Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

« Le violeur, c’est toi »

La chanson de protestation des femmes chiliennes qui refroidit le monde.

« C’est un fémicide, l’impunité pour mon assassin. C’est la disparition. C’est un viol. Et ce n’était pas de ma faute, où j’étais ou ce que je portais. Le violeur, c’est toi »

« L’appel » est passé par les réseaux sociaux : le collectif féministe chilien Lastesis a appelé toutes les femmes à participer à une intervention qui se tenait lundi 25 novembre à Santiago du Chili, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, qui a également été marquée au Portugal par diverses initiatives. Le code vestimentaire était essentiel : les femmes portaient des tenues de soirée scintillantes ou transparentes et un bandeau noir.

Mais le plus important étaient les paroles et la chorégraphie. « Un Violador en tu Camino » (Un violeur sur ton chemin). Il a même fourni une vidéo d’une action précédente afin que toutes les personnes intéressées puissent apprendre la mélodie. « Pour celles qui veulent nous accompagner mais ne pas intervenir, nous vous invitons à participer à un « cercle de confinement / champ de force autour de », écrit le groupe dans un post sur sa page Instagram.

Comme les affiches, les cris et les mots ne suffisent pas, les filles de Latesis ont décidé d’utiliser la musique pour faire passer leur message. Disséminées en groupes sur divers points stratégiques de Santiago du Chili (devant la Cour de justice, sur le campus de l’Université Mayor ou dans le centre-ville), des centaines de femmes ont protesté contre les féminicides et ont réclamé une action plus ferme de la part du gouvernement. Et si l’objectif était d’être entendu par la population et les dirigeants du Chili, il était largement dépassé.

Les vidéos filmées par les téléspectateurs des différentes performances ont depuis été partagées sur les réseaux sociaux et plusieurs d’entre elles ont été vues plus de 10 000 fois, parmi lesquelles celles réalisées par Colectivo Registro Callejero.

Le succès de la chanson était tel que les activistes (qui sont « reconnaissantes » du message envoyé à tant de gens) ont déjà annoncé une nouvelle date pour une intervention similaire, cette fois dans le monde entier. Latesis encourage toutes les femmes dans la rue le 29 novembre afin que le message « soit entendu par tous et dans tous les territoires ».

Selon le réseau chilien contre la violence à l’égard des femmes, en 2019, il y a eu 58 féminicides dans le pays, indique le journal espagnol Público. Depuis le début des manifestations contre les inégalités sociales, de plus en plus de violences contre les femmes ont eu lieu lors de manifestations au Chili. Le même journal indique que l’Institut national des droits de l’homme a déposé 79 plaintes pour violences sexuelles.

La hausse du prix du métro a été l’étincelle qui a déclenché les manifestations d’octobre, mais après l’envoi de l’armée dans la rue, plus d’un million de personnes sont sorties dans la rue. Le concours a même conduit le pays à annuler le sommet sur le climat de la COP25.

Le gouvernement a tenté d’apaiser les tensions sociales qui plongent le pays dans une crise institutionnelle. Depuis le début des manifestations, 22 personnes sont décédées et plus de 2 000 ont été blessées, mais la méfiance de la population à l’égard des institutions est vive.

Sofia Neves 27 novembre 2019

https://www.publico.pt/

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...