Édition du 6 décembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Un an après le dépôt du rapport du BAPE sur les gaz de schiste : Le comité de l’ÉES doit travailler avec les groupes terrain !

Saint-Léon-de-Standon, le 28 février 2012. Aujourd’hui, il y a exactement un an, le 28 février 2011, que la Commission du BAPE remettait un rapport au gouvernement du Québec dans lequel elle recommandait la mise en place d’une étude environnementale stratégique (ÉES) en raison de trop grandes incertitudes et d’une absence importante de connaissances.

Un comité de l’ÉES a été créé au printemps 2011 et celui-ci a présenté son plan de réalisation lors de quatre consultations publiques en décembre dernier. Près de 400 personnes ont assisté aux séances publiques. Si la crédibilité du comité a été remise en question à plusieurs reprises en raison de manque d’indépendance et de biais méthodologiques, des questions sont soulevées également sur la hiérarchie des travaux à effectuer par le comité.

Ainsi, le Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste s’interroge sur la nécessité d’engager des sommes importantes sans questionner d’abord la pertinence du développement des gaz de schiste au Québec. Selon Lucie Sauvé, coordonnatrice : « Il serait totalement illogique et irresponsable d’entreprendre de coûteuses études sur de possibles accommodements technologiques, législatifs et économiques favorisant la poursuite du projet industriel du gaz de schiste, tant que la pertinence fondamentale d’un tel développement n’aura pas été clairement démontrée, notamment au regard des risques écologiques et sanitaires, et du choix alternatif d’un système intégré d’énergies renouvelables et de stratégies d’efficacité énergétique. »

Par ailleurs, Martine Châtelain, présidente d’Eau Secours déclare : « EAU SECOURS ! demande un moratoire complet et immédiat car les études et les cas d’accidents documentés s’accumulent. Notre encadrement législatif et réglementaire est déficient et le manque d’inspecteurs qualifiés rend le gouvernement inapte à contrôler l’industrie des gaz de schiste. Il n’y a aucun risque à prendre avec la qualité de l’eau ou la protection de l’eau potable nécessaire à la santé des Québécoises et Québécois ! »

La transparence des travaux lies à l’ÉES est également problématique. Contrairement au BAPE et à diverses consultations publiques, le comité de l’ÉES n’a pas demandé de verbatim des consultations et se montre plutôt lent et fort peu disposé à publier la documentation des groupes et individus qui ont déposé des commentaires et analyses du plan de réalisation. Comme le mentionne Kim Cornelissen, vice-présidente de l’AQLPA : « Il est fondamental que le public ait accès a ces documents et que le comité de l’ÉES reconnaisse l’importance de travailler avec les groupes-terrain. » L’AQLPA invite donc l’ensemble des personnes et groupes à leur faire parvenir leur document pour publication immédiate sur le site même de l’AQLPA.

Pour sa part, Serge Fortier, représentant des groupes citoyens, déclare : « Le comité de l’ÉES doit collaborer avec les groupes environnementaux ainsi que les citoyennes et citoyens dans un véritable dialogue et non des exercices de relations publiques, où on nous entend mais on ne nous répond que vaguement, tout en nous faisant sentir que notre point de vue semble entraver le mandat qui leur est donné. »

Selon André Bélisle, président : « Le comité de l’ÉES disaient vouloir être plus transparent ; de fait, il l’est moins que ce qui est normalement publié lors des consultations publiques habituelles. Pour nous, cela est inacceptable. De plus, maintenant au Québec nous en savons assez pour dire non à l’industrie du gaz de schiste ! »

Pour voir les rapports et les présentations dans la section Gaz de schiste : http://www.aqlpa.com/extraction-du-gaz-de-schiste-dans-la-vallee-du-saint-laurent.html#5

AQLPA

NOTRE MISSION

L‘AQLPA est un regroupement indépendant de personnes physiques et morales travaillant activement à améliorer la qualité de l’atmosphère au Québec. Nous avons pour objectif principal de favoriser la mise en place de solutions concrètes et adaptées à la réalité des besoins des parties prenantes, par l’acquisition de connaissances, l’éducation et la sensibilisation.

Afin de réaliser sa mission, l’AQLPA :

Assure une veille stratégique sur les questions liées à la qualité de l’air, les changements climatiques et les polluants atmosphériques ;
Sensibilise et informe les intervenants du milieu face aux méfaits de ce type de pollution : citoyens, groupes, organismes, industries, commerces et gouvernements ;

Fait la promotion d’idées, de stratégies et de recommandations visant la réduction des polluants ;

Mobilise les intervenants du milieu autour de projets communs et rassembleurs favorisant ainsi une concertation et des échanges constructifs ;

Représente et fait connaître les intérêts, les choix, les préoccupations ou encore les positions des intervenants du milieu auprès des décideurs ;

Collabore à des accords communs ;

Participe activement à tout mandat confié par les différents paliers de gouvernements ;

Élabore un centre de documentation et offre un service de conférences.

NOS VALEURS

Solidarité

Derrière toute décision, il y a des gens ;

Chaque geste, chaque action posée a des impacts sur des milliers d’êtres humains : des voisins, des amis, nos enfants ;

Contribuer à leur bien-être, c’est aussi contribuer au nôtre.

Intégrité

La cohérence entre ce qui est affirmé et ce qui est fait.

Responsabilité

Faire primer le principe de précaution dans certaines circonstances ;

Nécessité dans tous les cas d’agir et de ne plus reporter à demain et/ou balayer aux générations futures.

NOTRE VISION

L’AQLPA est déterminée à demeurer une référence citoyenne incontournable au Québec, en matière d’actions et de solutions, quant aux enjeux liés à la pollution atmosphérique.

L’humain est au cœur de tous les enjeux que nous défendons. La santé est au premier plan.

La pérennité des ressources pour les générations futures doit être défendue.

L’écologie stimule l’économie : protéger l’environnement crée des emplois.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...