Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Projet d'agrandissement du mégadépotoir de la multinationale américaine Waste Management à Sainte-Sophie

Le ministère de l’Environnement et la MRC de La Rivière-du-Nord veulent-ils imposer ce projet en excluant le droit de la population locale à être consultée ?

Saint-Jérôme, 20 juin 2020 — « La MRC de La Rivière-du-Nord ne peut continuer à se soustraire à ses responsabilités : elle doit demander sans délai au ministre Charette de décréter un moratoire temporaire sur l’agrandissement du lieu d’enfouissement technique (LET) de Sainte-Sophie » déclare Normand L. Beaudet, porte-parole de la Coalition Alerte à l’enfouissement Rivière-du-Nord (CAER).

La MRC de La Rivière-du-Nord a des responsabilités et obligations légales en regard de la gestion des matières résiduelles sur son territoire. En vertu de la Loi sur la qualité de l’environnement (art. 53.13 — LQE), elle doit consulter la population sur la révision de son Plan de gestion des matières résiduelles en cours. Elle a l’obligation de tenir compte des opinions et idées de sa population (art. 53.16 — LQE) sur l’enjeu majeur de l’importation de millions de tonnes de déchets supplémentaires à enfouir dans un milieu humide et un boisé abritant des espèces en péril pourtant protégées. Cela, sans compter le déferlement insoutenable de centaines, voire milliers de trajets de gros camions à travers les villes et routes menant à Sainte-Sophie.

Les élu.e.s de la MRC administrent des millions de dollars de taxes pour répondre aux besoins et intérêts de la population. « Il est inadmissible que nous, contribuables, ne soyons pas consultés sur des enjeux économiques aussi importants qui nous concernent », soutient Chantal C. Mougenot, co-porte-parole de la CAER.

D’autant que lors des séances du Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE), un universitaire cumulant 30 ans d’expérience terrain en gestion des matières résiduelles a fait des révélations troublantes à l’effet que chaque million de tonnes de déchets enfouis annuellement rapporterait à la multinationale texane Waste Management plus de 30 millions $ de profit.

En outre, les redevances du promoteur aux cinq municipalités pour l’enfouissement s’avèrent nuisibles à l’augmentation du recyclage et du compostage. « Il semble (...) que ces redevances soient plutôt versées dans l’espoir de faire miroiter aux instances municipales et aux citoyens un avantage à l’exploitation d’un LET sur leur territoire », comme le souligne le Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets, organisme de référence depuis près de 30 ans, dans son mémoire aux audiences du BAPE. Et à la Coalition Alerte à l’enfouissement Rivière-du-Nord, nous questionnons aussi l’effet de la redevance annuelle de 60 000 $ que reçoit la MRC pour financer son Plan de gestion des matières résiduelles sur son droit de limiter ou interdire l’importation de déchets.

Alors qu’il existe des solutions durables et au nom des citoyens et citoyennes qui les ont élus, les maires de la MRC de La Rivière-du-Nord doivent s’affranchir du lobby pernicieux du mégaenfouissement. Si le projet s’avérait, 40 millions de tonnes de déchets auront été enfouis en 2040 à Sainte-Sophie. Rien d’autre qu’une opération marchande, inéquitable, non écologique occultant un coûteux héritage toxique pour les prochaines générations. Ce projet est inadéquat dans le contexte d’une relance économique écologique et de l’urgence climatique.

La MRC de la Rivière-du-Nord doit s’oppser à l’adoption par le gouvernement d’un décret qui aurait pour effet d’entraver le droit démocratique de la population à être consultée dans le respect de la Loi sur la qualité de l’environnement.

PAS DE DÉCRET AVANT CONSULTATION PRÉALABLE DE LA POPULATION LOCALE !

Normand L. Beaudet et Chantal C. Mougenot, co-porte-paroles Coalition Alerte à l’enfouissement Rivière-du-Nord

Lucie Massé et Marcel Gosselin, co-porte-paroles Action Environnement Basses-Laurentides

Une action citoyenne pacifique et festive, qu’organise la Coalition Alerte à l’enfouissement Rivière-du-Nord, aura lieu lundi 22 juin 2020 de 11 h à midi devant le bureau de circonscription de madame Marguerite Blais, députée de Prévost (CAQ) dans laquelle se trouve le mégadépotoir de Waste Management. Nous remettrons alors à madame Blais, membre du Conseil des ministres du gouvernement du Québec, notre demande de moratoire temporaire sur l’émission d’un décret sur le projet d’agrandissement du lieu d’enfouissement technique de Sainte-Sophie.

L’objectif de ce moratoire temporaire est de préserver le droit démocratique de la population, inscrit dans la Loi sur la qualité de l’environnement, à être consultée sur le projet actuel. En 2040, 40 millions de tonnes de déchets accumulés sur le territoire de la MRC de La Rivière-du-Nord ! L’équivalent en volume de 22 stades olympiques remplis à ras bord ou en poids de 26 millions d’autos ! Plus de détails sur la page web de la Coalition :https://alerteenfouissement.wordpress.com/

Le bureau de circonscription est situé au 2894 boulevard Curé-Labelle (route 117) à Prévost.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...