Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Garderies

Le Syndicat des travailleuses des CPE de Montréal et Laval (STCPEML-CSN) se dote d'un mandat de grève

MONTRÉAL, le 15 avril 2022 - Réunis en assemblée générale mercredi soir dernier, les membres du STCPEML, syndicat affilié à la CSN représentant les travailleuses de 60 CPE à Montréal et à Laval, dont l’employeur est représenté par l’APNCPE, ont adopté, avec une forte majorité, un mandat de 10 jours de grève pouvant être exercé au moment jugé opportun. Alors que plusieurs de leurs collègues du reste du Québec ont convenu d’ententes de principe, les travailleuses de la région de Montréal et de Laval espèrent ainsi augmenter la pression sur l’APNCPE, seule association patronale qui refuse encore d’appliquer dans son intégralité l’entente nationale intervenue entre le gouvernement du Québec et la majorité des associations patronales en décembre 2021.

Des reculs

Le syndicat avait proposé le retrait de l’ensemble de ses demandes et le statu quo si l’association patronale acceptait l’entente nationale. Malgré cela, l’APNCPE revient avec des reculs majeurs sur des dispositions de la convention actuelle. « Ils veulent modifier la semaine normale de travail, ce qui précarise les conditions de travail. Ils veulent aussi retirer notre participation au rôle de l’équipe, au choix des horaires, des groupes et aux comités de sélection et de permanence. Ces éléments sont au cœur de l’organisation du travail paritaire pour laquelle les travailleuses des CPE se battent depuis 20 ans, affirme Anne-Joelle Galipeau, la présidente par intérim. Pour nous, ce sont des reculs inacceptables. »

Le CPE expliqué

Le STCPEML rappelle qu’un CPE, géré par un directeur ou une directrice, est gouverné par un conseil d’administration formé principalement de parents. Moyennant une cotisation prélevée à même les subventions du ministère, un CPE peut adhérer à une association patronale, telle que l’APNCPE, pour que celle-ci négocie la convention collective en son nom. Or, lors des dernières négociations en décembre 2021 avec le ministère de la Famille et le Conseil du trésor, l’APNCPE a refusé de s’asseoir à la table de négociation nationale, provoquant ainsi le blocage actuel. Afin de dénouer l’impasse, le syndicat en appelle aux parents afin que ces derniers interpellent le conseil d’administration de leur établissement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Garderies

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...