Édition du 23 février 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

La révolution arabe en marche

Egypte

Qui est El Baradeï ?

(Mise à jour du 4 février)

Plusieurs millions d’Egyptiens ont manifesté ce mardi 1er février et le pays a été paralysé par une grève générale pour exiger le départ - immédiat - du dictateur Moubarak. Après de nombreuses scènes de fraternisation entre les soldats et les manifestants ces derniers jours, l’armée a reconnu la légitimité des protestations et s’est engagée à ne pas les réprimer.

Pendant ce temps, les pillages provoquent la création de comité d’autodéfense auto-organisés dans les quartiers. Tandis que Moubarak tente désespérement de s’accrocher au pouvoir par des manoeuvres de la dernière heure, en complicité avec l’impérialisme qui cherche fébrilement une issue permettant de garantir ses intérets et limiter les dégâts, dans le camp de l’opposition, la figure d’El Baradeï semble dominante.

Dans ce dossier, nous publions un article de Mostafa Omar, rédigé en juin 2010, expliquant qui est exactement El Baradeï et quel est son projet. Nous publions également un témoignage direct du Caire sur les comités d’autodéfense, et la déclaration d’une coalition des forces progressistes égyptiennes.

Qui est El Baradeï ?

Après 30 ans de lois d’exception oppressantes et des conditions de vies se détériorant pour la majorité des gens, des millions d’Égyptiens s’enthousiasment devant la décision de Mohamed El Baradeï de défier le régime.

El Baradeï a vécu 40 ans en dehors du pays. Il a d’abord travaillé comme diplomate au service des Affaires étrangères égyptiennes puis à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) des Nations unies. Il est rentré en Égypte cette année pour lancer un mouvement revendiquant des réformes constitutionnelles et la fin des lois d’exception. Le 12 mars, 2.000 personnes ont désobéi aux avertissements des forces de sécurité en allant l’accueillir.

Quatre partis d’opposition, de la gauche à la droite du spectre politique, y compris les influents Frères musulmans, ont rejoint El Baradeï pour former l’Association nationale pour le changement (ANC). L’ANC a pour but d’obtenir des changements démocratiques dans la constitution qui garantiraient des élections libres sous la supervision d’un pouvoir judiciaire indépendant.

Pour l’instant, El Baradeï a refusé de rejoindre un parti politique - une condition pour pouvoir être candidat à la présidentielle selon la constitution actuelle. Il a d’ailleurs déclaré qu’il ne participerait pas aux présidentielles et a appelé au boycott des élections législatives si la constitution n’est pas préalablement amendée afin de permettre aux candidats indépendants de se présenter.

Des dizaines de milliers de sympathisants ont déjà signé des pétitions pour demander qu’il lui soit permis de se présenter comme indépendant. Des milliers de personnes ont aussi rejoint des groupes Facebook le pressant à se déclarer candidat ou bien se sont inscrites pour suivre ses commentaires sur les événements quotidiens sur Twitter.

Beaucoup de gens partout dans le pays ont affirmé leur soutien à l’ANC, dont des juges renommés, des syndicalistes indépendants, des avocats, des acteurs, artistes, chanteurs et écrivains. Des sections de l’ANC naissent dans de nombreuses villes. El Baradeï a aussi commencé à se présenter à ses sympathisants dans des meetings publics massifs.

D’où vient El Baradeï ?

El Baradeï est né dans une famille de la classe moyenne du Caire en 1942. Son père était un avocat renommé qui s’est souvent affronté aux derniers présidents, Gamel Abdel Nasser et Anwar El Sadat.

Il a rapidement quitté l’Égypte pour obtenir une licence en droit en Suisse puis à l’Université de New-York aux États-Unis. Il a travaillé comme diplomate égyptien de 1964 à 1984 pour ensuite rejoindre l’AIEA. Il est devenu directeur de l’AIEA en 1997 et l’est resté jusqu’en 2009.

Tandis qu’il était en fonction à l’AIEA, il a eu généralement une attitude amicale envers les intérêts internationaux des puissances nucléaires, dont les États-Unis. Il a aidé les États-Unis à empêcher plusieurs pays qu’ils considéraient comme « voyous », comme l’Iran, à acquérir des capacités nucléaires militaires mais aussi civiles.

Cependant, en 2002 et 2003, il a changé de ton en étant critique envers les allégations des États-Unis comme quoi l’Irak de Sadam Hussein détiendrait des « armes de destruction massive ». Lors d’auditions des Nations unies, il a essayé de montrer que les « preuves » que présentaient les États-Unis et leurs alliés démontrant les capacités nucléaires et chimiques de l’Irak étaient fausses.

Ce rôle qu’il a joué contre le dessein de Bush de déclarer la guerre à l’Irak lui a valu la colère de l’administration états-unienne mais également l’admiration de dizaines de millions de personnes dans le monde, y compris dans son pays d’origine, l’Égypte.

En 2005, il a reçu avec l’AIEA le prix Nobel de la paix, en grande partie grâce à son opposition à la guerre en Irak. Ce qui a aussi amélioré son statut personnel international et en Égypte où Moubarak est généralement vu comme un pantin du gouvernement états-unien.

En 2009, il a refusé un quatrième mandat à l’AIEA et a annoncé qu’il rentrerait en Égypte pour devenir un « catalyseur de changement démocratique et constitutionnel ».

Une situation sociale explosive

L’enthousiasme ressenti par de nombreux Égyptiens pour le retour de El Baradeï et son défi face au régime de Moubarak est le résultat d’années de déceptions et de souffrances. La société égyptienne bout de colère depuis plus de 10 ans. Il y a 2 ans le pays a subi un des cas les plus graves de la crise alimentaire mondiale. Les gens devaient se battre entre eux ainsi que contre le gouvernement pour s’assurer un peu de pain.

30 ans de politique néolibérale ont laissé plus de 40% des 80 millions d’habitants de l’Égypte en dessous du seuil de pauvreté. Beaucoup de travailleurs survivent avec 60 dollars par mois — dans un pays ou la plupart des économistes indépendants estiment que le minimum vital est d’au moins 220 dollars. Le chômage augmente — il est estimé à 20 à 25% chez les jeunes travailleurs. Les emplois dans les pays du Golfe — qui étaient autrefois une source de revenu pour les familles — ont presque disparus ces dernières années.

Le quotidien libéral Al-Masry Al-Youm fait régulièrement état d’histoires désolantes : des gens pauvres qui n’arrivent pas à se payer de la nourriture ; des fonctionnaires qui gagnent 30 dollars par mois mais dont le loyer seul est déjà de 20 dollars ; des veuves avec 2 ou 3 enfants qui reçoivent des pensions de 15 dollars par mois alors qu’un kilo de viande coûte 12 dollars ; des propriétaires d’usines et d’entreprises qui ferment et quittent le pays en laissant des milliers de travailleurs sur le carreau.

Cette pauvreté n’est pas due au manque de ressources ni d’infrastructures économiques. L’Égypte a de nombreuses sources de revenu, dont des réserves de gaz naturel, des mines, l’agriculture, l’industrie et un tourisme en pleine expansion. La pauvreté en Égypte est une fabrication sociale à 100%. Les élites ont pillés les travailleurs et les pauvres en leur payant des bas salaires et en limitant strictement les pensions et les autres allocations sociales.

Pendant ce temps, les riches continuent à montrer sans complexe leurs richesses exorbitantes et leur style de vie dispendieux à l’occidentale. Ils envoient leurs enfants dans l’élitiste Université américaine du Caire où le minerval coûte 12 000 $ l’année — quand ce n’est pas dans des universités occidentales. Les fêtes de marriage de la classe moyenne supérieure — même pas les plus riches — coûtent des dizaines de milliers de dollars, si pas des centaines de milliers.

De plus en plus, les dirigeants égyptiens vivent dans des communautés isolées et grillagées, protégées de la colère des masses par les lois d’urgence et la répression de Moubarak. Le régime protège les riches en emprisonnant, en torturant et en intimidant les activistes de l’opposition et les syndicalistes, y compris les membres modérés des Frères musulmans, les nationalistes arabes et les révolutionnaires socialistes. Les forces de sécurité brutalisent régulièrement des manifestants pacifiques et sont connues pour isoler les manifestantes pour les agresser sexuellement. Même les membres de l’opposition au parlement qui osent s’opposer sont attaqués.

Quel est son projet politique ?

Les caméras des télévisions internationales ont été témoins de se déchaînement policier lorsque ce qu’on appelle l’Équipe de police Karate a battu 200 manifestants pacifiques qui ont tenté de marcher dans le centre du Caire pour exiger la démocratie.

Néanmoins, Moubarak a été obligé d’ouvrir un peu d’espace politique pour l’opposition ces dernières années quand il a autorisé en 2005 la première élection avec plusieurs candidats. Mais il a quand même utilisé cette élection pour affaiblir ses opposants. Son parti, le Parti démocratique national (PDN) et les forces de sécurité du gouvernement sont parvenus à truquer l’élection pour donner à Moubarak un résultat final de 87%. Après quoi, ils ont puni Ayman Nour, l’homme qui avait osé s’affronter à lui, en l’envoyant en prison pendant 4 ans pour… fraude électorale !

Cette fois cependant, l’amertume est bien plus grande. D’une part, Moubarak a fâché beaucoup de monde en présentant ouvertement son fils Gamal, un capitaliste millionaire devenu politicien, comme son successeur. Combiné avec la crise économique aiguë et la répression politique, cela a donné à la population une soif pour obtenir au moins un semblant de justice économique et sociale et de libertés politiques.

El Baradeï semble saisir ces réalités politiques et économiques. Lors d’interviews télévisées données après son retour en Égypte, il a présenté un système politique social-démocrate similaire à ce qu’on retrouve dans les pays scandinaves comme le meilleur moyen de développer le pays et d’atteindre la justice sociale. Il affirme régulièrement qu’il ne se voit pas en sauveur et qu’il voit la participation de la base, des gens ordinaires, comme la clé pour amener les réformes.

Dans un meeting public dans la ville ouvrière de province Mansoura dans la région du Centre du Delta, El Baradeï a déclaré devant 2.000 partisans « Si 80 millions d’Égyptiens décident d’exiger le changement, aucun pouvoir sur terre ne peut les arrêter. Si c’est le peuple qui dirige, nous réparerons le système éducatif, nous boirons de l’eau propre et nous aurons un système de santé de qualité ! »

El Baradaeï a touché les paysans pauvres et les travailleurs. Il rencontre les syndicalistes indépendants pour entendre leur griefs. Il soutient publiquement le droit de grève. Il soutient une nouvelle campagne des travailleurs pour forcer le gouvernement à établir un minimum salarial de 220 dollars. Le premier mai, il a appelé les travailleurs égyptiens à rejoindre l’ANC.

El Baradeï a également fait preuve de courage sur des questions sociales controversées. Il est, par exemple, très en avant pour soutenir la cause des chrétiens coptes qui forment 15% de la population et souffrent de discriminations systématiques dans le travail et dans l’enseignement. Moubarak présente sa dictature et ses lois d’exception comme la dernière ligne de défense face aux fondamentalistes musulmans qui sont souvent haineux et violents envers les coptes, en particulier dans le sud du pays. Mais le gouvernement maintient pourtant lui-même une discrimination institutionnelle contre les coptes.

El Baradeï a fait vœu de se battre pour obtenir une pleine citoyenneté pour les coptes et rappelle régulièrement le slogan de la révolution populaire contre la Grande-Bretagne de 1919 : « la religion est pour Dieu, le pays est à tout le monde ». Il insiste pour que le premier article de la constitution — qui dit que la Charia est la base de toute législation — soit abrogé pour assurer l’égalité entre musulmans et chrétiens.

Limites d’une rupture partielle avec le régime

Bien que El Baradeï soit critique du régime sur bien des questions, beaucoup de ses supporters les plus ardents exagèrent les différences entre ses positions et celles de Moubarak sur un certain nombre de questions politiques et économiques importantes. Ils le présentent comme un radical alors qu’il s’en défend lui-même.

Sur la question de la Palestine par exemple — une question brûlante en Égypte étant donné que Moubarak fourni du gaz bon marché à Israël et que, jusqu’il y a peu, il soutenait le blocus de la bande de Gaza —, sa position n’est pas très éloignée de celle du régime. Comme Moubarak il soutient un accord de paix avec Israël, tout en étant critique envers ce qu’il considère comme des excès et de l’arrogance d’Israël. « Il n’est pas vraiment soutenable de voir Israël doté d’armes nucléaires alors que tous les autres se soumettent au traité de non-prolifération » a-t-il dit au Sydney Morning Herald.

Mais ce n’est pas très éloigné des positions officielles de Moubarak. Les similitudes entre El Baradeï et le régime imposé à la Palestine le mettent en défaut avec la grande majorité de ses sympathisants qui sont contre une normalisation avec Israël.

Sur la question plus large de la domination états-unienne sur l’Égypte et le Moyen-Orient ou sur la politique économique néolibérale des États-Unis, El Baradeï est en faveur d’une relation particulière avec Washington et est en bons termes avec beaucoup de politiciens états-uniens.

Fondamentalement, El Baradeï tente de réunir une coalition modérée, populiste et réformiste qui pourrait canaliser la colère populaire pour aller vers un régime plus démocratique, tout en évitant toute confrontation violente avec l’actuel. Par exemple, bien qu’il soutienne formellement le droit de se rassembler et de manifester, il n’a personnellement encore rejoint aucune manifestation. Et l’ANC qu’il dirige n’appelle pas à une levée immédiate des lois d’exception. Il propose plutôt une période transitoire de 2 ou 3 ans afin de former une assemblée constitutionnelle pour écrire une nouvelle constitution.

Néanmoins, bien que ses positions soient assez modérées, il est un fait que le retour d’El Baradeï en Égypte a ravivé le débat politique dans le pays et redonné confiance aux activistes pour la démocratie et à un mouvement des travailleurs rajeuni pour avancer leurs propres revendications de manière plus militante.

Sur le même thème : La révolution arabe en marche

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...