Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres et revues

La violence inaugurale et continue du néo-libéralisme

À propos de la revue Contretemps

De ce riche numéro, je ne souligne que certains textes de deux des dossiers.

En premier lieu, le « Retour sur la grande grève des mineurs britanniques ».

Dans l’introduction, « Héritages de la grande grève des mineurs britanniques. Des « petits Moscou » à « Londongrad », publiée avec l’aimable autorisation de la revue ContreTemps, heritages-de-la-grande-greve-des-mineurs-britanniques-des-petits-moscou-a-londongrad/, l’accent est mis sur l’importance de cette grève et de sa répression, sur un « moment inaugural » du néo-libéralisme (après le coup d’Etat au Chili et les politiques déployées par les Chicago-boys). Les auteurs ajoutent : « Revenir sur cette grève, c’est donc d’abord, peut-être, retrouver la logique politique et nettement policière et militarisée de cet étatisme centralisateur parlant la langue de la phobie de l’État ; pour que les diffusions apparemment anonymes, productrices des nouveaux sujets « néolibéraux », se répandent et forment ce que l’on juge parfois comme une sorte d’humeur sans visage de notre condition historique depuis une génération au moins, il a fallu en passer par la matraque, l’emprisonnement, les cordons policiers, la police montée, les fausses déclarations de police, les comparutions expéditives, les prestidigitations médiatiques et les diffamations les plus inventives, puis par l’effacement des traces. »

Thierry Labica revient sur les grandes grèves de mineurs au 20ème siècle en Grande-Bretagne, la centralité politique acquise par le monde de la mine et le National Union of Mine Workers (NUM). Il parle aussi de la question industrielle-manufacturière, de l’industrie charbonnière et de sa place aujourd’hui dans le monde, « cette économie repose sur un mixe énergétique qui continue de faire une place considérable au vieux charbon », d’Andrey Melnichenko…

Je souligne ses développements sur le néolibéralisme, ses conséquences, les transformations qu’il induit, au delà de la sphères économique, « une reconfiguration générale du sujet dans ses affects, entrepreneur de lui-même et artisan de ses propres évaluations concurrentielles », sans oublier, ce qui est très souvent sous-estimé, sa « violence inaugurale »…

Le dossier illustre bien la place politique des mineurs, de cette lutte et de cette défaite. Reste que la manière dont cette grève a été menée, le mode d’organisation des mineurs, la faiblesse du soutien des autres organisations syndicales sur le continent, mériterait aussi un retour en arrière, sans oublier les dimensions socio-écologiques peu présentes durant ces années….

Les Cahiers de l’Emancipation proposent de revenir sur le processus bolivarien.

Lire le texte d’introduction « Le processus bolivarien en crise. Dynamiques et perspectives » publié avec l’aimable autorisation de la revue ContreTemps, le-processus-bolivarien-en-crise-dynamiques-et-perspectives/

Je retiens deux éléments : la faible évolution des relations de travail et des rapports sociaux de production, la vision campiste du gouvernement. A juste titre, les auteurs concluent sur les processus d’émancipation et « les débats autour de l’auto-organisation populaire, de la démocratie autogestionnaire et de la mise en place d’un modèle de développement alternatif sont indispensables à tout changement social durable, à la périphérie comme au centre du système-monde capitaliste ».

Patrick Guillaudat et Pierre Mouterde resituent le contexte socio-économique, les particularités du Venezuela, les impacts des politiques menées en urgence sociale (1999-2002), le formidable élan des missions (2003-2007) en particulier le système de soins de santé communautaire, les mobilisations populaires, « les résultats sont réellement spectaculaires, particulièrement en terme de santé et d’éducation ». Ils montrent les blocages dans la troisième phase (2007-2014), le refus « d’élargir les espaces démocratiques de la mobilisation populaire », la domination du secteur privé inentamée (66% du PIB), l’inflation et les pénuries, tout en soulignant la véritable amélioration des conditions de vie (dont la retraite) mais aussi sa fragilité…

Les autres textes traitent de la rente pétrolière et de l’extractivisme, de l’étatisme, de la corruption, du manichéisme gouvernemental ami/ennemi, des conseils communaux, de l’élargissement de la participation, du PSUV, des systèmes d’allégeance ou de clientélisme, des expériences de contrôle ouvrier et d’autogestion, des médias et de l’expérience d’Aporrea, du campisme et des positions sur les révolutions arabes…

Au final un riche dossier loin des imageries dénigrantes des médias ou sur-valorisantes des soutiens a-critiques.

Parmi les autres articles, je signale :

L’entretien avec Michel Warschawski

L’entretien avec Carmen Castillo

Les articles de Gilles Bounoure

Didier Epsztajn

Sur le même thème : Livres et revues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...