Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

La route de perdition de l’OTAN avec l’Ukraine

L’alliance militaire de l’OTAN dirigée par les États-Unis se rapproche de plus en plus de l’acceptation de l’Ukraine en tant que nouveau membre. C’est une étape incroyablement incendiaire vers la guerre qui pourrait dégénérer en une conflagration nucléaire.

le 12 février 2021 |
https://www.strategic-culture.org/news/2021/02/12/nato-road-to-perdition-with-ukraine/

Malgré les avertissements répétés et de longue date de la Russie, l’alliance militaire de l’OTAN dirigée par les États-Unis a indiqué qu’elle se rapprochait de plus en plus de l’acceptation de l’Ukraine comme nouveau membre. C’est une étape incroyablement incendiaire vers la guerre qui pourrait dégénérer en une conflagration nucléaire. Et, de manière risquée, cette initiative imprudente est menée par une alliance qui prétend viser à maintenir la paix et la sécurité.

Cette semaine, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a accueilli le Premier ministre ukrainien, Denys Shymhal, au siège de l’organisation à Bruxelles. Lors d’une conférence de presse conjointe, les deux hommes se sont montrés optimistes quant à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Stoltenberg a admis que l’ancienne République soviétique était en vue d’adhérer à l’alliance depuis 2008, une échelle de temps qui met en perspective le conflit plus récent au cours des sept dernières années. Il a également confirmé que les forces de l’OTAN avaient renforcé leur présence dans la mer Noire en coordination avec leurs homologues ukrainiens. Ces dernières semaines, trois navires de guerre américains se sont entraînés avec des navires de guerre ukrainiens afin de contrer ce que Stoltenberg qualifie d ’« agression russe ».

Officiellement, l’Ukraine est désignée par l’OTAN comme « Partenaire des opportunités accrues ». Ce qui nous oblige, ironiquement, à demander quel genre « d’opportunités » est envisagé ?

À toutes fins utiles, l’Ukraine est déjà pratiquement membre de l’OTAN. Il a participé à des opérations militaires conjointes outre-mer et, comme indiqué, il reçoit une aide militaire, une formation et un soutien logistique.

Mais si l’Ukraine devait être officiellement admise dans l’alliance de l’OTAN, cela ouvrirait une voie légalisée et inévitable vers la guerre. En vertu des règles de l’organisation, tout pays membre a le droit d’invoquer une clause de défense générale qui oblige les autres membres de l’OTAN à soutenir militairement. Étant donné que les autorités au pouvoir à Kiev affirment continuellement que la Russie est un agresseur - un point de vue partagé par l’OTAN -, alors le potentiel d’une guerre généralisée avec la Russie est un danger grand public si l’Ukraine rejoignait officiellement l’alliance.

Les dirigeants de l’OTAN sont sans aucun doute conscients de cette catastrophe potentielle et sont également bien conscients des profondes préoccupations de la Russie. Cela expliquerait leur retard prudent dans l’admission de l’Ukraine à l’alliance. L’Allemagne et la France en particulier seraient opposées à l’adhésion du pays à l’OTAN par crainte de provoquer la Russie.

Il est intéressant de spéculer sur les raisons pour lesquelles Stoltenberg - ancien Premier ministre norvégien et chef civil de l’OTAN - a semblé cette semaine donner un nouvel élan aux ambitions de l’Ukraine. Cela pourrait-il être lié au changement d’administration aux États-Unis ? Des hauts responsables de l’administration Biden ont déclaré publiquement lors des auditions du Sénat leur volonté d’accroître le soutien militaire au gouvernement de Kiev dans son conflit avec les séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine. Les envoyé.e.s américain.e.s et européen.ne.s au Conseil de sécurité de l’ONU ont réitéré cette semaine des accusations stridentes contre la Russie, affirmant que Moscou était responsable de la prolongation du conflit en Ukraine. L’envoyé russe Vassily Nebenzia a rétorqué que c’était le régime de Kiev et ses alliés occidentaux qui n’avaient pas mis en œuvre l’accord de paix de Minsk signé en 2015.

Mais il est certain que même les jingoistes de l’OTAN les plus pur.e.s et dur.e.s doivent se rendre compte qu’admettre l’Ukraine dans les rangs serait un pont trop dangereux. Il en va de même pour la Géorgie, autre ancienne république soviétique, qui est également dans la file d’attente pour rejoindre l’alliance militaire. Les deux pays sont déjà en conflit politique avec la Russie à cause de l’expansionnisme de l’OTAN, pas comme eux ou l’OTAN le voudraient, à cause de « l’agression russe ». L’OTAN a poussé la Géorgie dans une brève guerre avec la Russie en 2008 sur les territoires disputés d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie. Puis, en 2014, un coup d’État soutenu par l’OTAN à Kiev contre un président élu a conduit à la guerre de faible intensité en cours dans l’est de l’Ukraine. Ce coup d’État a également conduit la Crimée à voter lors d’un référendum pour faire sécession et rejoindre la Fédération de Russie, ce que l’Occident qualifie continuellement d ’« annexion ».

Des laquais professionnels et bien payés comme Jens Stoltenberg aiment faire croire que l’expansion de l’OTAN est un « succès » pour la démocratie et la primauté du droit. Depuis la fin de la guerre froide en 1991 après la disparition de l’Union soviétique, l’OTAN n’a pas fait ses valises et ne s’est pas dissoute. Au cours des 30 années qui ont suivi, il a doublé le nombre de ses membres, passant de 16 aux 30 nations constituantes actuelles. C’était en dépit des vœux antérieurs des dirigeants américains de ne pas permettre l’élargissement de l’OTAN au-delà des anciennes frontières de la guerre froide et du pacte de Varsovie. Les ajouts les plus récents incluent le Monténégro et la Macédoine du Nord. La Bosnie-Herzégovine est examinée dans le cadre des plans d’action pour l’adhésion, et l’Ukraine et la Géorgie probablement après cela.

L’expansion incessante de l’OTAN vers les frontières de la Russie, y compris le stationnement de systèmes de missiles, associée à une rhétorique provocante et sans fondement accusant Moscou d’agression, constitue manifestement une menace existentielle pour la sécurité russe. Pourtant, les apologistes de l’OTAN parlent allègrement et à la mode orwellienne de la promotion de la sécurité, de la défense et de l’état de droit.

N’oublions pas que la Russie a failli être anéantie - de mémoire d’homme - suite à l’agression militaire de l’Allemagne nazie et de ses satellites d’Europe de l’Est, lorsque jusqu’à 27 millions de Soviétiques ont été tués pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-45).

Les prétendues règles de l’OTAN interdisent à l’organisation d’admettre des pays impliqués dans des différends frontaliers ou des conflits internes. Cela devrait clairement interdire l’Ukraine et la Géorgie. Pourtant, l’OTAN dirigée par les États-Unis ferme les yeux sur ses propres règles, déformant ses interventions dans ces pays en tant qu’actions de défense contre « l’agression russe ».

Ce serait ridicule si ce n’était pas si grave. L’OTAN « justifie » l’expansion en Ukraine et en Géorgie « parce que » la Russie a des forces dans la mer Noire et la mer de Barents. Ces régions font partie intégrante du territoire souverain de la Russie. C’est alors que les États-Unis à une distance de plus de 6000 kilomètres stationnent pour la première fois des bombardiers stratégiques B-1 dans la région de Barents et envoient de plus en plus de navires de guerre vers la mer Noire en violation des traités maritimes. Et ensuite ? La Russie est-elle accusée d’occuper Moscou ?

Les précédents et le schéma historique montrent que la patte de chat impériale américaine connue officiellement sous le nom d’organisation du Traité de l’Atlantique Nord est incapable de raisonner et de dialoguer intelligemment. C’est une machine destinée à la confrontation. La Russie devra donc peut-être envisager d’utiliser une autre forme de langage pour exprimer ses préoccupations de sécurité tout à fait légitimes.

Car la trajectoire actuelle est un chemin vers la perdition.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...