Édition du 25 février 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Economie québécoise

Projet de cimenterie de Port-Daniel - Après étude et consultations, le syndicat Unifor émet de sérieuses réserves

MONTRÉAL, le 20 févr. 2014 - Le syndicat Unifor qui représente plus de 230 travailleuses et travailleurs de deux cimenteries au Québec, dont l’une est située à Joliette (Holcim) et l’autre à Kilmar - Grenville-sur-la-Rouge (Colacem), s’inquiète du projet d’implantation d’une nouvelle cimenterie à Port-Daniel, en Gaspésie.

Bien qu’Unifor ne soit pas contre l’idée d’un projet créateur d’emplois comme celui de la cimenterie dans une région aussi durement frappée par la crise de l’emploi, « nous avons de sérieuses objections sur la participation du gouvernement dans le projet si cela a pour effet de simplement délocaliser des emplois », a commenté Michel Ouimet, directeur québécois d’Unifor.

Il faut savoir que la production de ciment au Québec est déjà en surcapacité par rapport aux besoins du marché. À preuve, l’an dernier, des cimenteries ont dû réduire leurs activités étant incapables de vendre leur pleine production.

Par ailleurs, « on nous dit que la cimenterie de Port-Daniel vise les marchés de l’exportation et principalement celui du nord-est des États-Unis alors que traditionnellement, une partie de la production des quatre cimenteries québécoises approvisionne déjà ce territoire », a pour sa part précisé Joseph Gargiso, directeur adjoint d’Unifor.

Enfin, « les études que nous avons pu consulter indiquent que la demande dans le marché du nord-est de l’Amérique du Nord commencera à surpasser la capacité de production des usines actuelles qui desservent ce marché uniquement à partir de 2021 », a expliqué M. Gargiso.

« Sachant cela, on se demande où sera écoulée la production de Port-Daniel, alors qu’elle aura, selon le projet, une capacité équivalente à celle de deux des plus grandes cimenteries déjà en activité au Québec », s’inquiètent les dirigeants syndicaux.

Unifor estime que le gouvernement doit démontrer et garantir que sa participation et son soutien à la cimenterie de Port-Daniel ne causeront aucune délocalisation d’emploi, « à défaut, nous lui demandons de retirer sa participation dans le projet, soit les 100 millions de dollars d’Investissement-Québec et les 100 millions de dollars de la Caisse de dépôt », ont demandé les dirigeants syndicaux.

« Quant au prêt de 250 millions de dollars accordé à la cimenterie de Port-Daniel, nous demandons que le gouvernement rende disponible un montant équivalent pour les autres cimenteries du Québec qui voudraient réaliser des projets d’investissements afin d’améliorer leurs installations », ont conclu les dirigeants.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Sur le même thème : Economie québécoise

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...