont été les siens, on ne pourra qu’apprendre cette nouvelle avec tristesse.

Après tout il n’y a pas beaucoup de chefs d’État en Amérique latine ou ailleurs qui ont été capables, avec autant d’acharnement et de passion, de s’attaquer aux si inégales conditions sociales et économiques qui encore en 1998 faisaient qu’au Venezuela, 49% de la population vivaient sous le seuil de pauvreté, et 21% en état d’extrême pauvreté. En 2012 : après 14 ans de révolution bolivarienne, ces taux ont été ramenés respectivement à 27 et 7%. Ce n’est pas rien, surtout en cette ère néolibérale où presque partout ailleurs, on ne parle que de privatisations, de libéralisation des échanges et partant d’accroissement des inégalités, de coupures dans les programmes sociaux ou de dégradation des conditions de vie. Il faut le dire : il y avait quelque chose de l’exploit à opter pour le chemin inverse : celui de renforcer l’État, ou de redistribuer la rente pétrolière vers les secteurs populaires depuis toujours marginalisés, en leur redonnant au passage dignité, ou encore de s’opposer d’arrache-pied aux si nombreuses intromissions étasuniennes.

On comprendra donc que sa disparition secouera toute l’Amérique latine et inquiétera ces pays qui –comme Cuba, La Bolivie et l’Équateur—avaient chacun à leur manière des liens privilégiés avec le Venezuela bolivarien, profitant sans doute des échanges pétroliers effectués avec lui, mais aussi et surtout de cette volonté politique commune de faire entendre la voix d’une Amérique latine unie, capable d’échapper enfin à la tutelle impériale des USA et de s’orienter pas à pas vers un autre mode de développement “sud/sud, moins soumis aux logiques perverses de la dépendance et de l’échange inégal.

Sans doute, il y a aussi des côtés moins lumineux dans cette expérience de transformation sociale absolument inédite, et Hugo Chavez n’y est pas totalement étranger. Mais on ne peut les juger en toute justice sans tenir compte du lourd héritage qu’il a dû assumer : celui d’un pays où le pétrole est autant un cadeau qu’une malédiction ; celui d’une société longtemps désarticulée et dans laquelle n’existait pas de tradition de mouvements sociaux forts et indépendants. Et sans doute certains ne manqueront pas de stigmatiser le caractère personnaliste de sa gouvernance (son “hyperleadership” !) ou les dimensions erratiques ou inachevées de bien des réformes qu’il a parrainées. Mais ces critiques, à bien y regarder, sont d’abord du ressort de ceux qui comme lui ont aspiré –loin du capitalisme néolibéral— à “un autre monde possible”, et continuent à lutter pour qu’il devienne réalité à travers plus de justice, de liberté et de dignité pour les peuples. C’est à eux que revient la tâche d’en faire le bilan intransigeant et d’aller plus loin ! Quant à lui, rendons-lui pour l’instant ce qui lui revient : cette farouche volonté d’avoir –au milieu de tant d’adversités—initié puis rendu possible un tel espoir.


Pierre Mouterde

Sociologue essayiste

Dernier ouvrage : Hugo Chavez et la révolution bolivarienne, Promesses et défis d’un processus de changements social, Montréal, M éditeur, 2012

Pierre Mouterde

Sociologue, philosophe et essayiste, Pierre Mouterde est spécialiste des mouvements sociaux en Amérique latine et des enjeux relatifs à la démocratie et aux droits humains. Il est l’auteur de nombreux livres dont, aux Éditions Écosociété, Quand l’utopie ne désarme pas (2002), Repenser l’action politique de gauche (2005) et Pour une philosophie de l’action et de l’émancipation (2009).

Sur le même thème : Amérique latine

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...