Édition du 18 juin 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres

Nouveautés du 1er trimestre 2016 chez M. Éditeur

Fernand Daoust : 2. Bâtisseur de la FTQ, 1964-1993

André Leclerc avec la contribution de Marc Comby

Fernand Daoust a été à la direction de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) pendant vingt-quatre ans, d’abord comme secrétaire général, de 1969 à 1991, puis comme président, jusqu’en 1993. C’est pendant ces années que, de fédération syndicale provinciale au mandat plutôt limité, la FTQ est devenue une grande centrale, dont l’influence a été déterminante dans la construction du Québec moderne. Dans cette deuxième partie de sa biographie, il s’affirme comme l’un des chefs de file du courant nationaliste et progressiste à la FTQ.

Parution : février 2016
Prix : 29,95 $ | PDF 22,99 $



La dérégulation universitaire : La construction étatisée des marchés des études supérieures dans le monde

Sous la direction de Christophe Charle et Charles Soulié

On assiste à l’asphyxie budgétaire des universités pour cause de réduction des déficits publics et de constitution de « pôles d’excellence » en recherche.
Marchandisation, recul de l’autonomie académique, mise en concurrence, explosion de la précarité..., la plupart des systèmes d’enseignement supérieur nationaux semblent pris dans une dynamique tendant à faire du savoir une marchandise, de la recherche une force productive, des étudiants des clients et de l’Université une entreprise.

Parution : mars 2016
Coédition avec Syllepse (Paris)
Parution : mars 2015


La guerre culturelle des conservateurs québécois

Sous la direction de Francis Dupuis-Déri et Marc-André Éthier

Le conservatisme est désormais un courant extrêmement influent, sinon dominant dans les milieux culturel et intellectuel québécois. Il est composé, entre autres, de personnalités média­tiques cumulant les tribunes et de sommités universitaires jouant officiellement ou officieusement le rôle de conseiller politique.

Depuis vingt ans, on a assisté aussi bien dans les universités que dans les médias au renforcement si ce n’est à la domination du courant conservateur qui a lancé une véritable guerre contre la gauche et plusieurs mouvements sociaux qui se réclament de ses valeurs.

Ce boy’s club dénonce les progressistes coupables des terribles maux qui affecteraient notre société, en particulier l’affaiblissement de l’État, de la Nation et même, pour plusieurs, de la Famille.

Parution : mars 2016
Prix : 24,95 $ | PDF : 18,99 $


Propos sur l’éducation
Essais, portraits, chroniques, aveux, convictions, espérances...


Normand Baillargeon

La philosophie de l’éducation occupe une place trop restreinte dans les départements de l’éducation et de la formation des maîtres.
La pensée critique doit être au cœur du projet éducatif.
Les résultats de la recherche scientifique mettent à mal non seulement les « légendes pédagogiques », mais aussi toute réforme de l’éducation qui n’est pas fondées sur ses résultats probants.

Pendant plus d’un quart de siècle, l’essayiste et philosophe de l’éducation, Normand Baillargeon, a été professeur en sciences de l’éducation à l’UQAM. Dans ce livre, il défend, entre autres, les convictions suivantes : 1° la recherche solide et pertinente doit sérieusement être examinée ; 2° la formation des maîtres est l’une des clés de toute réussite en éducation. La nôtre est souvent pathétique ; 3° toute réforme à grande échelle devrait non seulement être fondée sur des données probantes, mais aussi être testée à petite échelle avant d’être implantée.

Parution : avril 2016
Prix : 24,95 $ ; 24 € | PDF 18,99 $


L’âge économique

Claude Vaillancourt

L’économie occupe une place démesurée dans les sociétés d’aujourd’hui. Tout ce qui existe est jaugé à l’aune des chiffres, de la rentabilité, de la rationalité économique. Valeur désormais suprême, le commerce intègre des domaines qui auparavant lui échappaient en grande partie : les arts, la vie intime, l’amitié, les émotions et les idées.

Plus l’État laisse au marché ses fonctions régaliennes, plus la redistribution de la richesse passe par des fondations privées dites charitables, ce qui donne d’importants avantages fiscaux, tout en favorisant une générosité narcissique.

De façon paradoxale, ce qui a causé la puissance de l’âge économique pourrait aussi provoquer sa perte. Le grand mal de notre époque est son incapacité de se reconnaître des limites : l’âge économique poursuit ses avancées comme une marche sans fin, sans tenir compte de la finitude de notre monde.

Parution : mai 2016
Prix : 19,95 $ | PDF 14,99 $

Sur le même thème : Livres

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...