Édition du 15 octobre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Economie québécoise

Mouvement Desjardins : une coopérative qui ressemble de plus en plus à une banque (IRIS)

MONTRÉAL, le 5 juin 2019 - Les caisses populaires Desjardins sont-elles en voie de devenir des banques comme les autres ? Dans une note socioéconomique publiée aujourd’hui, l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) démontre que les principes coopératifs à la base de cette institution s’érodent de plus en plus. « Il faudra bientôt cesser de prétendre que Desjardins est autre chose qu’une banque, se désole Julia Posca, chercheure à l’IRIS. Sa mission est peu à peu passée de caisse d’épargne destinée à améliorer la situation financière de la population à une institution qui cherche à maximiser ses rendements, au détriment des services aux membres. »

Au fil des ans, Desjardins est devenue un véritable complexe financier, qui possède des filiales dans tous les domaines financiers. Cette expansion s’est accompagnée d’une embauche massive d’experts en tous genres. L’influence des administrateurs et administratrices bénévoles s’est ainsi réduite comme peau de chagrin, au plus grand profit de technocrates salariés et, surtout, autonomes dans leurs décisions, contrevenant ainsi aux valeurs démocratiques de la coopérative.

Autre mutation de taille : Desjardins encourage désormais l’endettement plutôt que l’épargne, en contravention totale avec ce que prévoyait sa mission d’origine. Résultat : en 1961, les prêts à la consommation ne représentaient que 8,8 % de l’actif total des caisses. Aujourd’hui, les prêts hypothécaires et les prêts à la consommation représentent en moyenne 50 % de l’actif total du Mouvement. Madame Posca explique que « dans ses rapports annuels publiés depuis 2011, le Mouvement se targue même d’être un chef de file en la matière. Autrefois considéré comme étant la condition sine qua non de l’indépendance économique, l’encouragement à l’épargne est sciemment négligé au profit d’un soutien à la consommation de masse et à l’endettement individuel. »

Par ailleurs, afin de répondre aux exigences de ses investisseurs, le Mouvement cherche constamment à réduire ses coûts de fonctionnement, notamment par la fermeture ou la fusion des caisses qui ont un faible potentiel de croissance. « Les premiers à souffrir de ces méthodes de rationalisation sont les milieux ruraux. De 1990 à 2018, le nombre de caisses est passé de 1350 à 238. Les ristournes ont suivi le même mouvement à la baisse. Après avoir songé à les abolir, Desjardins veut maintenant les moduler selon le nombre et le type de produits financiers détenus. Pendant ce temps, la rémunération du PDG du Mouvement a atteint 3 M$ en 2018, montant qui a triplé depuis 2002. Pas de doute, la bancarisation de Desjardins est en cours » conclut l’auteure de la note.

Pour lire la note : https://iris-recherche.qc.ca/publications/Desjardins.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Economie québécoise

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...