Édition du 2 mars 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Salaire minimum

Salaire minimum à 15$/h - Manon Massé invite les autres partis à changer d'idée

QUÉBEC, le 18 avril 2016 - En espérant que la nuit porte conseil, la députée solidaire de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, invite ses collègues des autres partis à changer d’idée et à voter demain en faveur de sa motion pour adopter une loi sur le salaire minimum à 15$/h d’ici la fin de la présente législature.

« Je croyais que mes collègues des autres partis auraient de meilleurs arguments pour s’opposer au salaire minimum à 15$/h. Pourtant, tout ce que j’ai entendu lors du débat à l’Assemblée nationale aujourd’hui, c’est la même vieille rhétorique des Chambres de commerce et des lobbies d’affaires qui ne résiste pourtant pas aux faits. L’augmentation du salaire minimum n’a jamais causé, ni ici ni ailleurs, la catastrophe économique qu’ils annoncent. Au contraire, l’économie bénéficierait d’un salaire minimum plus élevé parce que la demande agrégée augmenterait », explique Manon Massé.

Québec solidaire se félicite d’avoir au moins réussi à forcer les autres partis à s’expliquer alors qu’il y a trois semaines le PLQ, le PQ et la CAQ ont tous refusé d’en débattre. Les solidaires ont utilisé leur seule motion du mercredi cette année pour forcer un débat de deux heures en Chambre. Les trois autres formations politiques ont donné des indications qui laissent craindre qu’elles voteront contre la motion demain.

Comme le vote nominal sur la motion a été reporté à mercredi matin, Mme Massé invite ses collègues à bien réfléchir cette nuit et à voter en faveur de la motion qui demande simplement d’adopter une loi qui prévoit les modalités pour augmenter dans un délai raisonnable le salaire minimum à 15$/h.

« J’espère qu’en achetant leur café chez Tim Horton’s demain matin, les député.es auront au moins le courage d’expliquer aux employé.es qui les servent pourquoi ils s’opposent à ce qu’ils aient un salaire décent et viable. Ce n’est pas vrai que Tim Horton’s fermerait ses portes ou licencierait des gens en raison d’un salaire à 15$/h. La multinationale fait des centaines de millions de dollars de profit chaque année, il y a une bonne marge pour absorber la hausse du salaire minimum », rappelle Mme Massé.

Voici la motion sur laquelle les autres partis devront se positionner :

Que l’Assemblée nationale reconnaisse que, en 2016, seul un salaire horaire de 15 $ ou plus permet aux personnes salariées à temps plein d’obtenir un revenu viable ;

Que l’Assemblée nationale s’engage à adopter d’ici la fin de la présente législature une loi sur le salaire minimum à 15$ de l’heure qui établira les critères pour son augmentation annuelle.

Sur le même thème : Salaire minimum

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...