Édition du 19 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Premières Nations

Le gouvernement Legault place ses propres intérêts au-dessus de ceux des enfants des Premières Nations : C'est une honte

WENDAKE, QC, le 19 déc. 2019 - Au détriment des enfants des Premières Nations, le gouvernement de François Legault préfère soulever une guerre de juridiction plutôt que d’appuyer les gouvernements des Premières Nations qui veulent mettre fin à un régime de protection de la jeunesse déficient depuis des décennies.

Au nom de sa juridiction qu’il prétend exclusive, le gouvernement Legault conteste devant les tribunaux une loi fédérale qui confirme aux Premières Nations leur autorité et leur compétence en matière de services aux enfants et à leurs familles.

« Je suis extrêmement déçu, mais non surpris, de la décision que je qualifie de honteuse du gouvernement Legault », affirme Ghislain Picard.

« Défendre sa prétendue juridiction est une chose, mais le faire sur le dos de nos enfants en est une autre. C’est totalement inacceptable. Le gouvernement Legault sait très bien que le système actuel de protection de la jeunesse ne fonctionne pas pour les enfants des Premières Nations. Sa propre Commission Viens le lui a clairement rappelé récemment. Rien n’y fait, le complexe de supériorité provincial persiste et risque de compromettre sévèrement les services à nos enfants et à nos familles, ainsi que la relation entre la province et les Premières Nations. Cet orgueil, ce sentiment de supériorité de la province envers les Premières Nations porte un nom : le colonialisme. C’est vraiment une honte », conclut Ghislain Picard.

L’APNQL rejette les arguments du Québec en lien avec la protection de la jeunesse. Il s’agit plutôt ici de la même étroitesse d’esprit manifesté dans un autre dossier, lorsque la procureure générale du Québec affirme devant les tribunaux que « le gouvernement du Québec ne reconnaît pas le droit général à l’autonomie des Premières Nations ». Cette fois, cependant, ce sont les enfants des Premières Nations qui risquent d’en payer le prix...

« Les Premières Nations au Québec continueront d’exercer leurs droits inhérents ainsi que leur juridiction et leur autonomie dans les domaines qui les concernent, incluant la protection de la jeunesse ! Le système provincial nous a échoués à plusieurs reprises et, maintenant plus que jamais, nos institutions des Premières Nations ont besoin de mettre en œuvre un système qui prendra soin de NOS enfants et de nos familles dans un environnement culturellement sécuritaire, peu importe leur lieu de résidence. Nos droits constitutionnels doivent être respectés et le rôle des deux gouvernements est de nous appuyer dans l’atteinte de notre Vision », mentionne Derek B. Montour, président de la Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Premières Nations

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...